Aquò d'Aqui


Entre pneumonia e virus chinés la malautia cronica de l’Estat

L’Etat avait tout préparé en secret, et les rapatriés de Chine se retrouvent en quarantaine sur la Côte Bleue… alors que s’apprête à éclater une véritable épidémie de pneumonies. Ah qu’il eût été bon de consulter le réseau de médecins locaux !

Una conferéncia de pressa dau prefèct, sensa ges de tèma, puei d’anóncias… E ai jornalistas l’Estat li dirà, avans que siegue mume avisat lo premier cònsol, que lei Francés retorn de China amé de sopçons d’infecciens, seràn gardats en quarantena dins un centre de lesers de Carri, sus la riba de mar.

Les ouvriers affectés par la pneumonie travaillaient sur un navire de ce type, ici dans les quartiers Nord de Marseille (photo MN)














            partager partager

L'Aquò d'Aquí de février attend votre abonnement


Nouveau numéro, nouveau défi, pour un journal qui vous permet de vous intéresser à la société du pays tout en progressant dans sa langue.



Les enseignants de langue d’oc souffrent, et pas seulement parce qu’ils sont malmenés, comme leurs collègues d’autres matières, et en particulier par le ministère de M Blanquer, mais également parce que sans eux, la langue ne serait quasiment plus transmise.
 
Paraphrasons Winston Churchill : jamais langue concernant l’identité culturelle de tant de gens n’a dépendu du sacrifice de si peu !
Enseignement et formation en langue d'oc, y compris sous l'angle politique, font un dossier copieux pour ce numéro de février
Enseignement et formation en langue d'oc, y compris sous l'angle politique, font un dossier copieux pour ce numéro de février

Ce numéro de février d’Aquò d’Aquí illustre particulièrement ce défi : relever la tête, non seulement pour améliorer les conditions de son travail, mais parce que l’enjeu de ce travail concerne des millions de gens, même – et c’est le paradoxe – quand il n’en sont que peu conscients.
 
La Fédération des enseignants de langue et culture occitane vient de tenir son assemblée générale, et c’est l’occasion d’interroger sa secrétaire. Mais au delà, l’enseignement des langues régionales en France est une affaire politique. Le système résiste, les voudrait mortes, tout au moins faméliques. Alors quand avec les codes du langage parlementaire un élu avance notre pion, il faut aller l’interroger, examiner les chances de voir nos langues mieux aidées par le législateur. Avec le député breton Paul Molac nous entrons dans la fabrique législative...Avec l’idée qu’il faut nous en emparer, car ça ne se fera pas sans nous.
 
Et puis, la formation ne s’arrête pas au sortir de l’école. Et la formation professionnelle en occitan est un enjeu. Felip Hammel, qui a créé le Cfpo, constate la demande grandissante. Ecrire et parler occitan devient un argument sur le CV ! Et le service s’étend territorialement, il vise désormais la Provence.
 
Les calandretas elles aussi avancent. Un projet émerge à Nice.
 
Et puis, dans ce numéro, vous ferez connaissance avec une nouvelle espèce présente en Provence, qui un jour ou l’autre passera le Rhône : le chacal doré, un concurrent potentiel de notre renard, mais qui ne devrait pas poser les problèmes de l’arrivée du loup…


Enfin, pour qui a vécu la glorieuse époque de l'occitanisme post-soixantuitard, notre chronique d'histoire permettra d'analyser ce qui s'est passé, ou ne s'est pas passé.
 
L’édition en langue d’oc a bien besoin d’être soutenue, alors nous mettons en exergue ce mois ci l’œuvre de Jean-Henri Fabre. L’entomologiste réhabilite la cigale. Tant pis pour la fourmi…
 
Enfin, dans ce numéro dont nous ne livrons ici qu’une partie du sommaire, nous publions à nouveau la liste des donateurs. Nombre d’entre vous financent de leur propre chef notre titre. Certains donnent 3€, d’autres 50; mais tous permettent ainsi à notre prix de rester bien en deça de ce qu’imposerait le réalisme économique.
 
Pourquoi ? Mais pour que jamais le prix ne soit une barrière à qui veut récupérer la langue de sa culture ! Et cela, vous êtes nombreux à le soutenir. Nous vous en remercions, et d’abord en nous obligeant à faire un excellent journal. En tout cas c’est ce que disent les courriers de nos lecteurs.
 
Pour en juger, abonnez vous.


Recherche

Distanciau e presenciau dins l’Aquò d’Aquí de març
Dison que...

Coronavirús còntra convivència

Mesures d’isolement, peur des uns et des autres...Le COVID 19 affecte la santé, mais aussi lo biais de viure. Nos conseils de prévention en attendant le médicament miracle...que nous avions déjà semble-t-il.

ra fa un mes qu’a sorgit lo coronavirús o, coma dison desenant lo COVID 19, un micròbe tan pichon que vos dintra dins l’organisme maugrat lei masquetas que totei mai o mens començan de se crompar.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.