Aquò d'Aqui


Lo dire d’Elie Lebre (15)

Comment un paysan provençal du XXème siècle disait son temps, les saisons, le bon sens... dans sa langue de tous les jours. Quinzième semaine…

Ouvrage édité par l'Aeloc
L’agriculteur érudit et curieux Elie Lèbre (Cucuron –  Luberon : 1920-91) par bonheur rencontra l’occitaniste Madeleine Jaquier, et le fruit d’années de collectage nous a permis d’en savoir beaucoup sur la manière vivante et quotidienne de parler provençal.
 
Avec l’aimable autorisation d’Alain Barthelémy-Vigouroux qui a organisé la masse de notes et d’enregistrements issus de ce travail, nous vous en offrons un morceau chaque semaine, en vous recommandant d’acquérir le livre édité par l’Association Pour l’Enseignement de la Langue d’Oc .






Siatz cinquanta dos indispensables

52 contributeurs entre janvier et avril ont ajouté un supplément au prix de leur abonnement au mensuel Aquò d'Aquí, et c'est ainsi depuis deux ans. Leurs dons indispensables permettent à l'ultime magazine d'actualité en langue occitane de faire un pied de nez aux cassandres qui prédisent la mort de la diversité linguistique pour dire le monde.

Cinquantados contributors an portat pèira a Aquò d'Aquí dau tèmps dau darrier trimèstre, que li an aduch precisament 753,5 €uròs. Aquò representa a pauc près la meitat dau còst de l'estampaire per un numerò.














            partager partager

Du Bartàs affûte son quatrième album


MONTPELLIER. Le groupe languedocien internationalise un peu plus sa musique tout en gardant son punch et son sens acéré de la critique sociale. Tant que vira est prévu dans les bacs ou via internet pour la mi-novembre.



Créé en 2006 par Laurent Cavalié, Jocelin Papon et Pascal Tenza, Du Bartàs s'est étoffé en 2010 avec Clément Chauvet, Abdel Bousbiba et Titouan Billon (photo XDR)
Créé en 2006 par Laurent Cavalié, Jocelin Papon et Pascal Tenza, Du Bartàs s'est étoffé en 2010 avec Clément Chauvet, Abdel Bousbiba et Titouan Billon (photo XDR)
Au début du XXIème siècle la fusion est partout dans la musique. Voyages et immigrations ont formé l’oreille des musiciens comme jamais.  Tout le défi est d’intégrer ces apports dans un fonds musical traditionnel.
 
Du Bartàs y réussit on ne peut mieux avec son nouvel album, Tant que vira, et notre seul regret à son propos, c’est qu’il faille attendre encore un petit mois pour qu’il soit disponible.
 
Nous faisons partie des privilégiés qui l’ont reçu par avance. Ce qui nous permet d’affirmer que le groupe languedocien n’a rien perdu de son énergie, mais qu’il l’a un tantinet internationalisée.
 
Le groupe s’inscrit dans une tradition assez récente qui met le oaï, aurait-on dit vers Marseille : liberté versus anarchisme criée sur tous les tons, comme dans Soi ieu, un chant du démontage du prétentieux, qui prétend vouloir le bien commun quand il ne pense qu’à affirmer son pouvoir. De celui-là Du Bartàs pourra dire « per amassar, escana tot çò que pòt », et rappeler qu’il n’est pas éternel. 

Le dernier CD, Còntra ta pèl, avait connu un joli succès en 2011. Tant que vira prendra-t-il le même chemin ?
Le dernier CD, Còntra ta pèl, avait connu un joli succès en 2011. Tant que vira prendra-t-il le même chemin ?
A souligner la version occitane d’Ai ! Carmela, le « chant du départ » des Républicains espagnols. Et, par les temps électoraux qui courent, on pourra se passer en boucle « Sèm totis bastards ! », qui affirme « pas que de barrejats / gaire de puretat/dedins la vastetat / d’aquela umanitat ».
 
Avec ce quatrième album, édité par Sirventès, Du Bartàs reste sur sa ligne musicale : du triangle à la grosse caisse, le groupe de cinq musiciens et chanteurs tient de la fanfare; et s’il poursuivait ses morceaux au-delà des 4 à 5 mn qu’ils durent généralement, il pourrait prétendre à jouer la nouba.
 
Mais pas pour que le public entre en transes ! Car les textes de Du Bartàs sont à écouter. En témoigne Mon vesin, histoire très logique et morale du petit qui faisait du bon vin avant que, de fil en aiguille capitalistique, le gros étende son empire, mais ne trouve plus de bon vin.
 
On verra peu le groupe dans l’espace du provençal et du niçois, il reste de préférence de l’autra man dau Ròse. Cependant quelques dates sont à retenir de ce côté-ci pour aller se rendre compte que nous ne disons pas du bien du groupe par complaisance : le 1er février 2014 à l’Eolienne (Marseille)  le 20 du même mois à La Seyne, et le 7 juin suivant à Correns, dans le Var.

Mardi 15 Octobre 2013
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Aquò d'Aquí en décembre... c'est le moment où jamais de le sauver !

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.