Aquò d'Aqui


            partager partager

Festival des Trois Lunes à Marseille


MARSEILLE.L’Ostau dau País Marselhès cherche ici à favoriser la rencontre entre artistes occitans pour ce premier festival dont il reste deux dates.



Garlic Face pour le balèti du 15 octobre, avec Samuel Bouchet au Jardin des Chats, à Marseille (photo MN)
Garlic Face pour le balèti du 15 octobre, avec Samuel Bouchet au Jardin des Chats, à Marseille (photo MN)
Ce premier Festival des trois lunes permet de découvrir des artistes d’oc, et de faire de leur rencontre un ferment de création. Ça se passe donc à Marseille, et sous la houlette de l’Ostau dau País Marselhès, qui organise ces soirées en divers lieux.
 
13 octobre Sam Karpienia et Kaardan, pour une création : Mastrabelé, sur des textes du poète Roland Pecout. A la Machine à Coudre (6 rue Jean Roque 13001), à 21h.
 
Une digression sur le thème de l’Atlantide. Mastrabelé, en gros est un terrain vague, vu ici comme un vestige du continent, du monde perdu.
 
15 octobre Garlic Face et Samuel Bouchet (chant), pour le Balèti barròc, au Jardin des Chats à 17h30. Gratuit, une soupe devrait être proposée aux danseurs.


Jeudi 12 Octobre 2017
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
En octobre Aquò d'Aquí ôte le masque
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.
L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.