Aquò d'Aqui


            partager partager

Darrier la camera l'adesiu que fa tot tenir a Malaterra

Flâneries évocatrices du film occitan Malaterra et du pays où il fut tourné


Voici toute l'équipe du tournage à Marseille pour une scène de tension familiale tournée dans l'obscurité. Un grand moment du film en occitan Malaterra, suivi d'une visite de l'écrivain et essayiste Pèire Pessemessa.



A Malaterra ? Non, à Marseille chemin des Accates (photo XDR)
A Malaterra ? Non, à Marseille chemin des Accates (photo XDR)

Pareisse qu’i seriá ancara quora lo film a sortit (la bastida deis Acaptas a Marselha Ndlr).

Entro, lo camion blanc de la regia i es ja. De barnums e de tauliers son installats dins l’òrt a l’exterior amb una cosina mobila. La classa. Fasèm coma de campatge en plen Marselha. De veituras son ja parcaias, me meto de costat. A l’ombreta.

La bastiá es degalhaia. A viscut e es abandonaia. S’ avalisse tròces per tròces. Los arbres davans, de platanas entre autres, son enòrmes. Auts, sembla que siáiem dins un bòsc. Fa una lutz magica. E l’ambient. Fa ambient entre « occitan marchés », coma lo « Grand Meaulnes » e lo Castèl de ma maire de Panhòl abandonat 70 ans après.


 


Dins l'escuresina una scèna de tension increïble

Pèire Pessemessa passera sur le tournage avec sa Pastorala de l'an 2000. Une de ses filles joue dans le film (photo MN)
Pèire Pessemessa passera sur le tournage avec sa Pastorala de l'an 2000. Une de ses filles joue dans le film (photo MN)

Virarem dins una anèxa, un cabanon de latz de la bastiá. I avèm la sala per se costumar, se mascarar, se méter a la sosta en cas de pluèia. E l’autra sala, al plan terren totjorn, per far la cosina-pèça de manjar amb una chaminèia. Pi, d’eschaliers e al primier plan, una chambra. Aquelos dos luecs nos serviràn de decòrs reals per virar. De decòrs qu’auràn ren costat. Dins lor jus! Mens de trabalha per la pro dal decòr « Ramora » (es son escais). Per far ancara mai « vièlh estil » e reconstitucion. Es « racòrd » coma se ditz en lengatge tecnic de tv. Es coma los ribans adesius negres espeses, sièrvon de tot. Per marcar una plaça per s’arrestar dins un plan, per far tenir dos panèls reflectors de lutz blancs, per isolar o escondre de fils electrics...


 

L’arribaia « dal balord e mut » jugat per Paco es quarqua ren. Jugam verament de nuech. Una rampa d’aiga es plaçaia denans la pòrta per far una chavana. Una lampa amb de rebats permete de far los lamps. Una capa e una tèsta fatigaia, Paco arriba. Arriba per manjar a mai. En cò dals Morgons, d’especials. Va èstre recebut.


 

La scèna dal past es d’antologia. Sio al taulier « en familha » e jugam un endrech de tension increïble. Dins l’ escuresina . Coma dins un tablèl ancian. Ambal fuec artificial que cracinha. Fa ben coma se fuguèsse real.


 

Lo paire d’Estèla, Peire Pessamessa passa nos dire bònjorn. Me dona sa darriera pèça, "La pastorala de l'an 2000" escricha en 2002. Ne’n aviam parlat per una conferéncia dins la Maison comuna de Les en val d’Aran al mes de julh passat. I presentavo la conferéncia « Per un Conselh de la Joventut d’Òc ». Simpatic d’i aver pensat.


 



Jeudi 11 Juin 2020
Laurenç Revest




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
En octobre Aquò d'Aquí ôte le masque
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.
L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.