Aquò d'Aqui

Quelques proverbes de Novembre

Relatifs au mois de novembre, ils nous parlent d'un temps d'avant le réchauffement climatique, d'évidence...

Òme de novembre es de bòna fusta
femna de novembre laissa que tabusta


(homme né en novembre sera de bon bois
femme née en novembre sera suractive)

in De qué farà aquel temps ?
(Petit précis de météorologie populaire occitane)
Pierre Mazodier - Marpoc

Per San Martin,
Boucho toun vin
Mette toun chàu dedin.


(Pour Saint Martin
bouche ton vin
et enferme ton chou)

in  Proverbes et dictons des Hautes-Alpes et de l'Ubaye 
éditions du Roc












            partager partager

Gerard Onesta : « la montada deis intoleréncias a fach chifrar leis elegits d’Occitanie »


TOULOUSE. Heureuse surprise ! Pour le président (EELV) du bureau de l’Assemblée de la Région Occitanie, le vote massif en faveur d’un règlement politique en Catalogne montre que les attaques contre les droits fondamentaux peuvent entrainer une saine réaction démocrate. Entretien.



Gerard Onesta, le président du bureau de l'Assemblée d'Occitanie (EELV) (photo XDR)
Gerard Onesta, le président du bureau de l'Assemblée d'Occitanie (EELV) (photo XDR)
« N’en siáu encara espantat, cresiáu qu’auriam una quarantena de vòts « per » e basta ! Me pensi qu’eriam dins un d’aquélei moments particuliers onte leis elegits prenon consciéncia de causas que vesián pas aperavans : siam dins una confluéncia onte se mesclan la paur de la montada dei populismes, e de la baissa dei drechs fondamentaus, e que leis elegits d’Occitania n’en an agut consciéncia ».
 
Gerard Onesta, dos còps observator internacionau de votacions en Catalonha, per la Consulta dau 14 de novembre de 2014, puei per lo Referèndum per l’independéncia dau premier d’octòbre de 2017, se ditz sosprés dau vòt fòrça majoritari dau Consèu Regionau lo 28 de març.
 
Lo mume vèspre a reçauput lo sosten per telefòne de Gilles Simeoni, lo president de l’Executiu de Corsega, qu’aviá ja demandat, tot parier, que siguèsson liberats lei presoniers politics Catalans, e qu’una solucion politica siguèsse trobada, en luec de la criminalisacion deis opinions.

Bònas sopresas

Arènes de Tarragona, octobre 2018, les castellers réclament la fin des répressions politiques. La revendication est partagée par une large majorité des Catalans. Ils ne sont plus seuls. (photo MN)
Arènes de Tarragona, octobre 2018, les castellers réclament la fin des répressions politiques. La revendication est partagée par une large majorité des Catalans. Ils ne sont plus seuls. (photo MN)
Lo vòt dei conselhiers regionaus d’Occitania – 94 per, e 46 còntre, se li semblava inesperat, a Gerard Onesta, li dona l’ocasion de saludar sa presidenta socialista, Carole Delga. « Èra chocada, de veritat, de vèire qu’un Oriol Junqueras siguèsse en preson despuei mai d’un an, per aver organisat una votacion, o que Carles Puigdemont siguèsse en exilh politic, cochat per leis autoritats. Leis a rescontrats mai que d’un còup dins lo quadre de l’Euro-Region, e saup ben que son pas de criminaus, mai de democratas pacifistas. »
 
Adonc, amé la bòna volontat de la presidenta, lei vòts de la gaucha siguèron ganhats, li aviá pus qu’a ajustar fòrça emendaments, « tótei acceptats am’una facilitat que m’estona » ajusta encara lo president dau burèu de l’Assemblada d’Occitania.
 
Perqué faliá l’acòrdi dau conselhier a l’iniciativa dau tèxte, e aquí èra encara una sorpresa : « Jean-Christophe Sellin es un Insoumis, melenchonista ostile a tota mena de catalanitat. Ja voliá pas entendre parlar de l’apelacion « Occitanie-Catalogne » quand eriam a cercar un nom per la Region. Lo sosten d’Esquera Republicana a nòstra tiera ai Regionalas de 2015 auriá poscut entrainar son abandon ! E es eu que l’a prepausada la mocion… Crèsi qu’aquel òme que ja s’èra implicat per lei Curds a entendut que dins l’afaire, èron lei drets fondamentaus qu’èran en perilh, e un pauc d’en pertot : en Turquia, en Itàlia…autra part dins lo monde…Alora se l’Euròpa comença tambèn a negar lo drech de votacion ! »

L'Union Europenca podriá favorisar una solucion

Gilles Siménoni, le président de l'Exécutif Corse a déjà fait voter un voeu pour une solution politique en Catalogne (photo MN)
Gilles Siménoni, le président de l'Exécutif Corse a déjà fait voter un voeu pour une solution politique en Catalogne (photo MN)
Lo tèxte dau vòt pausa que lo procès començat lo 9 de febrier còntra leis elegits Catalans es un escandòl, rementa que la Lèi espanhòla despuei 2005 a retirat lo delicte d’organisacion d’un escrutinh, rementa tambèn son sosten ai drechs fondamentaus, e enfin demanda una mediacion internacionala per pausar la question onte deuriá èstre pausada, es a dire au niveu politic.
 
« La patz en Irlanda, o l’arrenjament entre la Suècia e lei Samis èran lo fach de discussions politicas am’una mediacion internacionala, e dins lo cas de l’Irlanda dau Nòrd, èra una capitada de l’Union Europea » rementa Gerard Onesta.
 
Un moment particulier de la politica deuriá donar l’ocasion de tractar lo problèma, leis eleccions generalas en Espanha dau 28 d’abriu. « La mitat deis electors catalans son per l’independéncia, e l’autra mitat es pas un blòc. Segur que de monde a de paurs, de fantasmes, es l’ocasion de n’en parlar. L’independéncia catalana se viuriá dins l’interdependéncia, li a pas independentistas mai europeanistas. E se, coma se ditz, lei socialistas ganhan de votz, seis elegeires, entre un Reiaume corromput e una Republica sociala, auràn de chausir… »
 
Una causa sembla segura per eu, amé la drecha, entre Partido Popular, Ciudadanos e VOX, que tótei prometon de negar leis autonomias, seriá lo fuec dins tota Espanha.

Samedi 30 Mars 2019
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
Dans Aquò d'Aquí de novembre
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.