Aquò d'Aqui


Lo dire d’Elie Lebre (15)

Comment un paysan provençal du XXème siècle disait son temps, les saisons, le bon sens... dans sa langue de tous les jours. Quinzième semaine…

Ouvrage édité par l'Aeloc
L’agriculteur érudit et curieux Elie Lèbre (Cucuron –  Luberon : 1920-91) par bonheur rencontra l’occitaniste Madeleine Jaquier, et le fruit d’années de collectage nous a permis d’en savoir beaucoup sur la manière vivante et quotidienne de parler provençal.
 
Avec l’aimable autorisation d’Alain Barthelémy-Vigouroux qui a organisé la masse de notes et d’enregistrements issus de ce travail, nous vous en offrons un morceau chaque semaine, en vous recommandant d’acquérir le livre édité par l’Association Pour l’Enseignement de la Langue d’Oc .






Siatz cinquanta dos indispensables

52 contributeurs entre janvier et avril ont ajouté un supplément au prix de leur abonnement au mensuel Aquò d'Aquí, et c'est ainsi depuis deux ans. Leurs dons indispensables permettent à l'ultime magazine d'actualité en langue occitane de faire un pied de nez aux cassandres qui prédisent la mort de la diversité linguistique pour dire le monde.

Cinquantados contributors an portat pèira a Aquò d'Aquí dau tèmps dau darrier trimèstre, que li an aduch precisament 753,5 €uròs. Aquò representa a pauc près la meitat dau còst de l'estampaire per un numerò.














            partager partager

Debat au Mucem : la lenga que se canta


MARSEILLE. La quinzaine « c’est ici que je vis » consacrée aux rapports entre cinéma et minorités nationales, s’est close à Marseille au Mucem dimanche par un débat entre l’historien Felip Martel et deux des cinéastes programmées. Quelles chances donne aujourd’hui la musique occitane à la transmission de la langue occitane ?



Sarah Benillouche, Caroline Troin, Felip Martel, Soazic Daniellou lors du débat post-films (photo MN)
Sarah Benillouche, Caroline Troin, Felip Martel, Soazic Daniellou lors du débat post-films (photo MN)
Sus l’ecran passam d’un boier que sei vacas li respòndon quand parla occitan, a Manu Theron que prepausa « Madalena » ai filhas de La Mal Coiffée. Puei, dins lo filme de Sarah Benillouche « Trobadors, un voyage occitan » (2011) l’autora debana tota la tiera de musicians que crean la musica occitana de uei.
 
Après lo filme en breton de Soazig Daniellou « Oseizh posupl », aqueu parla dei rasons d’aquela generacion de cantaires d’ escobar la vergonha qu’aviá viscuda la generacion precedenta.
 
« Deliberadament siáu anada dau costat de la modernitat e ai laissat sus lo costat la tradicion » que sotalinha aquela cineasta parisenca « de cultura judeoaràbia » qu’a « immigrat aquí per l’i cercar lo metissatge » e qu’es segura que « la singularitat enriquís l’universau, e aquò a ren de veire amb l’identitarisme ».
 
Pasmens es amb d’avejaires diferents que foguèt aculhida son òbra. « Auriá poscut èstre filmat tot parier per nos parlar dei Bambaras o d’autrei culturas, dau defòra » que ditz l’un. Un ponch de vista que totei partejavan pas, bòrd qu’aqueu filme èra un mejan, segur, d’iniciar totei publics a la problematica occitana.

Une exception culturelle française : la volonté de "nettoyer" les régionaux de leurs langues

Dans le film de S Benillouche on assiste à la genèse du projet "Madalena" avec Manu Theron et des groupes vocaux féminins (photo MN)
Dans le film de S Benillouche on assiste à la genèse du projet "Madalena" avec Manu Theron et des groupes vocaux féminins (photo MN)
Dins lo debat seguent, Felip Martel, istorian de l’Universitat de Montpelhier, ne’n parlarà d’aquela problematica occitana.

« Que Pasolini ague escrich de poesias en friolan aquò desvaria degun en Itàlia, mai au nòstre, amb « l’excepcion francesa », s’agís de passar totei lei pacolins a la bugadoira culturala per lei netejar dei patoàs ».
 
La vergonha entre nosautres per de generacions, vaquí l’enemic dau dedins, lo pièger !
 
La reaccion, la vaquí, amb aquelei cantaires que cantan en occitan tot de lòng de la « Linha Imaginòt », lo bèu reviscolament que fa passar la lenga de l’ombra de la granja a la lutz dau pontin, onte jogam de musica e cantan occitan.
 
Mai basta per faire deman de nòstra lenga un otís de comunicacion e d’escambi ? « chausissèm de parlar òc, mai serà pas pron per la transmetre » que pensa Felip Martel.
 
E, se l’escòla, a quauqueis uns li dona l’ocasion de l’aprendre, bastarà encara pas per ne’n faire deman una « lenga de comunicacion totala ».


Degun, ni cineasta, ni cantaire, ni mèstre d’escòla a encara trobat coma faire. Mai çò que sembla segur es que lo gaubi e la volontat de totei dins un meme temps crea una dinamica que nos la garda encara, la lenga.

De legir pereu : Le Mucem fait tout un cinéma des minorités nationales

Mardi 31 Mars 2015
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Aquò d'Aquí d'octobre arrive... abonnez vous vite !

Dison que...

Uno marcho di fierta countrariado

AVIGNON. Les Gay Pride sont faites pour que la diversité s’affiche, s’affirme, gaiement et en couleurs. Quittant le chantier de l’Oustau Prouvençau e Occitan de Sault, bientôt inauguré, Raphaël a participé à celle d’Avignon. Hélas ! Tout y a été contraint par des autorités locales qui semblaient vouloir, sans vouloir.

Rafaèl Cuny
Lou darrié dissate, tres de setèmbre, m'anère espaceja dóu coustat de la ciéuta papalo, qu'aviéu ausi que se ié debanavo la proumiero Gay Pride avignounenco, caminado di fierta.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.