Aquò d'Aqui

Lo Consèu Constitucionau enebis l’ensenhament immersiu d’une lenga regionala dins l’ensenhament public

Votée à une large majorité de députés le 8 avril, la loi Molac était contestée par des députés macronistes, appuyés concrètement par le ministère de l’Enseignement, JM Blanquer. Le Conseil Constitutionnel a invalidé la disposition majeure de la loi, et est allé jusqu’à nier le droit de parler sa langue dans un établissement public.

 

“Que modifican d’urgencia la Constitucion !” Es amb’aquela crida que Paul Molac, inspirator, redactor et defensor de la lèi qu’ara a son nom, a reagit a l’anoncia de l’avis dau Consèu Constitucionau, tombat aqueu matin dau 21 de mai.

Le Conseil Constitutionnel à l'œuvre (photo CC DR)

















            partager partager

L'Aquò d'Aquí de fin d'année s'attelle à la charrue


Sous presse notre numéro 321 cherche le moyen de sauver les terres agricoles de l'urbanisme conquérant. Avec La Fédération Nature et Environnement et certains maires responsables, il semble possible de se rapprocher de l'autosuffisance alimentaire.



Abonnez-vous vite, vous recevrez ce riche sommaire et ses articles en oc e en français vers le 15-20 décembre
Abonnez-vous vite, vous recevrez ce riche sommaire et ses articles en oc e en français vers le 15-20 décembre

Dans les seules Bouches-du-Rhône les projets d'aménagement menacent directement  1859 hectares de terres agricoles, le plus souvent bien irrigables. C'est le constat issu d'un travail de fourmi mené par la Fédération Nature Environnement


Sauver les terres agricoles...et la langue d'oc.

Et certains maires, a l'instar de celui de Gignac, ont trouvé une parade : la zone de protection agricole, à condition d'avoir un projet politique partagé par la population. En Languedoc, où la pression foncière est un peu moins forte qu'en Provence, Terres de Liens monte des projets d'installation agricole...Notre numéro de décembre-janvier vous invite à faire connaissance avec le problème et avec ceux qui trouvent des solutions.

De même des élus et des associations de défenseurs des langues minoritaires de France ont trouvé une parade à la réforme du ministre de l'Enseignement, Jean-Michel Blanquer. Tel un bulldozer le ministre voulait en finir avec l'enseignement des langues de nos pays. Pour une fois, leurs défenseurs entendent jouer collectif. Et stratégique! Une nouveauté dans ce monde là. 

Il nous faut une école qui enseigne la langue d'oc, car demain, les écoliers auront accès à la richesse de l'édition en occitan. Nous en parlons avec un éditeur phare, l'un des trois piliers de Jorn, le viticulteur Joan-Pau Creissac. Et pour lui, il est plus que temps de favoriser la parole des femmes d'oc. Foin des - mauvaises- raisons avancées ici et là.

Début novembre le Félibrige nous invitait à débattre avec d'autres professionnels des médias de la place que pouvait conquérir notre langue. Et quelle bonne surprise de trouver, dans les Alpes Provençales tant de bonnes volontés ! La presse de territoire demande du provençal, aux provençalistes de trouver les moyens de soutenir une si bonne volonté.

Nous vous invitons aussi à vous intéresser aux "soutiers" de la création  -musicale- d'oc : avec Manivette Records, la maison de production de groupes aussi mythiques de Massilia Sound System et Moussu T, avec Gigi de Nissa. Car ces pionniers ont du tour créer, y compris leur public. Comment ? A voir, à lire.

Quelles personnes plus dissemblables que Robert Laffont et François Fontan ? Les ennemis de l'occitanisme ont pourtant, justement à cause de leurs oppositions, quelque chose en commun soutient l'historien Felip Martel.

De son côté l'anthropologue du langage Jaume Costa, nous livre le troisième volet de ses réflexions, nourries sur le terrain : la langue, une fois disparue la transmission familiale, est une langue choisie. Les débats sur la normalisation ne sont pas à négliger.

Mais il faut nourrir le cerveau! allez donc à la recherche de la cousteline, la base de nos salades sauvages. Florence Faure-Brac vous dit tout sur ce brin de verdure vitaminé. D'ailleurs, côté gastronomie, furetez aussi du côté de chez Médéric Gasquet-Cyrus, et faites connaissance avec le vocabulaire marseillais de l'assiette.

Bien sur, vous resterez un moment sur les planches de Phavorin, tant sa BD basée sur la frustration (paure Naufragat !) que sur l'humour caustique avec lequel il dénonce le sort fait à notre langue d'oc.

Et n'oubliez pas surtout, sans vos abonnements , l'aventure ne pourrait se poursuivre. Merci à tous ceux qui acceptent de financer à hauteur de 27€ le développement de notre langue dans une revue digne, et merci à ceux, nombreux, qui font un geste supplémentaire.

Joyeuses fêtes calendales. A l'an que vèn, e se siam pas mai...


Lundi 9 Décembre 2019
Aquò d'Aquí




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Notre numéro de juin
Dison que...

Le Conseil Constitutionnel contre Toute la Loi Molac ?

Le Conseil Constitutionnel n'examine que l'article visé par la saisine, officiellement. Mais en sommes nous vraiment certains ?

Michel Neumuller

Le 22 mai au plus tard les membres du Conseil Constitutionnel auront rendu un avis sur la constitutionnalité du texte de loi, voté à une très large majorité le 8 avril au Parlement, concernant les Langues Régionales.

 

Que peut-on attendre des soi-disant “sages”. Sans doute rien de bon. Mais…




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.