Aquò d'Aqui

Journée historique pour les langues régionales

La loi dite Molac donnera des droits à l'enseignement des langues minoritaires en France, enfin ! ça ne s'est pas fait tout seul.

Bien des lecteurs d'Aquò d'Aquí ont été surpris, le 8 avril, du vote écrasant des députés en faveur de la loi de Protection des langues régionales, avancées par le groupe parlementaire Libertés et Territoires. Pourtant une observation un peu fine des évènements qui ont conduits à cette issue aurait rassurée plus d'un.

















            partager partager

Le livre de la semaine : Histoire de l'Occitanie - Le point de vue occitan - Philippe Martel. Occitanie, le pays d'une langue.


Avec la hauteur de vue, l'histoire du point de vue des Occitans, sans romantisme et avec analyse.



Une Occitanie peut en cacher une autre. Paris a imposé la fusion de deux régions administratives, entre Toulouse et Montpellier, le tout appelé « Occitanie ». Mais il y a une autre Occitanie, l'authentique, celle qui existait avant l'État, de l'Atlantique au Piémont, et du Massif Central aux Pyrénées. Contrairement à la Bretagne ou à la Corse, cette Occitanie-là n'a jamais été un État ou une province identifiable sur une carte politique. C'est l'espace d'une langue, la langue d'Oc. L'hypothèse de cet ouvrage est qu'un espace linguistique est par définition un espace de communication.
L'histoire des sept provinces (le Limousin, la Provence, l'Auvergne, l'Aquitaine, la Gascogne, le Languedoc et le Bas-Dauphiné) de langue d'Oc qui forment l'Occitanie. Ce territoire fut fondé lors de la croisade contre les Cathares et déconstruit peu à peu lorsque la France annexa les pays occitans.

Pour commander cet ouvrage
Yoran Embanner - 448 p. - 12€

Jeudi 1 Octobre 2020
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Dison que...

Nos villes avec leur nom historique et sans enquiquineur procédurier

Un aspect de la loi Molac, votée le 8 avril, est resté à tort dans l'ombre : le droit de nommer ses rues et ses entrées de ville sans être harcelé par un obsédé de la langue unique.

De la loi loi nº 2548 relative à la protection patrimoniale des langues régionales et à leur promotion, désormais connue sous le nom de son promoteur, Paul Molac, nous avons surtout retenu les articles permettant de renforcer l’enseignement bilingue dans les établissements publics.

 

Cependant s'il est un aspect de la promotion des langues minoritaires qui a été négligé par les commentateurs, c’est celui de la signalétique bilingue. C’est un tort car cette possibilité, enfin débarrassée des attaques imbéciles de soi-disant libres penseurs, fera évoluer les mentalités de nos concitoyens, à qui sera rappelée aisément la fierté de leur terroir.




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.