Aquò d'Aqui


            partager partager

La Calandreta de Gap compte sur le financement participatif pour ouvrir une seconde classe




L'école en occitan de Gap compte sur les dons individuels pour ouvrir sa seconde classe (photo XDR)
L'école en occitan de Gap compte sur les dons individuels pour ouvrir sa seconde classe (photo XDR)
La Calandreta Gapiana a lancé un projet de financement participatif sur la plate-forme de crowdfunding ulule afin de financer l’ouverture de sa seconde classe.
 
Si actuellement cette école associative sous contrat, immersive en occitan, accueille 21 enfants dans une unique classe, depuis la maternelle jusqu’au CE1, l’association de parents espère bien mieux regrouper l’an prochain les élèves par niveau scolaire.
 
Et, partant, assurer l’augmentation des effectifs, qui se profile.
 
Aménager la future classe dans les locaux actuels, acheter un mobilier aux normes, ce sont les objectifs de ce projet à Gap.
 
Il reste six semaines à la Calandreta Gapiana pour réunir les 5000€ souhaités via la plate-forme ulule. On peut contribuer à partir de 5€ et envoyer un message aux initiateurs via cette plate-forme, la première en France dédiée au financement participatif.

5000 € ou rien !

Mais, si la somme n’est pas atteinte à l’issue de la période déterminée, les promesses de participation ne seront pas suivies de paiements, et la Calandreta perdrait alors les sommes, promises mais trop peu importantes.
 
Le succès des opérations de crowdfunding dépend largement de l’écho qui leur est donné. Nous recommandons donc à nos lecteurs de copier le lien de cet article et de l’adresser à toutes leurs connaissances.
 
L’augmentation des effectifs de cette école immersive dans les Hautes-Alpes, et le renforcement de l’apprentissage de la langue régionale sont au bout de ces initiatives.

Le lien pour donner, dès 5€


Mercredi 3 Juin 2015
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
En octobre Aquò d'Aquí ôte le masque
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.
L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.