Aquò d'Aqui


            partager partager

De moments sintetizats


MARSEILLE/NOYERS. Le tournage de Malaterra se termine. Laurenç commençait à trouver les gens de cinéma bien intéressants...et occitanophones parfois. Mais non, à la vie d'acteurs il préférera retourner à ses études.



Sur le tournage près de Noyers, Philippe Carrese à droite, Laurenç Revest à gauche (photo XDR)
Sur le tournage près de Noyers, Philippe Carrese à droite, Laurenç Revest à gauche (photo XDR)

Quora Felip a doás minutas, li fau dedicar ma colleccion de romans negres de Carrese. E òc, Felip es autor de « polar marselhés », « Le Bal des cagoles » e autres « Allons au fond de l'apathie » son de títols d’el. De l’estil marselhés Jean-Claude Izzo.


 Devèrs la fin dal filmatge, Laurenç « Garibaldi » (es son ver nom, me’n aviso per aiçò) ven per far lo making off dal film. Enregistra cadun entre doás presas per parlar, pausar de questions. Dire çò que n’a pensat de tala o tala scèna. M’assèto sus lo camion, al fresc. Quora parlo ai l’emocion que puá als uèlhs. Sente la fin dins gaire. La fin d’una aventura.


"Fai tos estudis!"

Philippe Carrese à la manœuvre près de Noyers (photo XDR)
Philippe Carrese à la manœuvre près de Noyers (photo XDR)

E gaire de jorns après, es fach. Es dins la bóstia. Festam la darriera scèna. Cadun es content. Se mete de champanhe sus Felip Carrese. Clac de fin. Es plus « Fin de jornaia » mas es la darriera.


Lo filmatge es achabat per ieu. Coma aquel pargue, sento la nostalgia. De que restarà d’aiçò? Lo film de segur. Mas lo demai, de costat, l’emocion partajaia. Cadun se pren en fòto, se disèm coma de liceans just avans lo bachileirat a la fin de l’an que se tornarem veire. Que prenèm las coordenaias dals uns e dals autres.

Un telefòn sòna, qualqu’un manda « Los afars reprenon » istòria de parlar d’autra causa. Agacham un darrier còup lo luec. Los tecnicians van lèu plegar lo material. Los fils electrics, de postam , de cubèrtas, de lençòls de proteccion. La cantina mobila a ja partit.
 

En recòrdi, fau dedicar mon scenario papier per tota l’equipa. Cadun m’a mes un pichon mòt sus. L’ai sempre, dins un carton. De mòts simpatics. De moments sintetizats.


Retrobarai l’ingenhaire dal son de Vendargues o lo cadraire Manhan originari dal Pimont occitan per las emissions Vaquí. Comprenon l’occitan sensa problèma e lo parlan un pauc. Coma d’autres. Mas aquò, o sabio ren ancara. Ai descubèrt un monde.
 

Felip me conselha. Li pauso de questions sus lo mitan, non de Marselha segur, mas dals mèdias. Me ditz: « actor es un mestier complicat, sempre per valons e per charrieras, una vita familiala complicaia tanben. Fai tos estudis ». A rason. Tornarai un còup per veire de causas en post sincronizacion.


Ne’n seriá talament d’escriure mas lo temps manca. E pi me tòrnan de causas de temps en quora. Coma aquò, subran . E nòto ren tot. Alora, per lo moment m’arrestarai aicí.


Jeudi 18 Juin 2020
Laurenç Revest




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

On vous parle des poétesses d'oc ?
Dison que...

L'autre pandémie...à perpétuité ?

L'air pollué tue plus surement et plus massivement que la covid 19. Or, cette dernière, en forçant à la cessation d'activités, a révélé les responsables des pollutions les plus prégnantes sinon les plus connues.

L'autre pandémie...à perpétuité ?

Avec près de trente mille morts, la crise de la covid 19, dont on n’ose encore parler au passé, a marqué le premier trimestre de 2020. Elle nous a paru à juste titre terrible. Ces morts sont dues en fait aux affections respirtatoires qui souvent suivaient l’infection virale. Or, il nous faut remettre, toute traumatisante qu’elle soit, cette maladie planétaire dans un contexte plus large.

 

Entre trois et quatr millions de personnes décèdent chaque année d’affections respiratoires dans le monde. La bronchopneumopathie chronique obstructive, autrement dit la bronchite chronique, est un fléau.

 

Et pour partie ce que nous respirons au quotidien aggrave tous les symptômes. Encore ne sait-on pas tout, loin de là, sur  l'air qui est sensé nous faire vivre.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.