Quarante ans après les Calandretas toujours vives

Le mouvement enseigne en occitan, avec les méthodes Freinet. Il ouvre les portes des écoles languedociennes ce samedi, et nous isolons deux établissements que vous pourriez aider à remplir leur mission.

Donnait-on cher de la peau de l'enseignement d'immersion en occitan, en 1979, quand le mouvement des Calandretas est né ?
Quarante ans après les Calandretas toujours vives






            partager partager

La Talvera et Silvério Pessoa en dialogue entraînant




La Talvera et Silvério Pessoa en dialogue entraînant
Silvério Pessoa et La Talvera nous gratifient d’un CD-rencontre entre le trad du groupe occitan de Cordes et ce musicien du Nordeste, qui venu en 2003 à la rencontre d’une autre culture agraire que celle du Pernambouc de ses origines, fait depuis des aller-retour entre Recife et Cordes, où a été enregistré le disque, et les musiques occitanes et nordestines, qui utilisent toutes deux abondament fifres et accordéon.
 
La rencontre donne ce bel album où le forró et les valses talveriennes se mêlent avec bonheur et beaucoup d’enthousiasme. Disons-le ce CD se danse, pour l’essentiel. Ce qui ne l’empêche pas, au contraire, d’aborder les questions d’actualité et de mode de vie que tout bon blues se doit de traiter.
 
On s’arrêtera sur le dialogue des deux belles voix de Silvério Pessoa et de Céline Ricard chantant Jorge Amado (Valsa de Jorge Amado) en positivant l’évident  contraste entre leurs deux timbres.
 
Le Brésil a attiré et attire toujours une bonne part des chanteurs occitan de qualité. Le Nordeste est déjà un sémaphore pour le groupe ciotaden Moussu T. qui invite des artistes de cette région à participer à ses disques. Claude Sicre a trouvé son inspiration là-bas, musicale et aussi idéologique : le sens de la fête, de la réunion intergénérationnelle, de la revendication…La Talvera écoute les mêmes sirènes. Et on en a quelques exemples de presqu’actualité en écoutant Chora Bananeira, un autre titre de l’album, qui déclame quelques rêves, depuis partiellement réalisés : «  Ieu somi d’un pais sens president de drecha / Sens flic ni CRS, sens Fillon ni Sarkozy. »
 
Pour creuser un peu la démarche de Pessoa, nous avons exhumé (et contracté) un entretien qu’il a accordé à notre confrère de Diariodotempo, Sérgio Vilar. Il y déclare : « j’ai trouvé des similitudes profondes entre la culture du Nordeste et la culture occitane, dans un milieu rural  où la résistance paysanne est prégnante…Cela me permet entre autres de ne pas dépendre de l’industrie du disque brésilienne ».
 
Bref, pour lui aussi « la libertat es sus la talvera… »

Dimanche 10 Juin 2012
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Laisser la ville aux aménageurs ou donner le pouvoir aux habitants ?
Dison que...

« Bono annado… »

…bèn acoumpagnado ! » C’est-à-dire avec de bons amis ?…ou plutôt qu’elle vous procure longue vie ? Nos vieilles expressions sont peut-être à double sens. Fouillons, fouillons…

« Bono annado… »
Avèn coustumo de nous souveta bèn ritualamen à la debuto de chasco annado uno « Bono annado, (bèn) granado e (bèn) acoumpagnado ! ». Quant de cop l’avèn emplegado, aquesto espressioun, subretout iéu à moun age, e d’un biais tout machinau…


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.