Aquò d'Aqui


            partager partager

Gaugalin de la sieta a la tisana

Rosela, roela, cacaracà, gaugalin = coquelicot


Chaque mois Florence Faure-Brac nous fait connaitre une plante utile, et décline ses usages bénéfiques en occitan



Un pavòt per dormir

Aqueste còp, anam parlar d'una planta qu'a de noms diferents segon que parlam de la flor o de la roseta. Companha del blat, amatritz de las terras bolegadas, vaquí lo gaugalin, o cacaracà, en referéncia a la color roja de sos petals que rementan la color de la cresta del gal. Emplegarèm los petals en tisana o en siròp per la tos seca, qu'alassa e qu'empacha de dormir. Ça que la, coma sas sòrres de la familha del pavòt, mas amb d'autres principis quimics mens dangieroses, favorisa la sòm.


Tanben una ensalada

Gaugalin de la sieta a la tisana

Mas a la prima, abans de florir, aquesta planta anuala se sona d'abòrd roela o rosela, çò que vendriá del mot ròsa, que retrobam tanben dins roseta : aquò per descriure coma son plaçadas las fuèlhas, al ras del sòl. Per los que son gromands, es una de las ensaladas feras o champanèlas mai agradivas. Es doça, e ben sovent, ven en granda quantitat. Es aisit puèi de l'adobar amb d'ensaladas un pauc mai amaras.


La reconeisser

Gaugalin de la sieta a la tisana

Per ben la reconeisser, vaquí un detalh de la fuèlha : vesètz coma fa una poncha al mitan, e coma dos dets sul costat ? Aquel motiu l'anam retrobar tot de long de la fuèlha. Es una planta qu'es un pauc peluda, e lo verd es clar, un pauc cap al jaune. En cò mieu, se ditz que va butar sus las tèrras desasonadas : de compréner, la tèrras que son estadas lauradas pendent que gelava. La tèrra freja es ara dejós, mentre que la tèrra tebesa es amont.



Mercredi 17 Avril 2019
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

On vous parle des poétesses d'oc ?
Dison que...

L'autre pandémie...à perpétuité ?

L'air pollué tue plus surement et plus massivement que la covid 19. Or, cette dernière, en forçant à la cessation d'activités, a révélé les responsables des pollutions les plus prégnantes sinon les plus connues.

L'autre pandémie...à perpétuité ?

Avec près de trente mille morts, la crise de la covid 19, dont on n’ose encore parler au passé, a marqué le premier trimestre de 2020. Elle nous a paru à juste titre terrible. Ces morts sont dues en fait aux affections respirtatoires qui souvent suivaient l’infection virale. Or, il nous faut remettre, toute traumatisante qu’elle soit, cette maladie planétaire dans un contexte plus large.

 

Entre trois et quatr millions de personnes décèdent chaque année d’affections respiratoires dans le monde. La bronchopneumopathie chronique obstructive, autrement dit la bronchite chronique, est un fléau.

 

Et pour partie ce que nous respirons au quotidien aggrave tous les symptômes. Encore ne sait-on pas tout, loin de là, sur  l'air qui est sensé nous faire vivre.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.