Aquò d'Aqui


Lo dire d’Elie Lebre (15)

Comment un paysan provençal du XXème siècle disait son temps, les saisons, le bon sens... dans sa langue de tous les jours. Quinzième semaine…

Ouvrage édité par l'Aeloc
L’agriculteur érudit et curieux Elie Lèbre (Cucuron –  Luberon : 1920-91) par bonheur rencontra l’occitaniste Madeleine Jaquier, et le fruit d’années de collectage nous a permis d’en savoir beaucoup sur la manière vivante et quotidienne de parler provençal.
 
Avec l’aimable autorisation d’Alain Barthelémy-Vigouroux qui a organisé la masse de notes et d’enregistrements issus de ce travail, nous vous en offrons un morceau chaque semaine, en vous recommandant d’acquérir le livre édité par l’Association Pour l’Enseignement de la Langue d’Oc .






Siatz cinquanta dos indispensables

52 contributeurs entre janvier et avril ont ajouté un supplément au prix de leur abonnement au mensuel Aquò d'Aquí, et c'est ainsi depuis deux ans. Leurs dons indispensables permettent à l'ultime magazine d'actualité en langue occitane de faire un pied de nez aux cassandres qui prédisent la mort de la diversité linguistique pour dire le monde.

Cinquantados contributors an portat pèira a Aquò d'Aquí dau tèmps dau darrier trimèstre, que li an aduch precisament 753,5 €uròs. Aquò representa a pauc près la meitat dau còst de l'estampaire per un numerò.














            partager partager

Encara quinge ans de fangas rojas en Mediterranèa ?


Altéo envisage de continuer à rejeter en mer des millions de tonnes de terres rouges, résidus d’exploitation. Après trente ans, ce système aurait dû cesser, mais l’industriel n’est pas en mesure de proposer une alternative crédible, et l’entreprise est un des derniers industriels « lourds » du pays d’Aix.



Les résidus de bauxite sont aujourd'hui pour partie stockés dans les collines, sur le site de Mange Garri, et pour partie au large de Cassis, en mer (photo MN)
Les résidus de bauxite sont aujourd'hui pour partie stockés dans les collines, sur le site de Mange Garri, et pour partie au large de Cassis, en mer (photo MN)
Es 16 000 paginas, pas mens, que son prepausadas au public a prepaus dei mandadís de residús d’esplecha d’alumini d’Altéo, a Gardana. La societat demanda de poder perseguir aquela pratica per quinge ans, alòr qu’auriá degut arrestar de racar sei fangas au 31 de decembre 2015.
 
L’enquista publica a començat lo 18 d’avost a Gardana, Cassís, Marselha e d’autrei comunas que laissan passar un conduch entre l’usina d’alumini e la fòssa sota marina cassidenca, a quauquei kms au larg dei Calancas de Marselha.
 
Lo prefèct de Regien èra lèst d’aprovar, e meme lo Pargue Nacionau dei Calancas aviá donat son acòrd. Mai un còp arribada au ministèri de l’Environament, Segolena Royal aviá contestat leis autorisaciens.

Fau dire que d’industrias, ne’n rèsta gaire en Provença, e qu’Altéo fabrica tota una tiera de produchs d’alumini, per lo pan, lei dentifrici, eca. Fa travalhar 400 emplegats, am’ una sota tractança que ne’n emplega autant.

400 emplecs industriaus e mai

Les résidus sont envoyés à 7 km du littoral e par 330 m de fond, à raison de l'équivalent de 2000 camions/an depuis 1966 (photo MN)
Les résidus sont envoyés à 7 km du littoral e par 330 m de fond, à raison de l'équivalent de 2000 camions/an depuis 1966 (photo MN)
« Segur que n’avèm besonh d’aquela usina, e, finalament lo dorsier sembla pas dire que la pollucien siegue grèva » sostèn Janòt Menfi, un dei principaus ajonchs de Rogier Mei, lo premier cònsol de Gardana, tot bèu just reelegit.
 
« Es pasmens pas ren ! » solinha de son costat Jan Reynaud.

Per aqueu militant ecologista fòrça coneissut dins lo relarg d’Aubanha a Marselha ; « si trata de 12,5 tonas de produchs quimiques : nitrates, sòudas, clorures amé tres mila tonas de metaus. Sensa  parlar de la radiòactivitat de 750 Bq/litre que caminon caminan a travès de la cadena alimentàri alimentària jusqu’a vòstrei sietas ». 
 
Lo dorsier de l’enquista, per l’essenciau, es una tiera de dorsiers alestits per la societat Altéo.

Aquela entrepresa demanda la prolongacien.

Es lo biais de faire admenistratiu, mai la contradiccien es tota pichona am’aquela mena d’enquista.

Cadena alimentària pertocada

Un mètre linéaire d'analyses mises à l'enquête publique du 17 août au 25 septembre dans 27 communes des Bouches-du-Rhône (photo MN)
Un mètre linéaire d'analyses mises à l'enquête publique du 17 août au 25 septembre dans 27 communes des Bouches-du-Rhône (photo MN)
Ansin Altéo pòu assegurar que « lei remandadís auràn pas d’efèct significatiu sus leis activitats de pesca professionala coma de lesers, sus la basa d’un « estat dau mitan » qu’a fach.
 
D’autreis entitats, coma l’Ifremer, an pasmens fach sacher que la cadena alimentària de la mar serà pertocada per lei produchs remandats per Altéo ‘mé sei fangas rojas. « En particulier lo metilmercure, qu’es pas parier que lo mercure organique ». Dison que, fin qu’ara, lei peis de la riba de mar ne’n an pas tant coma aquelei dau larg en Mediterranèa.
 
Altéo raca a la mar cinquanta miliens de tonas d’aquelei fangas rojas despuei 1966, e maugrat d’esfòrç tecnics – pagats premier per l’Estat – per lei redusir, ne’n remandarà encara de miliens dins lei quinge ans a venir.
 
E se leis alternativas mancan pas, s’agís en generau de tractar mai lei residús avans que de lei mandar a la mar. Se’n tròba pas una per evitar aqueu desbocat que fa daumaja au mitan maritime. 

Mardi 18 Août 2015
Michel Neumuller





1.Posté par Lions Edmond le 19/08/2015 17:42
Lei merlus, lei aurado e tout ço que se pesco au larg ? Urousamen dins lou port de Marsiho se jita que de vélo, de "cadis", de pousseto, dis urduro...(Fau veire ço que n'en sort !)

2.Posté par r.perrotto-andré le 22/08/2015 15:02
Beleu que lo consol e la CGT 'ecologistas verds' de Gardana
an ges d'enfants ni mai de felens.
Per un cop una 'grevassa' saria benvenguda.
Amistats
robèrt

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Dans l'Aquò d'Aquí de l'été...

Dison que...

Uno marcho di fierta countrariado

AVIGNON. Les Gay Pride sont faites pour que la diversité s’affiche, s’affirme, gaiement et en couleurs. Quittant le chantier de l’Oustau Prouvençau e Occitan de Sault, bientôt inauguré, Raphaël a participé à celle d’Avignon. Hélas ! Tout y a été contraint par des autorités locales qui semblaient vouloir, sans vouloir.

Rafaèl Cuny
Lou darrié dissate, tres de setèmbre, m'anère espaceja dóu coustat de la ciéuta papalo, qu'aviéu ausi que se ié debanavo la proumiero Gay Pride avignounenco, caminado di fierta.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.