Aquò d'Aqui



Pour votre journal c’est l’heure de vérité !

Assurer la succession de notre journaliste, faire plus et mieux pour vous proposer en occitan des contenus d’actualité de qualité, cela ne peut se faire sans votre aide. Et nous nous refusons à l’alternative de sa disparition. Nous pouvons compter sur vous ?

La langue occitane pour dire la société, c’est indispensable et les lecteurs d’Aquò d’Aquí en sont persuadés qui, non seulement s’abonnent à notre revue désormais bimensuelle, mais qui encore lui donnent le coup de pouce financier nécessaire quand nous le leur demandons.

 

Ils savent pourquoi ! Le prix de la revue ainsi reste bas, aussi grâce à eux retraités comme étudiants peuvent avoir accès à nos contenus, s’imprégner des valeurs occitanes, celles du respect réel de la diversité. Avec eux, la langue dira tout cela publiquement à une nouvelle génération.

 

Notre langue supposée morte par les croque morts hexagonaux respire encore grâce à vous.

 















            partager partager

Entre lei socas borreja l’aprendissatge dei tradiciens


A Pourrières, au pied du Mont Venturi, la vallée de l’Arc se couvre de vignes, et l’AOP est de grande qualité. Mais la population locale n’a plus grand-chose à voir avec cette activité traditionnelle d’avenir… Aussi quand l’école se rapproche des ceps, la culture se conjugue avec le plaisir.



Entre lei socas, Lise e Clara se fan un plaser de trapejar dins la tèrra argielosa d’après la plueja. Es pas lo mendre dei bonurs d’una animacien escolària que de poder se bolegar luenh dei pupitres. E tant pièger per la fanga sus lei bralhas.
 
Frederic, eu, se deu de demorar seriós an'aqueu domèni Jacourette. Degun deu galejar amé la seguretat. Ja tira d’una boita d’otís de secators ai manchàs roge e negre, puei de lunetas de proteccien. una molonòta de pichons s’apinhèlon a son entorn.
 
E, lèu, vaquí que s’assajan a copar lei vises, pròches dau ceponàs de vinha. S’agís pas de va faire barca a travèrs . La produccien de l’an d’après ne’n seriá afectada.
 
« Per nosautres, en Provença coma dins totei lei país secs, la talha es corta. Es mai adaptat ai luecs onte tomba pas tant de plueja » sotalinha Elena, la dòna de la bastida, eiretiera d’una raça de vinhairons de Porrieras  (Var), que baileja uei l’animacien amé leis escolans.
 
« Aqueu tipe de talha laissarà pas tròp de rasim venir, amé de corsons la vinha ne’n serà pas anequelida .

Gaston : " Alors, ici on laisse un oeil, là deux, et puis là..." (photo MN)
Gaston : " Alors, ici on laisse un oeil, là deux, et puis là..." (photo MN)
Gaston, lo paire de Frederic, de son costat mena de joines per li far veire onte copar. « Segur es un gaubi . Daumatge que li ague tant pauc de monde ara per m’entendre ne’n parlar en provençau ! ».
 
A cha pauc , lei nistons aprenon aquí a podar lei socas . « Puei tornaràn a la prima per desborronar , que nos faudrà levar tot ce que pompa la saba » perseguís Elena, es a dire tot ce que borreja de tròp.
 
«Aquelei joinei vinhairons vènon en classa per parlar de son mestier, e nos an convidats a venir vèire la vendùmia fa dos ans » nos dís Marc Vaissière, lo mestre d’escòla. « D’aquí l’idèa de seguir lei etapas màger dau trabalh de la vinha dins un vilatge que n’es son activitat premiera, mai onte pauc de monde l’i trabalha pasmens ».

A Porrieras , lei parents d’escolans trabalhan mai que d’un còp dins lo pròche relarg d’entrepressas de la microelectronica de Rosset, a quauquei kms ; e sus lei cinc mila abitants trobarem pas manco dos cents que trabalhan la vinha o ai mestiers de la fabricacien dau vin.
 
« Es un biais de raprochar lo monde d’aquí de la tradicien de son país » pensa Elena. E, benlèu, deman, de far nàisser quauquei vocaciens.
Lunettes et protection...Frédéric ne néglige pas les règles de sécurité dans ses explications du métier de vigneron (photo MN)
Lunettes et protection...Frédéric ne néglige pas les règles de sécurité dans ses explications du métier de vigneron (photo MN)


Samedi 3 Octobre 2020
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Notre numéro de février mars

Aquò d'Aquí c'est d'abord un magazine d'actualité sociétale sur 28 pages sans publicités, et s'y abonner c'est disposer d'un média engagé pour la langue occitane dans sa diversité dialectale pour dire la société.

Ce numéro d'hiver vous propose bien entendu une évocation du poète et globe trotter Roland Pécout, de son histoire personnelle et de cette originalité qui a consisté pour l'essentiel à aller à la rencontre de l'autre (Afghanistan, Scandinavie, Amérique latine...) pour comprendre qui l'on était. L'homme et l'intellectuel avait plusieurs dimensions, dont l'analyse historique et littéraire d'oc n'était pas la moindre. Mais nous avons choisi de l'évoquer avec l'écrivaine et chercheuse Danielle Julien.

 

03/02/2024

Dison que...

Robert Lafont cet intellectuel qui occupa le terrain social pour une renaissance occitane

A ne pas manquer !

AIX-EN-PROVENCE. Le colloque du 14 octobre ouvre large l'éventail des domaines d'intervention d'un humaniste dont l'œuvre incontournable a généré et accompagné le second risorgimento de la conscience d'oc.

Robert Lafont fut l'artisan principal du second risorgimento de la langue d'oc. Mistral avait lié le premier à la production d'œuvres littéraires prestigieuses et à l'unité latine, Lafont, avant et après 1968 associa ce second regain à la critique coloniale et à la situation sociale comme à une relecture de l'histoire. Pour autant son œuvre littéraire et théorique, riche et diverse, marque encore tous les domaines de la création d'òc. 

 



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.