Aquò d'Aqui


Lo dire d’Elie Lebre (15)

Comment un paysan provençal du XXème siècle disait son temps, les saisons, le bon sens... dans sa langue de tous les jours. Quinzième semaine…

Ouvrage édité par l'Aeloc
L’agriculteur érudit et curieux Elie Lèbre (Cucuron –  Luberon : 1920-91) par bonheur rencontra l’occitaniste Madeleine Jaquier, et le fruit d’années de collectage nous a permis d’en savoir beaucoup sur la manière vivante et quotidienne de parler provençal.
 
Avec l’aimable autorisation d’Alain Barthelémy-Vigouroux qui a organisé la masse de notes et d’enregistrements issus de ce travail, nous vous en offrons un morceau chaque semaine, en vous recommandant d’acquérir le livre édité par l’Association Pour l’Enseignement de la Langue d’Oc .






Siatz cinquanta dos indispensables

52 contributeurs entre janvier et avril ont ajouté un supplément au prix de leur abonnement au mensuel Aquò d'Aquí, et c'est ainsi depuis deux ans. Leurs dons indispensables permettent à l'ultime magazine d'actualité en langue occitane de faire un pied de nez aux cassandres qui prédisent la mort de la diversité linguistique pour dire le monde.

Cinquantados contributors an portat pèira a Aquò d'Aquí dau tèmps dau darrier trimèstre, que li an aduch precisament 753,5 €uròs. Aquò representa a pauc près la meitat dau còst de l'estampaire per un numerò.














            partager partager

Erbolariá : la costelina podètz la manjar !

Botanique gourmande avec Florença Faure-Brac


Cet article fut publié dans l'Aquò d'Aquí mensuel 321 de décembre 2019. Nous commençons à les mettre à disposition de nos abonnés web comme prévu avec la botaniste du domaine occitan qui les a rédigés durant trois ans Florence Faure-Brac



La cousteline, une des saladelles les plus communes (photos Florence Faure Brac DR
La cousteline, une des saladelles les plus communes (photos Florence Faure Brac DR

photo haut Demest las ensaladas salvatjas, n'i a pro d'amaras, e n'i a pasmens qualques unas de doças. La costelina, o terra-grèpia o cosconilha, ne fa partida. La traparètz puslèu dins de tèrras secas, e mai quitament dins los calhaus, o sus de parets. Avistaz, que los noms de plantas que se manjan pòdon cambiar d'un endrech a l'autre !

 

Photo bas gauche La costelina se reconnéis a sa fuèlha descopada un pauc « grassa », un pauc espessa. Pro sovent la color n'es verdala, verd-gris, amb de tacas rojas-violetas coma de vin. Se pòt culhir de novembre a mars. La terra-grèpia es una planta vivaça, de la familha de las Asteraceas (las ancianas compausadas).

 

Photo bas droite (Capitul e receptacle floral passit. Aquò vòl dire que farà un capitul (capitul e receptacle floral passit), compausat de mantunas flors, e qu'es una planta que va viure mantunas annadas. Un còp lo capitul passit, demòra çò que se ditz lo receptacle floral, en forma d'embut. Aqueste d'aquí se vei de luènh, es una ajuda per la culhida.

Une chronique de  Florence Faure-Brac pour Aquò d'Aquí


Lundi 24 Octobre 2022
Florença Faure-Brac




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Aquò d'Aquí en décembre... c'est le moment où jamais de le sauver !

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.