Aquò d'Aqui


            partager partager

Les Catalans français recherchent leur autonomie en Occitanie


PERPIGNAN. La nouvelle dénomination de la Région incite élus et animateurs associatifs à créer un mouvement politique proprement catalan et à demander la création d’une collectivité territoriale à part.



Le maire de Collioure, Jacques Manya, précise où se trouve sa commune, des fois que... (photo XDR)
Le maire de Collioure, Jacques Manya, précise où se trouve sa commune, des fois que... (photo XDR)
Près de dix mille Catalans du Nord avaient manifesté le 10 septembre dans les rues de Perpignan pour protester contre l’appellation nouvelle de la Région Occitanie, qui évitait ainsi toute référence à la Catalogne Nord.
 
Il fallait donc s’y attendre, la traduction politique de ce mouvement vient de naître, avec Oui au Pays Catalan /Sí Al País Català , un mouvement créé le 15 octobre avec 250 premiers membres, et présidé par le maire de Fourques, Jean-Luc Pujol, pour « stopper le clanisme et le clientélisme, décentraliser le pouvoir à Perpignan, dynamiser l’économie et partager notre identité ».
 
Le mouvement souhaite créer une Collectivité Territoriale Unique, distincte de la Région Occitanie. Pour cela il s’appuie sur l’article 72 de la Constitution, qui dit notamment : « aucune collectivité territoriale ne peut exercer une tutelle sur une autre. »
 
La décision de nommer la Région « Occitanie » « et d’aller de l’avant » selon la présidente PS Carole Delga, écartant la demande des manifestants du dix octobre, suscite des réactions en Catalogne Nord, où par exemple, le maire de Collioure a fait en urgence apposer sous le panneau d’entrée de sa ville un second panneau annonçant que la commune est en Pays catalan. Faute de quoi, le port catalan se serait vu annoncer « Collioure, Région Occitanie ».
 
Jean-Luc Pujol, qui a cependant déclaré à la presse locale que « le nom de la Région est derrière nous, acté », crée essentiellement ce mouvement pour « que ce qui concerne le territoire y soit décidé ».

Lundi 17 Octobre 2016
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
En octobre Aquò d'Aquí ôte le masque
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.
L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.