Aquò d'Aqui


La Langue d’Oc
dans le parler d’aujourd’hui

Connaissez-vous la signification de cette expression ?


Et patin coufin * :

A - n'oublie pas tes patins ni ton couffin
B - etcetera
C - coucou je suis là (expression enfantine)


Répondre


Qu'es aquò, qu'es aquò ? (6)

Les devinettes d'Andrieu Lagarda, en languedocien, sont un modèle de finesse.Vous essayez de trouver... et vous nous écrivez la réponse.


Vaquí la devinalha dau jorn

Qu'es aquò, qu'es aquò ? (6)

Mai li tiran
sus la garganta
 e mai canta


Qu'es aquò ?



 














            partager partager

Féràmia l'étrange jazz occitan à Arles


ARLES. "Musique bestiale semi-domestiquée" occitane au festival Convivència ce jeudi.



Feràmia (photo XDR)
Feràmia (photo XDR)
Nous vous en avions parlé voici quelques mois dans le magazine Aquò d'Aquí, et voilà, la semaine de Convivència, le festival arlésien des musiques du monde, de belle qualité, est juste devant nous.

Catherine Le Guellaut et Jean Colomina ont à nouveau concocté un programme de musique de création, populaire, pour la place Leon Blum.

Le festival qui s'intéresse à l'innovation sociale et territoriale (il consacre un temps à la monnaie locale, la Roue, par exemple), propose toujours un groupe de musique d'expression occitane.

Nous avons vu et écouté Cylsée en 2017, Alidé Sans en 2018, et cet été, jeudi 11 juillet, c'est au tour d'un groupe languedocien, Feràmia, qui tout à la fois slame, joue du jazz. Convivència parle de "bestialité musicale semi-domestiquée", entendez d'une grande liberté. A voir et entendre donc à 12h.

Mardi 9 Juillet 2019
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Votre numéro d'été invite à respirer
Dison que...

L'autre pandémie...à perpétuité ?

L'air pollué tue plus surement et plus massivement que la covid 19. Or, cette dernière, en forçant à la cessation d'activités, a révélé les responsables des pollutions les plus prégnantes sinon les plus connues.

L'autre pandémie...à perpétuité ?

Avec près de trente mille morts, la crise de la covid 19, dont on n’ose encore parler au passé, a marqué le premier trimestre de 2020. Elle nous a paru à juste titre terrible. Ces morts sont dues en fait aux affections respirtatoires qui souvent suivaient l’infection virale. Or, il nous faut remettre, toute traumatisante qu’elle soit, cette maladie planétaire dans un contexte plus large.

 

Entre trois et quatr millions de personnes décèdent chaque année d’affections respiratoires dans le monde. La bronchopneumopathie chronique obstructive, autrement dit la bronchite chronique, est un fléau.

 

Et pour partie ce que nous respirons au quotidien aggrave tous les symptômes. Encore ne sait-on pas tout, loin de là, sur  l'air qui est sensé nous faire vivre.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.