Aquò d'Aqui


Lo dire d’Elie Lebre (15)

Comment un paysan provençal du XXème siècle disait son temps, les saisons, le bon sens... dans sa langue de tous les jours. Quinzième semaine…

Ouvrage édité par l'Aeloc
L’agriculteur érudit et curieux Elie Lèbre (Cucuron –  Luberon : 1920-91) par bonheur rencontra l’occitaniste Madeleine Jaquier, et le fruit d’années de collectage nous a permis d’en savoir beaucoup sur la manière vivante et quotidienne de parler provençal.
 
Avec l’aimable autorisation d’Alain Barthelémy-Vigouroux qui a organisé la masse de notes et d’enregistrements issus de ce travail, nous vous en offrons un morceau chaque semaine, en vous recommandant d’acquérir le livre édité par l’Association Pour l’Enseignement de la Langue d’Oc .






Siatz cinquanta dos indispensables

52 contributeurs entre janvier et avril ont ajouté un supplément au prix de leur abonnement au mensuel Aquò d'Aquí, et c'est ainsi depuis deux ans. Leurs dons indispensables permettent à l'ultime magazine d'actualité en langue occitane de faire un pied de nez aux cassandres qui prédisent la mort de la diversité linguistique pour dire le monde.

Cinquantados contributors an portat pèira a Aquò d'Aquí dau tèmps dau darrier trimèstre, que li an aduch precisament 753,5 €uròs. Aquò representa a pauc près la meitat dau còst de l'estampaire per un numerò.














            partager partager

Gerard Phavorin : de luenh ò fraires de tencha e de papier


Historiettes enlevées, traits expressifs…Les dessins de Gérard Phavorin sont directs, au service des minorités, linguistiques ou pas. « La mienne en particulier » soulignait samedi à Aix le dessinateur, qui vit loin du pays.



Sous le pseudonyme de Jezou, Gérard Phavorin dénonce la religion du centralisme uniformisateur, dans Prouvenço d'Aro, depuis des années (XDR)
Sous le pseudonyme de Jezou, Gérard Phavorin dénonce la religion du centralisme uniformisateur, dans Prouvenço d'Aro, depuis des années (XDR)
Mai que d’un còp, dins lei comics de Gerard Phavorin, li a un òme fòrça espantat per ce que descuèrbe : un assassin que l’auriam pas cresut, un biais de viure de forestiers que suspren l’eroï. E dins aquelei quauquei paginas li aurà tot plen de rebombaments.
 
Gerard Phavorin collabòra ai projècts editoriaus que defendan la lenga occitana, que que siegue sa forma. Lo vaquí dessenhant aquela Arlantenco plena de vida que cascalha, dins Prouvènço d’Aro, leis idèas d’una Mariana, ela, d’un centralisme tresanat . E l’i « parla » en grafia mistralenca. Puei, sus lo papier deis Armanacs de Mesclum, lo podètz legir en classica. Vos i regalarà  d’istorietas fòrças dinamicas, onte totei leis inquisiciens se fan emplastrar .
 
L’òme que nos dessenha tant bèn l’idèa occitana rèsta pasmens ai país forestiers…En Champanha. « Ma frema es de l’Est, e ara tota ma familha l'i rèsta. Mai siáu naissut an’Aurenja, onte restavi fins qu’a mei vint ans » que nos veniá, dissabte dos d’abriu, a la Mediatèca Mejanas d’Ais. L’i siguèt convidat dins l’encastre d’un debat dau Cep d’Òc.

La lenga de l'imaginari, per aqueu que pòu la parlar 'mé degun

Gérard Phavorin à Aix-en-Provence. "Loin du pays je n'ai pas l'occasion d'en parler la langue, et celle-ci devient l'idiome de mon imaginaire" (photo MN)
Gérard Phavorin à Aix-en-Provence. "Loin du pays je n'ai pas l'occasion d'en parler la langue, et celle-ci devient l'idiome de mon imaginaire" (photo MN)
Un còp passat pèr una escòla d’illustrators, li fau bèn veire l’evidéncia : « Trobar de trabalh dins lo mestier èra deja malaisat ».

A l’auba deis annadas, adonc, « Siáu intrat ai camins de fèrre, a Paris, en riba de Marna puei. »
 
Alòr, per eu, peis levat de son bocau, luenh dau monde onte podriá parlar la lenga que sa grand li aviá donada, la benda dessenhada a un estatut particulier. Es lo liame ‘mé la lenga.

« Fau comprendre qu’ai jamai l’ocasien de parlar provençau onte siáu. Adonc parli francés, la lenga dau reau. L’occitan, eu, m’es devengut la lenga de l’imaginari ».
 
E quet imaginari ! Un còp lo vaquí sauvant de malurós de la Santa-Inquisicien. Un autre, es a defendre d’Indians d’America que la « civilisacien » espòutisse.

Puei tròba la clau per resòuvre un afaire criminau… S’afranquís de totei leis epòcas e de totei lei gènres, pèr fargar de novèlas graficas onte s’agís d’afiermar la libertat e lo drech, tant dei pòples coma dei gents, de viure liure.

Batalhar per la lenga a la poncha dau gredon

« Un monde que pantaii, coma pantaii en lenga… » E, se començèt a dessenhar sens idèas regionalistas, « a chapauc m’es vengut de defendre nòstra lenga », per eu tant dificila a charrar, per manca d’interlocutors. Sa frustracien entrinèt son gaubi.
 
Am’eu podriam parafrasar la cançon : « Dessenhaire, de luenh ò fraire… » que son imaginari naissut a l’ubac, raia au nòstre per lo bonur de tant d’afogats de la lenga.
Pour l'Armanac de Mesclum, l'auteur livre de courtes histoires, dans lesquelles l'occitan est la langue d'usage des héros, et de la société, y compris aux antipodes (XDR)
Pour l'Armanac de Mesclum, l'auteur livre de courtes histoires, dans lesquelles l'occitan est la langue d'usage des héros, et de la société, y compris aux antipodes (XDR)

Lundi 4 Avril 2016
Michel Neumuller




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Aquò d'Aquí en décembre... c'est le moment où jamais de le sauver !

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.