Aquò d'Aqui


            partager partager

La Librejado a Marsiho en 2013


Organisée par le Félibrige à Salon (13) l'an passé, la manifestation renonce à son concert d'après midi pour se concentrer sur les rencontres public/éditeurs/auteurs et migre à Château Gombert. "une façon de s'inscrire dans Marseille Provence 2013" expliquent les organisateurs. date à retenir, le dimanche 3 mars 2013.



En 2012 la première édition s'était déroulée sous la neige et par un froid de canard à Salon (photo Félibrige DR)
En 2012 la première édition s'était déroulée sous la neige et par un froid de canard à Salon (photo Félibrige DR)
Aquéu segound rescontre de Librejado, se debanara, lou dimenche 3 de mars 2013, au Cèntre de culturo prouvençalo Daniel Audry, 45 balouard Barra à Castèu-Goumbert (Marsiho), duberturo de 10 ouro à 12 ouro 30 e de 14 ouro à 17 ouro.

Uno proumiero taulo redouno, sus lou tèmo « urbanita, ruralita : es-ti que nosto lengo s’encapo em’uno meno d’ispiracioun ? » se tendra entre 10 e 11 ouro. A 11 ouro 30 : acuei dis autourita, aloucucioun e aperitiéu.

Uno segoundo taulo redouno, sus lou tèmo « qunto creacioun literàri pèr li loucutour d’aro ? » se tendra entre 15 e 16 ouro.
 
La Librejado à Castèu-Goumbert es un biais de s’entrauca dins Marsiho Capitalo éuroupenco de la Culturo qu’ignoro quasimen tout de la culturo nostro. 

publié en graphie mistralienne directement à partir du communiqué de presse

Mardi 15 Janvier 2013
La rédaction




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

On vous parle des poétesses d'oc ?
Dison que...

L'autre pandémie...à perpétuité ?

L'air pollué tue plus surement et plus massivement que la covid 19. Or, cette dernière, en forçant à la cessation d'activités, a révélé les responsables des pollutions les plus prégnantes sinon les plus connues.

L'autre pandémie...à perpétuité ?

Avec près de trente mille morts, la crise de la covid 19, dont on n’ose encore parler au passé, a marqué le premier trimestre de 2020. Elle nous a paru à juste titre terrible. Ces morts sont dues en fait aux affections respirtatoires qui souvent suivaient l’infection virale. Or, il nous faut remettre, toute traumatisante qu’elle soit, cette maladie planétaire dans un contexte plus large.

 

Entre trois et quatr millions de personnes décèdent chaque année d’affections respiratoires dans le monde. La bronchopneumopathie chronique obstructive, autrement dit la bronchite chronique, est un fléau.

 

Et pour partie ce que nous respirons au quotidien aggrave tous les symptômes. Encore ne sait-on pas tout, loin de là, sur  l'air qui est sensé nous faire vivre.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.