Aquò d'Aqui



Vous pouvez aussi désormais écouter certains articles !

En cliquant sur la pièce jointe du premier paragraphe des articles concernés, vous téléchargerez un fichier sonore, en fait le même article, mais lu à voix haute. L'initiative nous vient d'un constat : certains abonnés ont hélas une vue déficiente.

Voici un bon moment que nous y pensions; enregistrer certains articles et les proposer sur notre site web, faire entendre à celles et ceux qui souhaitent avoir la langue dans l'oreille, savoir comment on la prononce. Mais c'est un abonné de notre mensuel, devenu mal voyant, qui nous a incité à sauter le pas.














            partager partager

La calandreta gapiana lance un appel pressant aux dons


GAP. La Fondation du Patrimoine demande à l’association des parents de cette école en immersion de réunir 5% d’une aide qui permettra de terminer la rénovation de l’école du quartier Saint-Jean.



Le personnel et les élèves de la Calandreta de Gap (photo XDR)
Le personnel et les élèves de la Calandreta de Gap (photo XDR)
La Calandreta de Gap fait un appel aux dons de particuliers. Pourquoi ?
 
Nous avons une opportunité, réhabiliter de façon  très digne la façade de notre école bilingue. Et la Fondation du Patrimoine peut nous y aider. En fait, le bâtiment de l’école est classé dans le Petit Patrimoine de Proximité. En milieu rural ce n’est pas rare, et la Fondation apporte des aides substantielles pour ce type de travaux. Le bâtiment date de 1886 et entre dans ses critères.
 
Seulement, pour obtenir cette aide, nous devons apporter au moins 5% de cette somme, évaluée à 38 000 €, soit 1900€. Les parents de l’école viennent de fournir eux-mêmes un gros travail, afin de rénover l’intérieur et la toiture. C’était essentiel pour assurer la rentrée dans de bonnes conditions. Maintenant nous pouvons penser au reste.
 
Il y a une date limite pour prouver que l’association dispose de ces 1900€. Et elle est très proche ! Le 12 octobre. Pourquoi un délai aussi court ?
 
Il faut se représenter l’équipe des parents de la Calandreta. Il y a très peu de temps qu’ils ont lâché la truelle ou le pinceau ! Ce sont eux qui ont, en pratique, réalisé tous les travaux. Le temps a manqué à tout le monde. Mais l’opportunité est trop belle et nous espérons que de nombreuses personnes auront à cœur de portar pèira.

Avant le 12 octobre !...

André Faure, le fondateur de la Calandreta (photo MN)
André Faure, le fondateur de la Calandreta (photo MN)
Comment participer, en pratique ?
 
Très  simple. Il suffit d’établir un chèque à l’ordre de Fondation du Patrimoine – Calandreta Gapiana,  et de l’envoyer au plus tôt à Calandreta Gapiana”, quartier de Saint-Jean, 05000 Gap. Mais on peut aussi effectuer un don en ligne sur le site web de la Fondation du Patrimoine, c’est très simple et très rapide. Bien entendu, la somme offerte pour notre projet de réhabilitation est déductible des impôts. Le donateur remplit un simple document pour ça.

Rappelez-nous la finalité de ces travaux ?
 
La Calandreta gapiana, pour mémoire, est une école maternelle et primaire, associative et sous contrat avec l'Education Nationale, où l’enseignement de 35 enfants se fait en immersion en occitan. Elle fait partie d'un réseau d'environ 70 écoles de ce type, sur le territoire où se parle l'occitan en France, soit schématiquement de la frontière italienne à Bordeaux. Créée voici vingt ans, elle vient d’ouvrir sa seconde classe et de recruter une nouvelle enseignante, Valérie Pasturel. Les travaux de l’été, menés par les parents, avaient justement pour but d’assurer les bonnes conditions de cette rentrée avec ouverture d’une seconde classe. Elle a signé un bail emphytéotique avec la Ville de Gap (05) pour trente ans, et s’assure donc une présence pérenne pour développer ses enseignements.
 

Mercredi 5 Octobre 2016
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Aquò d’Aquí de mars et avril
Dison que...

Interdit de parler breton et de cracher dans la soupe agro industrielle

Quand une journaliste dénonce l'agro industrie, ce lobby joue contre sa vie. Quand elle dénonce en breton, l'Etat la laisse face à ces harceleurs.

La journaliste d'investigation diffuse ses reportages via une radio bilingue bretonne

A nouveau des criminels en puissance ont déboulonné les écrous de l’auto de la journaliste Morgan Large, à Glomel, une bourgade bretonne de 1350 habitants où cette journaliste bilingue d’investigation vit et travaille. Journaliste, bretonne parlant breton, enquêtant sur les dérives de l’agro alimentaire : il serait difficile de croire que ces qualités n’ont rien à voir avec ces actes, qui mettent sa vie en danger et ont pour but de la faire taire.




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.