Aquò d'Aqui

Journée historique pour les langues régionales

La loi dite Molac donnera des droits à l'enseignement des langues minoritaires en France, enfin ! ça ne s'est pas fait tout seul.

Bien des lecteurs d'Aquò d'Aquí ont été surpris, le 8 avril, du vote écrasant des députés en faveur de la loi de Protection des langues régionales, avancées par le groupe parlementaire Libertés et Territoires. Pourtant une observation un peu fine des évènements qui ont conduits à cette issue aurait rassurée plus d'un.

















            partager partager

L’occitan en danger au collège nîmois Révolution


NÎMES. La section bilingue du collège Révolution, de Nîmes, pourrait bien disparaître à la rentrée 2013. En cause, la baisse des effectifs prévue pour l’année 2013-14. Les défenseurs du cours évoquent une remontée de l’effectif prévue dès la rentrée 2014.



Le collège Révolution dispose d'une section bilingue, aujourd'hui en danger de disparition (photo XDR)
Le collège Révolution dispose d'une section bilingue, aujourd'hui en danger de disparition (photo XDR)
Une dizaine d’élèves intégraient cette classe depuis six ans. Ils viennent aujourd’hui tous des Calandretas de la ville : Jòrgi Gròs et Aimat Serre. les calendrons pouvaient ainsi poursuivre leurs études partiellement en occitan. La section bilingue assure en effet trois heures d’occitan par semaine et autant de cours d’histoire géographie en occitan. Deux enseignants interviennent particulièrement pour ces cours-là.
 
« Chaque année de deux à cinq élèves les rejoignaient pour la même raison, tant que le collège a été hors secteur » nous explique un parent d’élève. Mais il y a trois ans, cette possibilité a disparu, quand le collège a appliqué strictement la règle de sectorisation. Priorité dès lors aux inscrits des quartiers environants.
 
Avec la fin des dérogations sectorielles accordées, les effectifs ont décru. « Cette année, certaines familles de calendrons ont quitté la ville, et leurs enfants étant scolarisés ailleurs, les effectifs ont encore décru » souligne Lisa Gròs, de la Marpoc, l’IEO local, qui lance une pétition.
 

Deux manifestations et une pétition

En somme, un trou d’air dans la fréquentation de cette classe bilingue pourrait valoir sa disparition. « C’est réellement dommage, car l’année suivante nous savons que, mathématiquement, cet effectif remontera » ajoute Lisa Gròs. Les questions posées aux parents des calendrons montrent en effet que l'effectif pourrait remonter au dessus de dix élèves.
 
La disparition possible de la section bilingue français-occitan a été évoquée par la direction du collège, ce qui a mis en émoi parents, enseignants, Institut d’Estudis Occitan et la Fédération des Enseignants de Langue et Culture d’Oc. D’autant que l’argument d’une rentabilité du cours (le rapport coût/nombre d’élèves) aurait été mis en avant.
 
De source fiable nous savons que l’Inspection d’Académie est en recherche d’un autre site pour assurer la rentrée 2013.
 
Cependant beaucoup considèrent qu’un hiatus au collège Révolution serait fatal à la section bilingue. « Il suffirait de rouvrir la possibilité de déroger à la carte scolaire pour que l’effectif remonte » nous dit un des défenseurs de cette section, en arguant du caractère particulier, à protéger absolument, d'un établissement enseignant dans la langue du pays.
 
Avec d’autres, il manifestera pour ce maintien mercredi 6 février 2013 devant le collège le matin à 11 h 30, et l’après-midi devant l’Inspection d’Académie à 14 h.
Une manifestation est prévue ce mercredi 6 février à 11 h 30 (photo XDR)
Une manifestation est prévue ce mercredi 6 février à 11 h 30 (photo XDR)

Lundi 4 Février 2013
Michel Neumuller





1.Posté par Alà Baylac Ferrer le 08/02/2013 11:37
Bon dia,

La lògica seria d'obrir una o més seccions bilingües dins les escoles del sector... És la manera més coherent i eficaç de preservar la continuïtat del bilingüisme a secundari. Però això vol dir que se cal inscriure dins una lògica de preservar la llengua en el futur i de prioritzar la seua consolidació a l'escola... Sé pas si és ben bé el raonament i la preocupació de l EN...

Salutacions des de Catalunya Nord

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Dison que...

Nos villes avec leur nom historique et sans enquiquineur procédurier

Un aspect de la loi Molac, votée le 8 avril, est resté à tort dans l'ombre : le droit de nommer ses rues et ses entrées de ville sans être harcelé par un obsédé de la langue unique.

De la loi loi nº 2548 relative à la protection patrimoniale des langues régionales et à leur promotion, désormais connue sous le nom de son promoteur, Paul Molac, nous avons surtout retenu les articles permettant de renforcer l’enseignement bilingue dans les établissements publics.

 

Cependant s'il est un aspect de la promotion des langues minoritaires qui a été négligé par les commentateurs, c’est celui de la signalétique bilingue. C’est un tort car cette possibilité, enfin débarrassée des attaques imbéciles de soi-disant libres penseurs, fera évoluer les mentalités de nos concitoyens, à qui sera rappelée aisément la fierté de leur terroir.




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.