Aquò d'Aqui

Quelques proverbes de Novembre

Relatifs au mois de novembre, ils nous parlent d'un temps d'avant le réchauffement climatique, d'évidence...

Òme de novembre es de bòna fusta
femna de novembre laissa que tabusta


(homme né en novembre sera de bon bois
femme née en novembre sera suractive)

in De qué farà aquel temps ?
(Petit précis de météorologie populaire occitane)
Pierre Mazodier - Marpoc

Per San Martin,
Boucho toun vin
Mette toun chàu dedin.


(Pour Saint Martin
bouche ton vin
et enferme ton chou)

in  Proverbes et dictons des Hautes-Alpes et de l'Ubaye 
éditions du Roc












            partager partager

L’IEO 13 rend hommage aux poilus


MARSEILLE / SEPTEMES. L’association occitaniste propose concerts, expositions et conférences à Septèmes et Marseille, du 4 au 21 novembre. Trois questions à son président, Joël Bouc.



L’IEO 13 rend hommage aux poilus
Pourquoi ce thème, que tout le monde aborde en 2014 ?
Le début de la grande guerre est un évènement majeur, terrible pour les populations qui l’ont vécu, et parmi les dimensions de cette histoire il y a le fait que ces populations ne parlaient alors pas si souvent que français,  en partie dans les milieux ruraux qui ont fourni la grande part des poilus.

Les commémorations parlent peu du fait que les Bretons, Corses ou Provençaux qu’on a envoyé au front y arrivaient avec leur langue.
Bien sûr il vaut mieux compter sur les promoteurs de la langue occitane pour que cette dimension ne soit pas occultée dans les manifestations commémoratives, et c’est le sens de l’engagement de l’Institut d’Estudis Occitans, dans l’organisation de cette quinzaine d’évènements organisés à Marseille et Septèmes.

Vous proposez la Légende du soldat O. Que dit-elle du sujet ?
La pièce de Neyton tourne depuis quelques années, et mérite d’être connue. Bien entendu, c’est particulièrement en cette année de commémorations qu’elle prend tout son sens. Elle nous parle, à travers le soldat varois Odde, fusillé pour l’exemple, de la mauvaise considération dans laquelle l’intelligentsia française a tenu le peuple du Midi. Cette mauvaise réputation s’est cristallisée aux premiers jours de la guerre dans l’affaire du XVè corps, où soldats provençaux et corses ont été accusés de lâcheté, malgré leur attitude courageuse.

La langue occitane a-t-elle fait partie des vaincus de la Grande Guerre ?
La première guerre mondiale a constitué un drame pour l’humanité. Et dans ce drame, il y a aussi le début de la perte de l’occitan comme langue véhiculaire. Les raisons en sont certes complexes, mais c’est le moment où se joue sa davalada.

Programme :

L’IEO 13 rend hommage aux poilus
4 novembre, 18 h – vernissage de l’exposition du Cirdoc : Lenga de guèrra : l’occitan dans la Première guerre mondiale », salle Dugommier à Marseille.
7 novembre, 19h30 – Théâtre de la Comédie : spectacle de JP Belmon, « Omenatge : 1562 jorns : tesimòni du chaple », 15 et 18€.
11 novembre, 15h : Conférence de Claude Chanteloube sur le XVè Corps (en français), Espace Jean Ferrat à Septèmes. Exposition sur le même sujet. Et à 16h30, toujours au même endroit, Théâtre : La legenda negra dau sordat O, par le Centre Dramatique Occitan, d’André Neyton.
14 novembre , 18h : Conférence de Felip Martel sur le XVè corps (en occitan). Salle Dugommier à Marseille.
21 novembre, 19h30 : Cants politics per Lo Còr de la Plana, Théâtre de la Comédie, à Marseille. 15 et 18€.

Vendredi 31 Octobre 2014
Propos recueillis par Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
Dans Aquò d'Aquí de novembre
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.