Aquò d'Aqui



Pour votre journal c’est l’heure de vérité !

Assurer la succession de notre journaliste, faire plus et mieux pour vous proposer en occitan des contenus d’actualité de qualité, cela ne peut se faire sans votre aide. Et nous nous refusons à l’alternative de sa disparition. Nous pouvons compter sur vous ?

La langue occitane pour dire la société, c’est indispensable et les lecteurs d’Aquò d’Aquí en sont persuadés qui, non seulement s’abonnent à notre revue désormais bimensuelle, mais qui encore lui donnent le coup de pouce financier nécessaire quand nous le leur demandons.

 

Ils savent pourquoi ! Le prix de la revue ainsi reste bas, aussi grâce à eux retraités comme étudiants peuvent avoir accès à nos contenus, s’imprégner des valeurs occitanes, celles du respect réel de la diversité. Avec eux, la langue dira tout cela publiquement à une nouvelle génération.

 

Notre langue supposée morte par les croque morts hexagonaux respire encore grâce à vous.

 















            partager partager

L’abelha tròba sa sosta ultima en vila


Elles butinent dans les champs cultivés et meurent des pesticides. Un mouvement de repli des ruches en ville… et en usine, vise à les sauvegarder.



L’abelha tròba sa sosta ultima en vila
Lo mèu de Jan Gontier es particulier, auriá poscut èstre amagestrat au Marròc, tan es gostós. La fauta ai esséncias que cuèrbon Entressen, toteis en flors, que t’embauman l’èr.
 
Avètz bèn legit, Entressen ! L’ancian mai grand bordilhier d’Euròpa a perdut sei nìvols de gabians cabussant sus lei residús arribats chasque jorn ‘mé lo « tren dei bordilhas ». Aquò’s acabat. A l’ora d’ara, es una còla verda au mitan de la plana de Crau. Plus ges de saquètis de plastic de’n pertot, plus ges de fortor , e una usina de valorisacien dau gas vengut dau trefons de ce qu’es devengut una jaça d’energia…
 
« Aquí meis abelhas son bèn, ges de pesticidas amé lei flors que leis emplegats nos fan créisser », que ditz lo pastre d’abelhas.
 
A l’ora d’ara, lei deputats e lei senators se charpinhan per saupre s’aquelei pesticides, lei neocorticoides, devon èstre enebits quatecant o dins quauqueis annadas… Es que de butinar pòu lei tuar, amé de tèrras clafidas d’insecticides sistemics.

L’abelha a l’usina a gas pusleu que dins lo camp de caulet-flòris

En ville, les abeilles ne sont pas confrontées aux pesticides au niveau de leurs cousines des champs. Ici autour de Henri Clément (UNAFà et des apiculteurs pionniers, le toit de l'Hôtel de Région accueille des ruches depuis un an à Marseille (photo MN)
En ville, les abeilles ne sont pas confrontées aux pesticides au niveau de leurs cousines des champs. Ici autour de Henri Clément (UNAFà et des apiculteurs pionniers, le toit de l'Hôtel de Région accueille des ruches depuis un an à Marseille (photo MN)
En vila, aqueleis auvaris , lei coneisson pas. Nos vaquí sus la teulissa de l’Ostau de Regien Provença Aups Còsta d’Azur. Fa un an que d’apicultors li rabalhan lo mèu. « Aquí, finalament, leis abelhas patisson pas de totei lei produchs agricòus que nos lei tuán! » que ditz Enric Clement, pòrta paraula de l’Unien Nacionala de l’Apicultura de França (Unaf).

Aqueu Cevenòu, lo retrobam puei per parlar dau debat parlamentàri. « Siam en urgènci. E, au contrari de ce que dison mai que d’un agricultor, leis alternativas  existan ai pesticidas. Avèm mume embauchat un ingenior per leis ajudar a lei metre en òbra, a l’Unaf ».
 
S’entornam adonc a Entressen. Lo pastre d’abelha Jan Gontier a plantat cavilha , amé sei bruscs , pròche de l’estanh onte arriban leis aigas tractadas per l’estacien d’espurgacien. Aquela recebe totei leis escolaments de la montanha de residús. « Lei flors aquí li convènon ai pichonas ! » que ditz.

L’usina de valorisacien d’aquelei biogàs es enviròutada de bosquets florits, amé d’esséncias exoticas, e d’un plantum mediterranèu, que vos fan un mèu fòrça gostós.
 
Bèla reclama per l’industria « vertuosa », segur. Mai tanben, l’apicultor nos raconta seis ànsias. « Dins lei tèrras, premier pròche dei aubres fruchaus, meis abelhas son en grand dangier. Totjorn que mai perdèm de bruscs. » L’i a ges de fum sensa fuec, l’agricultor e l’apicultor devrián èstre en osmosa, pasmens lei vaquí adversaris.

Au Martegue lo brusc se farà termomètre de la qualitat de l’èr

La centrale EDF de Martigues-Ponteau fut une calamité pour l'environnement...Elle affiche aujourd'hui son exemplarité, et ses ruches (photo MN)
La centrale EDF de Martigues-Ponteau fut une calamité pour l'environnement...Elle affiche aujourd'hui son exemplarité, et ses ruches (photo MN)
A quauquei còps d’alas dau gabian que pòu plus manjar a Entressen, nos vaquí en riba de mar, a Carròs. Entre lei cheminèias roge-blanc-blu de l’usina electrica de Ponteau, d’autrei bruscs siguèron pausats fa pauc.

Aquela usina, indispensabla per produrre d’electricitat quand lo malhum electric amenaçava de s’espoutir , cremava de fiol, fòrça polluissent . « La mai pièger deis usinas de l’encontrada ! » diguèron leis ecologistas. Era fa detz ans. En 2012, es passada au gas.

Despuei la vaquí benlèu la mai neta de Provença ! L’abelha l’i es en seguretat, e, segur, fa mai de reclama a l’electrician que sei centralas nucleàrias.
 
« La santat de l’abelha es un sinhau de la santat de l’èr » apiela Xavier Villetard. A Air Paca, l’associacien que susvelha la qualitat de l’èr en Provença, aqueu director operacionau vèn de faire pausar dos bruscs sus la Pagòda, lo centre d’Air Paca au Martegue, au cimèu d’una còla.
 
Aquí, Air Paca farà de comparasons entre condiciens meteò, nivèus de pollucien au sofre, a l’osona e amé l’estat dei populaciens d’abelhas. « Coma butinan a tres o quatre quilomètres e pas mai, podèm esperar veire una relacien entre nivèu de pollucien et nivèu de santat dau brusc ».

L’experiéncia vèn tot bèu just de s’endraiar. Dins quauqueis annadas, benlèu, l’insècte serà nòstre termomètre de l’èr. Se pòu subreviure.

Ais HLM e a l’Armada dau Salut … de l’abelha

Lo trobam pereu dins lei òrts dei ciutats HLM de Marselha, coma ai Nereïdas e au Bosquet, uech cent lotjaments a la cintura de la vila, còntra lei còlas plenas de pins dau massiu dei Calancas.

« Dos bruscs que permeton au monde de se parlar, bòrd que se i son  interessats, e tanben de se partejar quaranta quilòs de mèu... » ditz Germain Ahoua, lo cap d’agéncia de 13 Habitat, una societat publica d’abitat sociau.
 
« Mai a l’ora d’ara, un dei dos bruscs es feblàs. Avèm besonh d’ajudas per comprendre e lo reviscolar ». Une ruche dans mon jardin, l’associacien qu’a acompanhat tota l’escomessa , es aquí per ajudar.

L’abelha a la ciutat es un afaire que s’espandís, amé son malhum d’afogats. « Ne’n trobaretz, de bruscs, tanben sus la teulissa de l’Armada dau Salut, e d’una ensenha d’amoblament au mitan dau relargàs de comerçi de La Valentina ! » que ditz Agnès Verdelet, l’encargada de projècts d’aquela associacien.

E lei bruscs seràn pereu en cò de tot plen d’amators qu’an un jardin.
 
« Aquí son mai en seguretat, a l’ora d’ara, qu’au mitan dei tèrras » regreta Enric Clement. « Lei flors son enverinadas per elei dins lei pèças facturadas , mai mume l’èr li fa de mau. »

En riba dau Rin, fa quinge ans, dètz mila bruscs an patit d’un espandiment de pesticides. Sec e ventós, lo temps aviá semenat son poison a de quilomètres. « E en Lauragués, avèm agut lo mume auvàri fa quauqueis annadas ».
 
Lo vonvon de l’abelha, davant vòstre balcon, que vèn butinar vòstrei flors, vaquí benlèu lo futur de l’espècia, que li farà pas tant de mau coma la pèça de caulet-raba dau país sestian, o lei tieras de pomiers de la vau de Durença.
Sur les hauteurs de Martigues, l'association de surveillance de l'air Air Paca, installe aussi ses ruches. Le but, établir une corrélation entre qualité de l'air et santé des abeilles (photo MN)
Sur les hauteurs de Martigues, l'association de surveillance de l'air Air Paca, installe aussi ses ruches. Le but, établir une corrélation entre qualité de l'air et santé des abeilles (photo MN)

Dimanche 22 Mai 2016
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Notre numéro de février mars

Aquò d'Aquí c'est d'abord un magazine d'actualité sociétale sur 28 pages sans publicités, et s'y abonner c'est disposer d'un média engagé pour la langue occitane dans sa diversité dialectale pour dire la société.

Ce numéro d'hiver vous propose bien entendu une évocation du poète et globe trotter Roland Pécout, de son histoire personnelle et de cette originalité qui a consisté pour l'essentiel à aller à la rencontre de l'autre (Afghanistan, Scandinavie, Amérique latine...) pour comprendre qui l'on était. L'homme et l'intellectuel avait plusieurs dimensions, dont l'analyse historique et littéraire d'oc n'était pas la moindre. Mais nous avons choisi de l'évoquer avec l'écrivaine et chercheuse Danielle Julien.

 

03/02/2024

Dison que...

Robert Lafont cet intellectuel qui occupa le terrain social pour une renaissance occitane

A ne pas manquer !

AIX-EN-PROVENCE. Le colloque du 14 octobre ouvre large l'éventail des domaines d'intervention d'un humaniste dont l'œuvre incontournable a généré et accompagné le second risorgimento de la conscience d'oc.


Robert Lafont fut l'artisan principal du second risorgimento de la langue d'oc. Mistral avait lié le premier à la production d'œuvres littéraires prestigieuses et à l'unité latine, Lafont, avant et après 1968 associa ce second regain à la critique coloniale et à la situation sociale comme à une relecture de l'histoire. Pour autant son œuvre littéraire et théorique, riche et diverse, marque encore tous les domaines de la création d'òc. 

 



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.