Aquò d'Aqui


Lo dire d’Elie Lebre (15)

Comment un paysan provençal du XXème siècle disait son temps, les saisons, le bon sens... dans sa langue de tous les jours. Quinzième semaine…

Ouvrage édité par l'Aeloc
L’agriculteur érudit et curieux Elie Lèbre (Cucuron –  Luberon : 1920-91) par bonheur rencontra l’occitaniste Madeleine Jaquier, et le fruit d’années de collectage nous a permis d’en savoir beaucoup sur la manière vivante et quotidienne de parler provençal.
 
Avec l’aimable autorisation d’Alain Barthelémy-Vigouroux qui a organisé la masse de notes et d’enregistrements issus de ce travail, nous vous en offrons un morceau chaque semaine, en vous recommandant d’acquérir le livre édité par l’Association Pour l’Enseignement de la Langue d’Oc .






Siatz cinquanta dos indispensables

52 contributeurs entre janvier et avril ont ajouté un supplément au prix de leur abonnement au mensuel Aquò d'Aquí, et c'est ainsi depuis deux ans. Leurs dons indispensables permettent à l'ultime magazine d'actualité en langue occitane de faire un pied de nez aux cassandres qui prédisent la mort de la diversité linguistique pour dire le monde.

Cinquantados contributors an portat pèira a Aquò d'Aquí dau tèmps dau darrier trimèstre, que li an aduch precisament 753,5 €uròs. Aquò representa a pauc près la meitat dau còst de l'estampaire per un numerò.














            partager partager

L'occitan artificiellement sinistré dans l'Académie de Nice

Le Conseil Académique de la Langue Régionale s'est récemment tenu à Nice. Dans cette Académie on enseigne le niçois, l'occitan alpin et le provençal


NICE. Les effectifs des cours d'occitan fondent en lycées pendant que la matière disparait de l'Université. L'APLR dénonce les pressions de chefs d'établissements pour faire baisser artificiellement le nombre de cours de langue.



Représentant les enseignants d'occitan Olivier Pasquetti dénonce des pressions exercées sur des parents pour faire disparaitre les enseignements de la langue régionale (photo MN)
Représentant les enseignants d'occitan Olivier Pasquetti dénonce des pressions exercées sur des parents pour faire disparaitre les enseignements de la langue régionale (photo MN)

Avec environ 1200 élèves apprenant le niçois, le provençal ou l’alpin d’oc depuis le collège jusqu’aux BTS, l’Académie de Nice accuse surtout un fort recul – dont le détail n’est pas livré – dans les lycées. La réforme Blanquer produit ses effets : difficultés pour ouvrir un cours ou le maintenir et baisse drastique du cœfficient au bac ont réduit à presque rien les vingt cinq dernières années d’efforts des parents, des associations d’enseignants et des élus locaux.

 

On peut tirer cette conclusion au vu du compte rendu du dernier Conseil Académique de la Langue Régionale , récemment réuni au Rectorat à Nice.

 

L’effectif lycéens est de 206 élèves pas un de plus, encore sont ils à peine 11 dans le Var, l’Académie comprenant les deux départements, Alpes-Maritimes et Var.

 

Dans l’enseignement bilingue maternel et élémentaire à Nice intra muros, on note quelques succès . L’Ecole des Orangers ouverte depuis quelques années, doit sélectionner les élèves, tant la demande est importante, et la seconde école Fouònt Cauda ouverte l’an passé recrute sans mal. Déjà d’évidence d’autres projets sont nécessaires. Ceci dit le bilinguisme, en tant que parité du français et de l'occitan, reste théorique, la faute à la difficulté de recruter des compétences.

 

A l’Université de Nice, l’occitan en tant que département autonome a disparu.

 

Notons que l’Association pour l’enseignement de la langue régionale APLR, a dénoncé les pratiques de "certains chefs d’établissements" qui dissuadent les parents d’inscrire leurs enfants en occitan. Une pratique déloyale qui contrevient à la Loi, selon Olivier Pasquetti, représentant l’APLR.


Mercredi 9 Décembre 2020
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Dans l'Aquò d'Aquí de l'été...

Dison que...

Uno marcho di fierta countrariado

AVIGNON. Les Gay Pride sont faites pour que la diversité s’affiche, s’affirme, gaiement et en couleurs. Quittant le chantier de l’Oustau Prouvençau e Occitan de Sault, bientôt inauguré, Raphaël a participé à celle d’Avignon. Hélas ! Tout y a été contraint par des autorités locales qui semblaient vouloir, sans vouloir.

Rafaèl Cuny
Lou darrié dissate, tres de setèmbre, m'anère espaceja dóu coustat de la ciéuta papalo, qu'aviéu ausi que se ié debanavo la proumiero Gay Pride avignounenco, caminado di fierta.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.