Aquò d'Aqui

Journée historique pour les langues régionales

La loi dite Molac donnera des droits à l'enseignement des langues minoritaires en France, enfin ! ça ne s'est pas fait tout seul.

Bien des lecteurs d'Aquò d'Aquí ont été surpris, le 8 avril, du vote écrasant des députés en faveur de la loi de Protection des langues régionales, avancées par le groupe parlementaire Libertés et Territoires. Pourtant une observation un peu fine des évènements qui ont conduits à cette issue aurait rassurée plus d'un.

















            partager partager

La Roquette entre au couvent…pour sortir son premier CD


Le groupe vocal de femmes arlésiennes a enregistré au couvent d’Auzits, et peaufine la douzaine de morceaux en occitan, qu’on peut déjà entendre pour partie.



La Rouquette chantera notamment au festival Cantar Lou Païs en avril 2015 (Photo XDR)
La Rouquette chantera notamment au festival Cantar Lou Païs en avril 2015 (Photo XDR)
Groupe vocal féminin d’Arles créé voici maintenant dix ans, La Roquette prépare son premier album.

Il a été préparé, et partiellement enregistré au couvent d’Auzits, en Aveyron, à l’issue d’une résidence d’artistes.
 
Si un premier quatre titres a été édité, « le CD réunira au total de huit à douze morceaux en occitan, dont le fil conducteur est leur capacité à parler au public  de la vie de tous les jours, de l’amour, de la nature… »
 
Fanny, qui parle, est par ailleurs musicienne professionnelle.
 
 Cette tromboniste passionnée de chant est l’une des six filles de cette équipe dont la qualité s’est affirmée dans les cours des fêtes de quartier, sur les scènes de festivals locaux, et les estrades d’événements culturels provençaux où elles ont fait leurs premières armes.
 
Toujours à proximité immédiate d’un public attentif avec qui, après, on peut discuter.
 
Un exemple de ces textes sensibles, « qu’on trouvera chez Saboly, mais aussi Charles Galtier, Serge Bec ou Louis Roux-Servine », est l’histoire de « La Santenco » (composition de Manu Theron), une prostituée des Saintes-Maries, dont la vie anonyme le sera du coup beaucoup moins.
 
Si le chant a cappella reste leur identité musicale profonde, La Roquette ne s’interdit pas « l’intégration de sons percussifs, par exemple grâce au bombo argentin".

 
01___roquette___aman_tamben_master.mp3 01 - Roquette - Aman-Tamben_MASTER.mp3  (6.29 Mo)


Une première chez La Roquette,le Bombo soutiendra le rythme (photo XDR)
Une première chez La Roquette,le Bombo soutiendra le rythme (photo XDR)
"Notre seule vraie question » reprend Fanny, « c’est de choisir à coup sûr à quel chant nous voulons l’intégrer ».
 
La Roquette avance ses propositions artistiques, marquées à la fois par la douceur et la vivacité, sur la draïa tracée par Lo Còr de la Plana et La Mal Coiffée, autres groupes vocaux désormais emblématiques du chant occitan.
 
« Mais ça ne signifie pas forcément qu’on gardera la même ligne ». C’est ce que le public sera bientôt amené à vérifier.

Par exemple le 19 avril, dans le Haut-Var, puisque le festival Canta lou Païs y invite La Roquette.

Avec Henri Maquet, autre Arlésien inventif de grand intérêt musical, le groupe chantera aussi, toute fin avril, tout début mai, à Nice pour la Santa Capelina

Jeudi 26 Février 2015
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Dison que...

Nos villes avec leur nom historique et sans enquiquineur procédurier

Un aspect de la loi Molac, votée le 8 avril, est resté à tort dans l'ombre : le droit de nommer ses rues et ses entrées de ville sans être harcelé par un obsédé de la langue unique.

De la loi loi nº 2548 relative à la protection patrimoniale des langues régionales et à leur promotion, désormais connue sous le nom de son promoteur, Paul Molac, nous avons surtout retenu les articles permettant de renforcer l’enseignement bilingue dans les établissements publics.

 

Cependant s'il est un aspect de la promotion des langues minoritaires qui a été négligé par les commentateurs, c’est celui de la signalétique bilingue. C’est un tort car cette possibilité, enfin débarrassée des attaques imbéciles de soi-disant libres penseurs, fera évoluer les mentalités de nos concitoyens, à qui sera rappelée aisément la fierté de leur terroir.




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.