Aquò d'Aqui


            partager partager

L'Aucèu Libre aimerait s'envoler mais...

Confinats sens èstre esconfits


SALINELLES. Les Rencontres de la poésie que l'éditeur d'oc organise auront bien lieu, mais peut-être pas en juin. En attendant, les (bons) manuscrits s'accumulent sur le bureau de Paul Martin.



Estello Ceccarini et Paul Martin à Salinelles en juin 2019 : une première édition prometteuse des Rencontres littéraires d'Oc, qui sera renouvelée, mais quand ? (photo MN)
Estello Ceccarini et Paul Martin à Salinelles en juin 2019 : une première édition prometteuse des Rencontres littéraires d'Oc, qui sera renouvelée, mais quand ? (photo MN)

Il faut imaginer Paul Martin au milieu des vignes, à Salinelles, dans le Gard rural ; une grand-rue bordée de vénérables pierres blanches. Le confinement aurait pu être pire. Les soucis cependant ne manquent pas : “chaque jour s’éloigne un peu plus la possibilité de tenir effectivement les Rencontres de la poésie d’oc au quinze juin, comme prévu!”.

 

Avec la poétesse Estello Ceccarini, les conversations téléphoniques sont fréquentes, les décisions se prennent à deux. Lui, l’éditeur de L’Aucèu Libre, elle, universitaire italianisante et poétesse d’Oc, ont réussi l’an passé ce pari risqué : réunir un public, si possible fourni, dans un village du Gard, pour écouter de la poésie en occitan, et entendre en parler ceux qui l’étudient ou la promeuvent.

 

300 personnes et le gratin des lettres occitanes s’y sont rendues, et deux jours plus tard, le duo savait qu’il replongerait. D’autant plus que la Région Occitanie a voté une aide. Cela c'était début mars...avant le confinement.

 

“Le problème n’est pas de l’organiser si nous sortons du confinement courant mai, mais nous pensons que beaucoup hésiteront à s’y rendre, et la moyenne d’âge des amateurs correspond à la population à risque du covid 19. Sans l’avoir encore décidé – Il faut voir ce que les autorités, elles, décideront – nous commençons à étudier une autre option, organiser les Rescòntres à mi-septembre.”


Des projets d'après covid 19

Ce type d’événement, là où il est envisagé, est bien peu susceptible de concurrence. La Féria de Nîmes n’en sera surement pas une, de concurrente, et les deux journées des Rescòntres, organisées loin des peurs virales, ce serait tout de même mieux pour tout le monde.

 

En attendant d’arrêter une décision, l’éditeur bien entendu garde le nez sur les manuscrits reçus, et le confinement révèle des enthousiasmes. Rose Mioch, ex journaliste de l’Hérault du Jour, le pendant languedocien du journal de gauche provençal La Marseillaise, retraitée depuis quelques années, rédige une évocation poétique de ses engagements humanistes, résume Paul Martin. Elle a deux recueils sur le lutrin, et réunis sous le simple mot “Tèrra”, ils promettent beaucoup d’émotions.

 

Idem pour “Setòrias”, les sétoises, que Frédéric Figeac – l’auteur de A quicòm pròche (2018) soumet à l’Aucèu Libre. “Il s’agit d’une poésie sans rimes, et je préfère ne pas trop en dire...vous verrez le moment venu", dit l’éditeur avec une certaine gourmandise, avant de changer du tout au tout pour annoncer un ouvrage au moins aussi dur que le Negrelum de Miquèla Stenta (Aquò d’Aquí n° 322). L’auteure narrait les derniers temps de la mère, qu’il faut accompagner vers la sortie définitive, avec la kyrielle des sentiments difficiles qui animent l’accompagnante ; mais voici qu’un anonyme aborde, lui, le sujet de l’inceste, et pour cela utilise un pseudonyme. La poésie n’est pas qu’une affaire de sérénité, loin s’en faut.

 

Et ce n'est qu'un échantillon. “Je reçois vraiment beaucoup de manuscrits, peut-être trop, mais comment faire ? La qualité est au rendez-vous!” Il faut donc être à la hauteur, c'est la seule option.

 

Le déconfinement, pour peu que le public d’oc, lui, soit au rendez-vous, pourrait être celui d’un printemps de la poésie occitane...en automne. Préparez votre bibliothèque.

Pour Paul Martin le confinement c'est ici, un cadre plus serein que d'autres, pour imaginer une suite à l'aventure éditoriale (photo MN)
Pour Paul Martin le confinement c'est ici, un cadre plus serein que d'autres, pour imaginer une suite à l'aventure éditoriale (photo MN)


Jeudi 9 Avril 2020
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

On vous parle des poétesses d'oc ?
Dison que...

L'autre pandémie...à perpétuité ?

L'air pollué tue plus surement et plus massivement que la covid 19. Or, cette dernière, en forçant à la cessation d'activités, a révélé les responsables des pollutions les plus prégnantes sinon les plus connues.

L'autre pandémie...à perpétuité ?

Avec près de trente mille morts, la crise de la covid 19, dont on n’ose encore parler au passé, a marqué le premier trimestre de 2020. Elle nous a paru à juste titre terrible. Ces morts sont dues en fait aux affections respirtatoires qui souvent suivaient l’infection virale. Or, il nous faut remettre, toute traumatisante qu’elle soit, cette maladie planétaire dans un contexte plus large.

 

Entre trois et quatr millions de personnes décèdent chaque année d’affections respiratoires dans le monde. La bronchopneumopathie chronique obstructive, autrement dit la bronchite chronique, est un fléau.

 

Et pour partie ce que nous respirons au quotidien aggrave tous les symptômes. Encore ne sait-on pas tout, loin de là, sur  l'air qui est sensé nous faire vivre.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.