Aquò d'Aqui


            partager partager

Lei questiens constitucionalas de la victòria nacionalista còrsa


CORSE. La victoire nette du camp nationaliste met en lumière un programme électoral qui contredit des points fondamentaux de la Constitution française : langue, droits économiques, droit fiscal...



Dret fiscau, dau sòu, dau resident...l'eleccien còrsa pausa questien a la Constitucien francesa (photo MN)
Dret fiscau, dau sòu, dau resident...l'eleccien còrsa pausa questien a la Constitucien francesa (photo MN)
Menada per Gèli Simeoni, la tiera Pè a Corsica a ganhat leis elecciens territorialas còrsas la dimenjada passada. Se la mitat deis elegeires an votat e pas mai, una franca majoritat li a donat lo poder, 56,5%. Mai qu poder ?
 
La tiera nacionalista vòu, dins son programa, la co-oficialitat de la lenga còrsa amé lo francès. Une brava escomessa amé l’article dos de la Constitucion que ditz, despuei 1992, que lo « francès es la lenga de la Republica », e deguna autra. D’un autre costat, es que sembla possible de tenir coma paraula seriosa aquela dau president Macron, alòr en campanha a Furiani, que l’i a ditz : « es pas enebit d’ensenhar de lengas que son de la cultura e de la vida de chascun » ?
 

Lei novèus bailes de Corsega vòlon tanben lo poder fiscau. De competencias pròprias e lo dret de levar l’impòst per lei finançar. De vèire coma l’Estat laissarà faire, aquí onte la Constitucien es mai neblosa.
 
Un estatut de resident que vòlon crear, es una autra linha dau programa de Pè a Corsica. Deuriá reservar ai insulàris la crompa de tèrras e d'ostaus. Faudriá adonc demorar en Corsega despuei cinc ans au mens per va poder faire. Una revolucien dins lo dret francès, bòrd que faudriá naisser sus l’Illa o li aver sa familha per poder l’i èstre proprietàri.
 
Totei aquelei questiens seràn segur espinchadas am’atencien per mai que d’un, tant podrián faire chanjar lo biais de legifera en França, onte – en principi – chasque recanton dau país pòu pas decidir diferentament de ce qu’a dich l’Estat.
 

Jeudi 14 Décembre 2017
Michel Neumuller





1.Posté par Lions le 16/12/2017 10:31
Bon-jour
Emai, lou Prouvençau, lou Basco, lou Betoun, lou Catalan, l'Occitan, lou Flaman, , l'Alsacien... Soun pas que li Corso ! E li escouton, li autre ?

2.Posté par Ferriòu d''''Auvèrnhe le 18/12/2017 23:50
Que non ! Fará gis besonh d'aver de familha sobre l'illa per véner proprietàri ! Aquò-es çò que nos amariá tan faire creire l'Estat centralisto-jacobin francés, mas Gíli Simeoni totjorn es estat clar sobre aquò : fará màs besonh de l'i demorar desempuei cinc ans...

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
En octobre Aquò d'Aquí ôte le masque
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.
L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.