Aquò d'Aqui


            partager partager

En temps de terrorisme, lei tèrras mai tranquilas e lei ciutats plenas d’ansia


Le préfet des Bouches-du-Rhône Stéphane Bouillon, et celui de Police, Laurent Nunez, ont réuni maires et parlementaires pour évoquer la situation après quelques jours d’état d’urgence. Les rumeurs d’attentat peuvent épuiser les forces de l’ordre, et certains commerces se servent de celles-ci pour pratiquer une forme de concurrence « dévoyée ».



Les préfets Laurent Nunez et Stéphane Bouillon inquiets des rumeurs qui conduisent la police à rester inutilement sur les dents (photo MN)
Les préfets Laurent Nunez et Stéphane Bouillon inquiets des rumeurs qui conduisent la police à rester inutilement sur les dents (photo MN)
Rumors e faussei novèlas son viscudas coma une vertadièra empacha au travalh de la polícia, per protegir de centenas de luecs de natura diferenta, segon lo prefect dei Bocas-dau-Ròse.
 
Esteve Bouillon parla de « politicas comercialas desaviadas » per qualifiar lei apèus que, fa pauc, avisavan la policia « d’atemptats imminents ». Aquelei èron de purs fantasmes, mai  devián menar a evacuar de centres comerciaus per ren…
 
La rumor s’es espandida mai que d’un còp. « Jamai dins lei pichonei comunas, totjorn dins lei grandas », per FaceBook en particulier. « Siam a ne’n cercar l’origina e lei autors » avisa lo prefèct. Es que la mobilisacien dei policiers  es un afaire seriós, e s’agis pas de lei alassar per faire concurréncia d’un biais tan originau…
 
Tot parier, leis atacas islamofobas o antisemitas son vistas coma seriosas, que devon totjorn èstre verificadas per evitar un  ambient de paur permanenta. « Aquelei que se son debanadas dimècres son pas lo rebat dau climat a Marselha » segon lo prefèct. Lei agressors ne'n son pas encara arestats. E lo prefèct a dich que lo ministre de l’Interior, Bernat Cazeneuve, li aviá demandat de lei retrobar. Per aqueu, una possibla tensien etnicò-religiosa adonc sembla pas improbabla.

Polícia comunala marselhèsa armada en janvier

La place Castellane à Marseille a été le théâtre d'une agression islamophobe mercredi 18 novembre (photo MN)
La place Castellane à Marseille a été le théâtre d'une agression islamophobe mercredi 18 novembre (photo MN)
L'afaire dau professor de l'escòla Yavné, segon de testimònis, s'èra debanat davans de monde, dins lei begudas dau quartier Sant-Just, d'onte degun a vòugut o aujar intervenir. 

E la plaça Castellana, au mitan de la ciutat, onte s’es facha l’agressien d’una musulmana nafrada per cutter, dimècres d’après-dinnada, es desprovesida de tota camera. E per lo moment escapa a la polícia l’agressor.
 
Lo prefèct a encara dich que lei perquisiciens que mèna aquela polícia, despuei que l’estat d’urgènci es desclarat, li a menat sièis armas. « Tres son longas » ditz lo prefèct de policia, Laurenç Nunez. Mai ges de Kalachnikòv. Au revenge, fòrça canabis siguèt trobat am’aquelei furn de nuech.
 
D’armas de fuec, son lei polícias municipalas que ne’n demandan fòrça, amé de corsets para-balas. « Mai que d’una centena d’armas èron estadas provesidas, en particulier dins lei pichonei comunas » sotalinha encara Laurenç Nunez. E aqueu ajusta qu’a « Marselha, lei policiers comunaus devràn seguir una formacien especiala ».Li faràn portar d’armas a partir de janvier 2016.

Niça es pas mai un nis de terrorista que d'autrei vilas

Se una centena de personas son déjà  assinhadas a son ostau dins aquelei Bocas dau Ròse, lei premiers cònsols se dison inquiets. Mai ren que dins lei ciutats d’importancia, onte se demandan ce que se debanarà au moment dei fèstas calendalas, amé de carrieras clafidas de monde.
 
Mai sus un ponch, lo prefèct vòu rassegurar : Niça, ponchada coma vila particularament sosta de jiadistas, aquò seriá tanben una rumor. « Oblidatz pas que, fau pauc de jorns, es a Tolon qu’avem arestats un joine qu’alestissiá un atemptat. »
 
D’aqueu ponch de vista, la falha entre territòris provençaus seriá pas entre Marselha e Niça, mai ben entre lei tèrras  e lei grandei ciutats. Mai de tranquilitat ai premièras, mai d’ansia ai segondas.
Le porte-avions Chales De Gaulle au mouillage à Toulon, où un attentat a été déjoué voici quelques jours, selon le préfet de Région (photo MN)
Le porte-avions Chales De Gaulle au mouillage à Toulon, où un attentat a été déjoué voici quelques jours, selon le préfet de Région (photo MN)

Jeudi 19 Novembre 2015
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
En octobre Aquò d'Aquí ôte le masque
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.
L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.