Quarante ans après les Calandretas toujours vives

Le mouvement enseigne en occitan, avec les méthodes Freinet. Il ouvre les portes des écoles languedociennes ce samedi, et nous isolons deux établissements que vous pourriez aider à remplir leur mission.

Donnait-on cher de la peau de l'enseignement d'immersion en occitan, en 1979, quand le mouvement des Calandretas est né ?
Quarante ans après les Calandretas toujours vives






            partager partager

L’istòria desplegada (e mai vertadiera !) de la naissença de Crau


Cette adaptation provençale de la mythologie grecque est racontée par le conteur Rémy Salamon au cours de séances scolaires données pour l'association Aeloc, et illustrée par une exposition de gouaches et aquarelles d'Enric Damòfli sur les mythes et l'imaginaire provençaux.



En aqueu temps fòrça ancian, l’eròis Eraklès s’entornava d’Espanha, cap au sieu, que menava un tropèu de buous a son paire, Zeus, rèi de totei lei Dieus de l’Olimpe. E vaquí que, coma passava per Lengadòc, rescontrèt una ribiera grandassa. « E bèn, la passarem» se diguèt. Amb aquò de ribeirans d’arribar e, pron desaviats de li venir ansin: « Bondieu ! Que non ! Vagues pas passar Ròse, que de l’autra man lei dos gigants te manjaràn, d’aquò n’es segur ! ».
 
Eraklès, coma lo conoissètz, mai fòrt que totei sei buous ensems, e que crenh degun l’anèt pasmens. Un còp arribat dins una bèla planura, rescontrèt dos gigants, l’òme e la frema. De la corporença se dreiçavan mai grands qu’un auciprès, e de la votz bofavon coma lo tròn de l’èr. Li venguèron : “Qué ?  Lei gents de l’autre man dau Ròse t’auràn pas dich qu’èra defendut de passar d’aquí !”

-  “Òc bèn, que m’an avisats, bravei gigants, mai d’aquò me n’en garci, que ieu fau just que passar per m’entornar au mieu. Autanben, adieu e ben lo bonjorn ! »
Mai l’en vouguèron mau e s’enmalicièron lei dos colòs e cerquèron d’agantar lo brave Eraklès, que s’esquilhèt lèu-lèu,  prenguèt la sosta d’un aubre, agantèt son arc e li traiguèt matràs e matràs. Ren li faguèt ! de tant que la pèu dei gigants èra dura, lei sagetas ne’n rebombavan. Alòr de la ràbia, lei gigants se coneguèron plus, e Eraklès esfraiat enauçèt lei mans per demandar ajuda de son paire : “Ò Zeus grand ! ajuda-me tant que poiràs. » E Zeus de i mandar très aglas que portavan l’una l’ulhauç, l’autra lo tròn, e la tresena lo mistrau. Mai n’èra pas pron per arrestar lei gigants.

Lei très aglas se gandiguèron adonc en Durença, onte culhiguèron de pèiras a millerat, e que traiguèron dau cèu sus lei gigants. Dau temps qu’aquelei assajavan de se gardar d’aquela plueja de pèiras, l’Eraklès n’en profichèt per menar lèu-lèu son tropèu delà de la plana maudicha, e s’encaminèt mai per Grèçia.
Leis aglas partidas, la plana se devinèt coma la vesèm encara uei, clafida de massacans. L’avèm sonada Crau.
Les Géants de la Crau, vus par Enric Damòfli
Les Géants de la Crau, vus par Enric Damòfli

Vendredi 17 Juin 2011
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Laisser la ville aux aménageurs ou donner le pouvoir aux habitants ?
Dison que...

« Bono annado… »

…bèn acoumpagnado ! » C’est-à-dire avec de bons amis ?…ou plutôt qu’elle vous procure longue vie ? Nos vieilles expressions sont peut-être à double sens. Fouillons, fouillons…

« Bono annado… »
Avèn coustumo de nous souveta bèn ritualamen à la debuto de chasco annado uno « Bono annado, (bèn) granado e (bèn) acoumpagnado ! ». Quant de cop l’avèn emplegado, aquesto espressioun, subretout iéu à moun age, e d’un biais tout machinau…


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.