Aquò d'Aqui

Journée historique pour les langues régionales

La loi dite Molac donnera des droits à l'enseignement des langues minoritaires en France, enfin ! ça ne s'est pas fait tout seul.

Bien des lecteurs d'Aquò d'Aquí ont été surpris, le 8 avril, du vote écrasant des députés en faveur de la loi de Protection des langues régionales, avancées par le groupe parlementaire Libertés et Territoires. Pourtant une observation un peu fine des évènements qui ont conduits à cette issue aurait rassurée plus d'un.

















            partager partager

Joan Guéricòlas, un rebèlle a l’ora dei decolonisacions


AIX-CADEROUSSE. Joan Guéricolas s'en est allé ce jeudi 2 juin. Militant pour les indépendances des anciennes colonies, et pour la langue occitane, ce rebelle perpétuel était aussi un érudit, très au fait des influences subies par Frédéric Mistral, ou des sobriquets et surnoms portés en Provence.



A Septèmes, lors de la Dictada de janvier 2007 (photo MN)
A Septèmes, lors de la Dictada de janvier 2007 (photo MN)
Naissut en 1927 a Cadarossa, dins la Vauclusa, Joan Guéricòlas crèba l’uou dins una familha modèsta onte se parlava la lenga. « Quand ère pichon, a l’ostau, lei fornairons èron pas rares sus la tèrra batuda de l’ostau ».

Joine, lo vaquí maquisard, de 1943 jusqu’ au moment de la Liberacion de Provença, puei incorporat au 141è Regiment d’Infantaria Aupenca.

Mai farà parlar d’eu pèr lo premier còp en 1949, alòr qu’es sota lei drapèus. Publica dins un jornalet dau PCF, La Renaissance, un omenatge ai marins francès mandats en Russia trenta ans avans, pèr reprimir la Revolucion, e qu’avian fraternisats amé lei marins sovietics. Serà jutjat pèr apologia de la sedicion, en Avinhon, puei a Nime, sus planh dau president socialista dau Consèu, Pau Ramadier. Lo sostèn dau PCF empacha que siguèsse condemnat en silenci.

La fin deis annadas cinquanta lo tròba engatjat còntra lo colonialisme francés, clandestinament. Portaire de valisas pèr lo FLN, manca mai que d’un còp d’èstre arrestat. « Una fes que deviam menar una maleta de tracts au bagatoni de Sant-Andrieu a Marselha, una veitura nos a seguit de temps, avèm comprés qu’eriam donats – ce qu’arribava sovent, faliá pas frequentar lei begudas, onte l’i aviá un molon d’indics – e dins un tornant sobde, avèm gitat la valisa plena avans que de fugir sus lei camins de tèrra ! »

Era alòr de  cotria am’un autre militant de l’ombra, le curat de Sant-Mitre, lo paire Danieu Campiano, capelan obrier que, puei, deviá devenir premier prudòme de pesca dau Martegue dins leis annadas quatre-vints, e afogat defensor de la Mar de Bèrra.

Am’aqueu va nàisser una amistat prefonda, e totei dos, anaràn cercar de consinhas en Italia, e rescontrar de refugiats dau FLN, pròchi de l’Archivèsque de Milan, Giovanni Montini… que deviá puei venir papa sota lo nom de Pau VI ! A la fin de la guèrra d’Argeria, Mohamed Boudiaf, presonier politic en França e futur president argerian, que pairinava Joan Guéricòlas e se frema Janina, li prepausa de venir participar a la constuccion de l’independéncia.

Trabalha pèr lei camins de fèrre argerians, puei l’industria dau petròli ; mai lèu s’endraia dins la carriera de jornalista, pèr lo quotidian El Moujahid. Es l’epòca dei pioniers, aquela d’Ahmed Ben Bella, qu’alòr tot sembla possible : educacion, socialisme… Lo gòlpe dei generaus en 1965 e l’arribada de Boumedienne refresca Joan e Janina (defuntada en 1994), que trabalhava pèr d’asiles de pichons.

Lo parèu s’entòrna en Provença, onte Joan, que totei dison Janòt, milita a l’extrema gaucha. Lo maoisme deis annadas seissantas l’atriva, pèr son tiermondisme e la possibilitat d’accions dirèctas fòra deis estructuras rigidas dau PCF. Mai es tanben l’ora dei premiers movaments occitanistas, coma Lucha Occitana, puei Volèm Viure Au País, onte pòu fusionar son interès pèr sa lenga, jamai perduda, e son enveja de transformar la societat.

1980-81 serà per Joan una annada estrambordanta mai dangeirosa. Influenciat per l’exemple irlandés de Bobby Sands, que ne’n moriguèt après 61 jorns, lo vaquí decidat de menar una cauma de la fam pèr obtenir un pòste de professor d’occitan, e mai que tot, pèr que sa lenga vengue oficiala en França.

« L’acompanhaviam pèr cercar una glèisa onte menar la cauma, o tot autre endrech a z’Ais…mai en veritat, èra pèr pas lo laissar solet, que l’auriá menada fins qu’a la fin ! Sabiam pas coma l’en dissuadar… » racònta un amic militant. Finalament seis amics tròban lo biais de li faire chanjar son avejaire. Se presentarà puslèu ais eleccions cantonalas de 1982, onte son resultat serà anecdotic...en concurència am’un autre candidat occitanista paracasudat.

En 1986, alòr que s’entòrna d’un viatge de leser en Espanha, an’un contraròtle doanier, pòu pas produrre de papiers d’identitat francesa. Leis aviá estraçats au moment d’anar en Argeria en 1962. Pòu far vèire que de papiers argerians, e refusa de parlar autrament qu’occitan, ce qu’entrainarà una ubuesca istòria onte l’Estat demanda l’expulsion en Argeria d’un òme naissut a Cadarossa, que parla lo provençau pèr premiera lenga e qu’a contribuit a la Resisténcia francèsa, avans que de faire son servici militari sota lo drapèu blu-blanc-roge.

Lo testarditge marcava segur la personalitat d’aquel òme ais idèas generosas. Alòr que militava pèr la lenga nòstra, tant amé lei mistralencs qu’amé leis occitanistas a l’epòca que totei s’aimavan pas tant, lo vaquí participant a tota la tiera de manifestacions per demandar l’òc a la TV : a Tolosa, Marselha, Montpelhier.

Puei s’èra interessat ais influéncias qu’avián decidat Frederic Mistral a se consacrar a la defensa de nòstra lenga. Es coma aquò qu’après d’annadas de recèrcas descavava de l’anonimat lo « Victor » dei Memòri e Racònte, qu’èra lo Gròs Millet, un amic de pensionat de Mistral, naissut coma Joan Guéricolas a Cadarossa. Ome d’accion, vaquí Joan Guéricolas que consacra alòr tota la premiera decenia dau siècle nòstre a de recèrcas literaris. A tanben publicat un estudis sus leis escais noms dau monde de Cadarossa.

A sei filhas Sylvie e Pascale, a sei filhats Michel et Jean-Simon, coma a sei felens Laure, Loïc, Alice, Guillaume e Juliette, nòstre jornau diga sei complanchas esmogudas.

Une cérémonie conviviale permettra d'évoquer le souvenir de Joan Guericolas, lundi 6 juin à 11h30, à l'Ostau de Provença / Oustau de Prouvenço d'Aix-en-Provence (la bastide du Parc Jourdan). Y sont conviés ceux qui l'ont connu et apprécié.

Jeudi 2 Juin 2016
Michel Neumuller




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
Dans ce numéro d'avril du mensuel Aquò d'Aquí

Dison que...

Nos villes avec leur nom historique et sans enquiquineur procédurier

Un aspect de la loi Molac, votée le 8 avril, est resté à tort dans l'ombre : le droit de nommer ses rues et ses entrées de ville sans être harcelé par un obsédé de la langue unique.

De la loi loi nº 2548 relative à la protection patrimoniale des langues régionales et à leur promotion, désormais connue sous le nom de son promoteur, Paul Molac, nous avons surtout retenu les articles permettant de renforcer l’enseignement bilingue dans les établissements publics.

 

Cependant il est un aspect de la promotion des langues minoritaires qui a été négligé par les commentateurs, c’est celui de la signalétique bilingue. C’est un tort car cette possiblité, enfin débarassée des attaques imbéciles de soi-disant libres penseurs, fera évoluer les mentalités de nos concitoyens, à qui sera rappelée aisément la fierté de leur terroir.




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.