Aquò d'Aqui


Lo dire d’Elie Lebre (15)

Comment un paysan provençal du XXème siècle disait son temps, les saisons, le bon sens... dans sa langue de tous les jours. Quinzième semaine…

Ouvrage édité par l'Aeloc
L’agriculteur érudit et curieux Elie Lèbre (Cucuron –  Luberon : 1920-91) par bonheur rencontra l’occitaniste Madeleine Jaquier, et le fruit d’années de collectage nous a permis d’en savoir beaucoup sur la manière vivante et quotidienne de parler provençal.
 
Avec l’aimable autorisation d’Alain Barthelémy-Vigouroux qui a organisé la masse de notes et d’enregistrements issus de ce travail, nous vous en offrons un morceau chaque semaine, en vous recommandant d’acquérir le livre édité par l’Association Pour l’Enseignement de la Langue d’Oc .






Siatz cinquanta dos indispensables

52 contributeurs entre janvier et avril ont ajouté un supplément au prix de leur abonnement au mensuel Aquò d'Aquí, et c'est ainsi depuis deux ans. Leurs dons indispensables permettent à l'ultime magazine d'actualité en langue occitane de faire un pied de nez aux cassandres qui prédisent la mort de la diversité linguistique pour dire le monde.

Cinquantados contributors an portat pèira a Aquò d'Aquí dau tèmps dau darrier trimèstre, que li an aduch precisament 753,5 €uròs. Aquò representa a pauc près la meitat dau còst de l'estampaire per un numerò.














            partager partager

L’IEO 13 rend hommage aux poilus


MARSEILLE / SEPTEMES. L’association occitaniste propose concerts, expositions et conférences à Septèmes et Marseille, du 4 au 21 novembre. Trois questions à son président, Joël Bouc.



L’IEO 13 rend hommage aux poilus
Pourquoi ce thème, que tout le monde aborde en 2014 ?
Le début de la grande guerre est un évènement majeur, terrible pour les populations qui l’ont vécu, et parmi les dimensions de cette histoire il y a le fait que ces populations ne parlaient alors pas si souvent que français,  en partie dans les milieux ruraux qui ont fourni la grande part des poilus.

Les commémorations parlent peu du fait que les Bretons, Corses ou Provençaux qu’on a envoyé au front y arrivaient avec leur langue.
Bien sûr il vaut mieux compter sur les promoteurs de la langue occitane pour que cette dimension ne soit pas occultée dans les manifestations commémoratives, et c’est le sens de l’engagement de l’Institut d’Estudis Occitans, dans l’organisation de cette quinzaine d’évènements organisés à Marseille et Septèmes.

Vous proposez la Légende du soldat O. Que dit-elle du sujet ?
La pièce de Neyton tourne depuis quelques années, et mérite d’être connue. Bien entendu, c’est particulièrement en cette année de commémorations qu’elle prend tout son sens. Elle nous parle, à travers le soldat varois Odde, fusillé pour l’exemple, de la mauvaise considération dans laquelle l’intelligentsia française a tenu le peuple du Midi. Cette mauvaise réputation s’est cristallisée aux premiers jours de la guerre dans l’affaire du XVè corps, où soldats provençaux et corses ont été accusés de lâcheté, malgré leur attitude courageuse.

La langue occitane a-t-elle fait partie des vaincus de la Grande Guerre ?
La première guerre mondiale a constitué un drame pour l’humanité. Et dans ce drame, il y a aussi le début de la perte de l’occitan comme langue véhiculaire. Les raisons en sont certes complexes, mais c’est le moment où se joue sa davalada.

Programme :

L’IEO 13 rend hommage aux poilus
4 novembre, 18 h – vernissage de l’exposition du Cirdoc : Lenga de guèrra : l’occitan dans la Première guerre mondiale », salle Dugommier à Marseille.
7 novembre, 19h30 – Théâtre de la Comédie : spectacle de JP Belmon, « Omenatge : 1562 jorns : tesimòni du chaple », 15 et 18€.
11 novembre, 15h : Conférence de Claude Chanteloube sur le XVè Corps (en français), Espace Jean Ferrat à Septèmes. Exposition sur le même sujet. Et à 16h30, toujours au même endroit, Théâtre : La legenda negra dau sordat O, par le Centre Dramatique Occitan, d’André Neyton.
14 novembre , 18h : Conférence de Felip Martel sur le XVè corps (en occitan). Salle Dugommier à Marseille.
21 novembre, 19h30 : Cants politics per Lo Còr de la Plana, Théâtre de la Comédie, à Marseille. 15 et 18€.

Vendredi 31 Octobre 2014
Propos recueillis par Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Aquò d'Aquí d'octobre arrive... abonnez vous vite !

Dison que...

Uno marcho di fierta countrariado

AVIGNON. Les Gay Pride sont faites pour que la diversité s’affiche, s’affirme, gaiement et en couleurs. Quittant le chantier de l’Oustau Prouvençau e Occitan de Sault, bientôt inauguré, Raphaël a participé à celle d’Avignon. Hélas ! Tout y a été contraint par des autorités locales qui semblaient vouloir, sans vouloir.

Rafaèl Cuny
Lou darrié dissate, tres de setèmbre, m'anère espaceja dóu coustat de la ciéuta papalo, qu'aviéu ausi que se ié debanavo la proumiero Gay Pride avignounenco, caminado di fierta.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.