Aquò d'Aqui

2021...

Aquò d'Aquí vous souhaite la meilleure année possible et sera aux côté de tous ceux qui défendent activement la transmission de notre langue d'oc.

A tous ceux qui ont fermé la porte de 2020 en criant “bon débarras, année de m…”, nous devons hélas le dire, 2021 risque de ne pas être meilleure pour la convivialité, et le retour de flammes économique brulera plus qu’il ne réchauffera. Désolé de ne pas être optimiste. Nous adorerions pourtant !

 


















            partager partager

Dans les parcs naturels les défenseurs de la langue sur le qui vive




SAINT-MAXIMIN . Le Forum d'Oc consacrait sa Convention, le 14 avril, à la valorisation de la langue d'oc dans les parcs naturels. Rien n'est jamais gagné en la matière, et tout dépend des défenseurs. Mais comment trouver des relais durables ?



Samedi 14 avril à Saint-Maximin. Retours d'expériences et débats : la langue d'oc est elle soluble dans les projets de parcs naturels ? (photo MN)
Samedi 14 avril à Saint-Maximin. Retours d'expériences et débats : la langue d'oc est elle soluble dans les projets de parcs naturels ? (photo MN)
Plusieurs parcs régionaux font une place, théorique, en Provence, à la langue occitane. Fanny Lemaire, dans un mémoire de 2012 pour l’Université d’Avignon, étudie la question (Parcs naturels régionaux et lieux d’exposition du patrimoine, Quels partenariats en 2012 ?).
 
« Il s’agit des Alpilles, du Luberon, et bien entendu de la Sainte-Baume. Le PNR du Luberon, dans son action A 35 veut valoriser le patrimoine populaire matériel et immatériel, et souligne l’importance de la langue provençale pour toutes les approches de l’histoire, de l’ethnologie, et de la toponymie » citait un orateur, à propos du Parc de la Sainte-Baume, lors de la Convention du Forum d’Oc le 14 avril dernier à St-Maximin.
 
Consacrée à la place de la langue régionale dans les parcs naturels, cette réunion publique a réuni quelques deux cents personnes, dont plusieurs responsables des huit parcs naturels régionaux de Provence.
 
L’objectif 63 du PNR des Alpilles, stipule, lui, que ce PNR de création récente doit « faire vivre la langue et la littérature provençale dans toutes ses expressions, et traduire la charte du Parc ».
 
Pourtant, sur le terrain, la langue régionale est largement absente de l’espace public et des publications des parcs. Y compris ceux qui affiche une volonté de départ.

Le président historique du PNR du Luberon,  Gilbert Pla, était provençalophone. En 1989 nous avions échangé en provençal à propos des incendies qui, cet-été-là, avaient marqué la région. Et son directeur de la communication n’était autre que Sergi Bec, un poète d’oc contemporain parmi les plus importants. Mais une fois les fondateurs partis, la bonne volonté s’est délitée…
 
Car, rappellerait l’histoire récente de la Sainte-Baume, la langue ne dit le territoire que lorsque ses défenseurs restent sur le qui-vive…
 
…Et quand les professionnels s’en mêlent, souligne quant à lui Claude Holyst. Le directeur de l’Agence Régionale de l’Environnement fait organiser pour les volontaires, parmi ses 50 agents, des cours de provençal depuis 2009. Connaitre le terrain, les maires ruraux, peut impliquer qu’on s’investisse dans la connaissance de la langue historique du pays.
 
« L’animation permet de cheminer longtemps. Le « couple élu investi-chargé de mission compétent » restera le bon moyen pour faire vivre une politique pour la langue, qui ne soit pas sans cesse remise en question ».

A notre connaissance, ce binôme indispensable n’existe dans aucun des huit PNR de Provence…ni  élu délégué, ni salarié investi. Restent des textes, qui n’engagent que faiblement des élus, qui ne s’investissent pas dans la défense et l’illustration du premier patrimoine qu’ils devraient défendre.
 
« C’est une présence de tous les instants que réclame la promotion de l’occitan dans les parcs » soutient Miquèu Arnaud, très investi dès l’origine de la démarche de création du PNR de la Sainte-Baume. « Assurer un relationnel, s’intéresser à tous les aspects de la vie du Parc, et se garder des chausse-trappes… » insiste l’animateur de la Commission Culture. Car il a dû batailler ferme pour maintenir, par exemple, le choix d’une signalétique en provençal, qui fut biffée sans concertation bien qu’actée dans les textes choisis par le Conseil de Développement.
 

 
Sainte-Baume, un patrimoine matériel évident, mais quid de l'immatériel ? doit-il être effacé dès que les associations baissent la garde ? (photo MN)
Sainte-Baume, un patrimoine matériel évident, mais quid de l'immatériel ? doit-il être effacé dès que les associations baissent la garde ? (photo MN)

Le numéro 305 d’Aquò d’Aquí, daté de juin 2018, consacrera une large place éditoriale à ce sujet, en particulier en donnant la parole à Miquèu Arnaud, et en se penchant sur l’expérience de PNR qui ont choisi de réellement promouvoir ce patrimoine immatériel essentiel qu’est la langue régionale.

Jeudi 19 Avril 2018
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
Dison que...

Légendes populaires de Provence

Une part de notre identité, celle de l'imaginaire populaire, nous est à nouveau restituée avec rigueur et avec cœur par Jean-Luc Domenge. Mais attention ! cette fois, particulièrement, l'ouvrage a besoin de votre concours pour naître.

Dans la Val Maire, dans cette Italie qui parle occitan, un dragon se mit en tête de tout dévaster. Un vrai psychopathe. Alors sur le conseil d’une habitante toute la communauté passa un cours d’eau, et se mit sous la protection de la fée de la rivière.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.