Aquò d'Aqui

Quelques proverbes de Novembre

Relatifs au mois de novembre, ils nous parlent d'un temps d'avant le réchauffement climatique, d'évidence...

Òme de novembre es de bòna fusta
femna de novembre laissa que tabusta


(homme né en novembre sera de bon bois
femme née en novembre sera suractive)

in De qué farà aquel temps ?
(Petit précis de météorologie populaire occitane)
Pierre Mazodier - Marpoc

Per San Martin,
Boucho toun vin
Mette toun chàu dedin.


(Pour Saint Martin
bouche ton vin
et enferme ton chou)

in  Proverbes et dictons des Hautes-Alpes et de l'Ubaye 
éditions du Roc












            partager partager

De moments sintetizats


MARSEILLE/NOYERS. Le tournage de Malaterra se termine. Laurenç commençait à trouver les gens de cinéma bien intéressants...et occitanophones parfois. Mais non, à la vie d'acteurs il préférera retourner à ses études.



Sur le tournage près de Noyers, Philippe Carrese à droite, Laurenç Revest à gauche (photo XDR)
Sur le tournage près de Noyers, Philippe Carrese à droite, Laurenç Revest à gauche (photo XDR)

Quora Felip a doás minutas, li fau dedicar ma colleccion de romans negres de Carrese. E òc, Felip es autor de « polar marselhés », « Le Bal des cagoles » e autres « Allons au fond de l'apathie » son de títols d’el. De l’estil marselhés Jean-Claude Izzo.


 Devèrs la fin dal filmatge, Laurenç « Garibaldi » (es son ver nom, me’n aviso per aiçò) ven per far lo making off dal film. Enregistra cadun entre doás presas per parlar, pausar de questions. Dire çò que n’a pensat de tala o tala scèna. M’assèto sus lo camion, al fresc. Quora parlo ai l’emocion que puá als uèlhs. Sente la fin dins gaire. La fin d’una aventura.


"Fai tos estudis!"

Philippe Carrese à la manœuvre près de Noyers (photo XDR)
Philippe Carrese à la manœuvre près de Noyers (photo XDR)

E gaire de jorns après, es fach. Es dins la bóstia. Festam la darriera scèna. Cadun es content. Se mete de champanhe sus Felip Carrese. Clac de fin. Es plus « Fin de jornaia » mas es la darriera.


Lo filmatge es achabat per ieu. Coma aquel pargue, sento la nostalgia. De que restarà d’aiçò? Lo film de segur. Mas lo demai, de costat, l’emocion partajaia. Cadun se pren en fòto, se disèm coma de liceans just avans lo bachileirat a la fin de l’an que se tornarem veire. Que prenèm las coordenaias dals uns e dals autres.

Un telefòn sòna, qualqu’un manda « Los afars reprenon » istòria de parlar d’autra causa. Agacham un darrier còup lo luec. Los tecnicians van lèu plegar lo material. Los fils electrics, de postam , de cubèrtas, de lençòls de proteccion. La cantina mobila a ja partit.
 

En recòrdi, fau dedicar mon scenario papier per tota l’equipa. Cadun m’a mes un pichon mòt sus. L’ai sempre, dins un carton. De mòts simpatics. De moments sintetizats.


Retrobarai l’ingenhaire dal son de Vendargues o lo cadraire Manhan originari dal Pimont occitan per las emissions Vaquí. Comprenon l’occitan sensa problèma e lo parlan un pauc. Coma d’autres. Mas aquò, o sabio ren ancara. Ai descubèrt un monde.
 

Felip me conselha. Li pauso de questions sus lo mitan, non de Marselha segur, mas dals mèdias. Me ditz: « actor es un mestier complicat, sempre per valons e per charrieras, una vita familiala complicaia tanben. Fai tos estudis ». A rason. Tornarai un còup per veire de causas en post sincronizacion.


Ne’n seriá talament d’escriure mas lo temps manca. E pi me tòrnan de causas de temps en quora. Coma aquò, subran . E nòto ren tot. Alora, per lo moment m’arrestarai aicí.


Jeudi 18 Juin 2020
Laurenç Revest




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
Dans Aquò d'Aquí de novembre
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.