Aquò d'Aqui


Lengas minorisadas : enfin una estrategia de reconquista

Avec un rassemblement peu couru et parisien, un fait majeur vient pourtant de survenir le 30 novembre : les défenseurs des langues minoritaires se sont alliés et ont décidé d’une feuille de route.

Davant la Glèisa Santa Clotilda, brandussan lei bandièras : negras amé tèsta de Maure, o arminas de muma color, sang e òr amé crotz de Forcauquier e Tolosa, o l’estrella de l’independentisme catalan, e d’autrei. Benlèu que son pas mai que sièis cents lei manifestants, mai ben colorats. Un arc de seda dei minoritats lenguisticas de l’exagòne. Justament èra la tòca d’aqueu recampament : faire molon, e charrar de ce que partejan totei, una lenga mespresada, en dangier de disparéisser.

Lengas minorisadas : enfin una estrategia de reconquista















            partager partager

Les "cafés provençaux" fleurissent entre Durance et Méditerranée

Jeudi soir le Cafè de Larc sert le provençal avec les cacahuètes à Puyloubier


PUYLOUBIER. Un nouveau projet de "Café Provençal" voit le jour, dès ce jeudi au pied de la montagne Sainte-Victoire. Les initiatives se multiplient pour mettre en présence ceux qui veulent parler leur langue, et ceux qui veulent l'apprendre "au contact" et en convivialité.



La qualité de la bière locale, la vie quotidienne des Argentins, la typologie des harceleurs ou les animations proposées aux prochains Rescòntres Occitans de Provença...en juin dernier au bar aixois Le Gaulois, les discussions étaient animées, et en provençal...mais aussi parfois en français, pour parler du vocabulaire employé (photo MN)
La qualité de la bière locale, la vie quotidienne des Argentins, la typologie des harceleurs ou les animations proposées aux prochains Rescòntres Occitans de Provença...en juin dernier au bar aixois Le Gaulois, les discussions étaient animées, et en provençal...mais aussi parfois en français, pour parler du vocabulaire employé (photo MN)
On se réunit désormais au café, en Provence, pour parler provençal, à Manosque, Forcalquier, Istres, La Ciotat, et bien entendu Aix-en-Provence qui semble t'il aura ouvert le balèti voici deux trois ans, à l'initiative d'un jeune homme frustré de ne pouvoir entendre la langue du pays. Encore bientôt à Grasse l'équivalent doit-il voir le jour.

Et le jeudi 3 octobre, au Restaurant de la Place, à Puyloubier à l'adret du Mont Venturi, le dernier en date des "Cafés Provençaux", ou "Cafés Occitans", comme on voudra, fera table ouverte à ceux qui parlent et à ceux qui apprennent.

Ce "Cafè de Larc ", du nom du petit fleuve côtier qui baigne Puyloubier, mettra en contact des gens qui parlent provençal et d'autres qui entendent profiter de la connaissance des premiers. Et pourtant ce ne sera surtout pas un cours : ici les convives parleront de ce qu'ils veulent, de la chasse, du beau temps ou de la vigne, qu'importe, l'essentiel sera de se réunir, passer un bon moment et progresser dans la langue du pays pour les uns, se faire plaisir à la parler pour les autres.

 

"Les gens qui parlent la langue de leur culture semblent plus heureux"

Aux Phillipines Daniel prend conscience du bonheur de parler la langue du pays...et de retour il cherche à retrouver le provençal de sa grand-mère, en favorisant la convivialité (photo MN)
Aux Phillipines Daniel prend conscience du bonheur de parler la langue du pays...et de retour il cherche à retrouver le provençal de sa grand-mère, en favorisant la convivialité (photo MN)
Ce mouvement si simple naquit d'une frustration. Rentrant d'un long périple à travers le monde, Daniel Oliver, alors à peine trente ans, s'y était avisé que les gens qui parlaient leur langue minoritaire malgré la toute puissance d'une langue nationale, semblaient plus heureux, y compris dans des situations sociales proches de la pauvreté.
 

La culture partagée permettrait donc de maintenir la cohésion et la solidarité entre les membres d'un groupe humain ? A comparer avec les travailleurs néo-urbains, largués dans un environnement nouveau où tout le lien social reste à créer.

Rentrant au pays, Daniel tourne et retourne ses pensées : notre culture peut se maintenir grâce à son véhicule majeur, la langue, commence t-il à réfléchir. Et celle-ci nous met en connivence avec des gens spatialement éloignés, pourtant, comme les Gascons. « Au contraire, le lissage de la culture française, par l’éradication de sa diversité linguistique, aboutit en fait à une déculturation avancée. Vous voyez ces gens qui plantent un drapeau américain devant chez eux sans rien savoir de la société américaine ! c’est un signe…Rester avachi devant des émissions TV débilitantes en est un autre ».


 


 


"Une langue qui doit servir à échanger"

Jeudi soir, au restaurant La Place, à Puyloubier à partir de 18h30, en prouvençau ! (photo MN)
Jeudi soir, au restaurant La Place, à Puyloubier à partir de 18h30, en prouvençau ! (photo MN)

Voici donc Daniel en pleine immersion culturelle provençalisante. Il danse aux Farandoulaire Sestian à Aix-en-Provence, puis participe aux Rescòntres Occitans de Provença, durant l’été 2017 dans le Champsaur.
 

Parfaitement inconnu du milieu régionaliste, il décide de créer son propre réseau pour progresser. Avec lui, Facebook chauffe ! « J’avais un besoin d’immersion sonore, entendre une langue vive, qui serve vraiment à communiquer, échanger ». Ne nous mentons pas, nombre de régionalistes a-do-rent parler de la langue, en langue d’oc…Discuter du prix des carottes ou de la fabrication de la bière les passionne bien moins. Pourtant c’est en causant de ceci et de cela, au quotidien, que la langue sort du ghetto.


En lengo nostro...un peu aussi en français

Le Café Provençal d'Aix a désormais établi plusieurs QG : alternativement tous les quinze jours, il planto caviho au Café Citoyen 3C, près du Palais des Congrès, et au Gaulois, un des ultimes bars populaires aixois, contre la Cathédrale Saint-Sauveur.

Et sur la terrasse de ce dernier, mercredi dernier, on pouvait boire un verre en compagnie de Genevivo, une fringante octogénaire aux passions multiples, de deux habitants du Luberon pouvant enfin partager la langue qu'on n'entend plus dans la rue, de Domenge qui enseigne l'occitan, et d'autres curieux qui, comme Martin l'ouvrier agricole en voie d'installation, fréquenteront peut-être régulièrement ces lieux de convivialité, à vivre en lengo nostro !
Dernier né en Provence, le Café Provençal de Manosque, au printemps dernier (photo MN)
Dernier né en Provence, le Café Provençal de Manosque, au printemps dernier (photo MN)


Lundi 30 Septembre 2019
Michel Neumuller





1.Posté par Lo raiòu le 22/10/2019 08:06
Digatz un pauc : onte podèm préner lenga emb d'aquel jove, que son idèia l'atrape chanuda ? S'es pas escampat coma aquò, ço me pense. A bien engincat l'afaire e voldriái li demandar coma a fach, tot simplament, per qu'aquò reüssigue. Gramecí d'avança.

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

L'Aquò d'Aquí de fin d'année s'attelle à la charrue
Dison que...

C'est pas (encore) dans la poche !

Vous avez chez vous le guide parfait de conversation en occitan courant ? Vite, dites-le nous, parce qu'on marne un peu côté pratique.

Je ne vois pas de guide pratique de conversation digne de ce nom en occitan. 

Un guide qui d'un coup d'œil vous dise comment nommer tout ce qui se trouve dans votre cuisine ou dans un supermarché ; un recueil d'expressions toutes faites qui vous permette d'animer une conversation, avec un index impeccable ; un thésaurus qui vous glisse sous les yeux sans efforts les synonymes adaptés...
C'est pas (encore) dans la poche !


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.