Aquò d'Aqui



Pour votre journal c’est l’heure de vérité !

Assurer la succession de notre journaliste, faire plus et mieux pour vous proposer en occitan des contenus d’actualité de qualité, cela ne peut se faire sans votre aide. Et nous nous refusons à l’alternative de sa disparition. Nous pouvons compter sur vous ?

La langue occitane pour dire la société, c’est indispensable et les lecteurs d’Aquò d’Aquí en sont persuadés qui, non seulement s’abonnent à notre revue désormais bimensuelle, mais qui encore lui donnent le coup de pouce financier nécessaire quand nous le leur demandons.

 

Ils savent pourquoi ! Le prix de la revue ainsi reste bas, aussi grâce à eux retraités comme étudiants peuvent avoir accès à nos contenus, s’imprégner des valeurs occitanes, celles du respect réel de la diversité. Avec eux, la langue dira tout cela publiquement à une nouvelle génération.

 

Notre langue supposée morte par les croque morts hexagonaux respire encore grâce à vous.

 















            partager partager

Le retour de l'occitan dans la formation des professeurs des écoles ?


Les professeurs des écoles peuvent à nouveau présenter une épreuve de langue étrangère au concours. Mais pas de langue régionale. Aussi l'Education Nationale ne finance aucune formation et chacun se débrouille comme il peut pour préparer aux rares postes ouverts.



Ecole centre continu d'apprentissage de la langue régionale au nord d'Aix-en-Provence. Un enseignant habilité y reçoit toutes les classes durant la semaine, à raison de six heures chacune. Mais sa formation n'est pas payée par l'Education Nationale (photo MN)
Ecole centre continu d'apprentissage de la langue régionale au nord d'Aix-en-Provence. Un enseignant habilité y reçoit toutes les classes durant la semaine, à raison de six heures chacune. Mais sa formation n'est pas payée par l'Education Nationale (photo MN)

En janvier le ministre de l’Education Nationale a réintroduit les épreuves de langue dans le concours de recrutement des professeurs des écoles … Problème, cette réintroduction ne concerne que les langues étrangères, pas les langues dites régionales.

 

La Fédération des Enseignants de Langue et Culture d'Oc (Felco) vient de recommander à ses membres de demander à leur député de le revendiquer directement auprès du ministre, ou de lui demander quand il les réintroduira. “Votre soutien nous serait extrêment précieux” précisent les signataires de la demande. Ils soulignent aussi la grande rareté des postes “flêchés” auxquels ouvrent les concours, eux spéciaux, de langue régionale, qui sont proposés dans certaines Académies, aux enseignants désireux d’enseigner l’occitan dans les écoles du premier degré.

 

Pour ce qui nous est connu l’Académie de Montpellier ouvre cinq de ces postes, celle de Nice trois.

 

Le concours ordinaire, lui rassemble tous les professeurs des écoles formés dans les Inspé (Institut National Supérieur du Professorat et de l’Education) de chaque Académie. Le retour d'une épreuve de langue régionale dans ce concours permettrait à un plus grand nombre de candidats de la choisir.

 

Encore, donc, faudrait-il qu’ils soient formés pour cela. Or, depuis la disparition des épreuves de langue régionale du concours ordinaire de professeur des écoles, ces formations ne tiennent souvent qu’au militantisme d’associations dédiées. Les Inspé ont cessé de former les maîtres désireux d’enseigner la langue d’oc dans les écoles qui le proposent. La formation, elle, cependant n’a pas cessé, mais l’Education Nationale se refuse à la financer.

 

Ce sont donc, selon les cas, les universités, qui dans le cadre d’une licence d’occitan, assument ce que l’Inspé ne fait pas : à Bordeaux, Montpellier et Toulouse, mais pas à Aix-en-Provence ni à Nice. Exception notable, l’Inspé de Carcassonne. Ailleurs, il arrive que des associations d’éducateurs financent les formateurs, grâce aux subventions de collectivités locales. C’est le cas dans l’Académie d’Aix-Marseille, où l’Association pour l’Enseignement de la Langue d’Oc prend en charge le coût des formations au provençal des maîtres et futurs maîtres.

 


Apprendre l'occitan ou manger ?

Là, 36 heures annuelles de formation permettent de décrocher une habilitation à enseigner le provençal, en tout cas dans les Bouches-du-Rhône et le Vaucluse. Problème, les Inspé ignorant officiellement ces formations, ils ne les intègrent pas dans leur emploi du temps.


Ainsi, les apprenants doivent-ils, comme demain leurs futurs élèves, choisir entre manger et apprendre l’occitan ! Les cours sont dispensés à 13h ou en début de soirée, ce qui est dissuasif. Selon nos sources, à Avignon, cette année 30 étudiants ont participé au premier cours, dès le second, une fois leurs emplois du temps connus, ils n’étaient plus que sept.

 
Le retour de l’épreuve d’occitan au sein du concours “ordinaire”, à côté de l’anglais, du russe ou d’autres langues étrangères, signerait évidemment l’obligation de formation que l’Education Nationale devrait alors assumer et, fatalement, budgeter. Les Inspé devraient aussi alors intégrer cette formation, comme celle de l’anglais et d’autres langues étrangères, dans leur emploi du temps.

 

Ainsi, les futurs maîtres, motivés tant qu’on ne multiplie pas les boulets qu’ils doivent trainer, pourraient choisir une matière qui d’évidence suscite leur intérêt. L’amorce d’un mouvement ascendant d’enseignement du provençal dans les classes maternelles et élémentaires ? Ne brûlons pas les étapes, voyons d’abord si les enseignants écrivent à leur député.


Mardi 9 Février 2021
Michel Neumuller


Tags : Felco


Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Notre numéro de février mars

Aquò d'Aquí c'est d'abord un magazine d'actualité sociétale sur 28 pages sans publicités, et s'y abonner c'est disposer d'un média engagé pour la langue occitane dans sa diversité dialectale pour dire la société.

Ce numéro d'hiver vous propose bien entendu une évocation du poète et globe trotter Roland Pécout, de son histoire personnelle et de cette originalité qui a consisté pour l'essentiel à aller à la rencontre de l'autre (Afghanistan, Scandinavie, Amérique latine...) pour comprendre qui l'on était. L'homme et l'intellectuel avait plusieurs dimensions, dont l'analyse historique et littéraire d'oc n'était pas la moindre. Mais nous avons choisi de l'évoquer avec l'écrivaine et chercheuse Danielle Julien.

 

03/02/2024

Dison que...

Robert Lafont cet intellectuel qui occupa le terrain social pour une renaissance occitane

A ne pas manquer !

AIX-EN-PROVENCE. Le colloque du 14 octobre ouvre large l'éventail des domaines d'intervention d'un humaniste dont l'œuvre incontournable a généré et accompagné le second risorgimento de la conscience d'oc.


Robert Lafont fut l'artisan principal du second risorgimento de la langue d'oc. Mistral avait lié le premier à la production d'œuvres littéraires prestigieuses et à l'unité latine, Lafont, avant et après 1968 associa ce second regain à la critique coloniale et à la situation sociale comme à une relecture de l'histoire. Pour autant son œuvre littéraire et théorique, riche et diverse, marque encore tous les domaines de la création d'òc. 

 



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.