Aquò d'Aqui

Journée historique pour les langues régionales

La loi dite Molac donnera des droits à l'enseignement des langues minoritaires en France, enfin ! ça ne s'est pas fait tout seul.

Bien des lecteurs d'Aquò d'Aquí ont été surpris, le 8 avril, du vote écrasant des députés en faveur de la loi de Protection des langues régionales, avancées par le groupe parlementaire Libertés et Territoires. Pourtant une observation un peu fine des évènements qui ont conduits à cette issue aurait rassurée plus d'un.

















            partager partager

D’una guèrra l’autra, amb de valors d’a passat temps


Joan Saubrement livre ses souvenirs lorrains. Les dires de ses grands-parents, la vie ouvrière dans les années trente… « Ce qui marque d’abord c’est cette éducation assez libre dans laquelle vous apprenez que la solidarité arrange beaucoup de choses ».



Joan Saubrement signe son second ouvrage de souvenirs : après la marine, les chemins de fer...et toujours ce sens de l'anecdote qui dit l'époque (photo MN)
Joan Saubrement signe son second ouvrage de souvenirs : après la marine, les chemins de fer...et toujours ce sens de l'anecdote qui dit l'époque (photo MN)
Segur que lei libres de remembres encombran l’edicion en lenga nòstra, tant en grafia classica coma en mistralenca. Mai que d’un vòu rementar coma èra sa pacola amb un biais de pensar que nos semblariá exotic a l’ora d’ara.
 
Lei memòrias de Joan Saubrement nos semblan diferentas, bòrd qu’eu foguèt niston de la SNCF, puei perque aquela enfança se debanèt pas au nòstre, enfin perque s’a laborat quauqua ren dins sa vida, es la mar !
 
Joan Saubrement, reviscolaire dau Centre Regionau d’Estudis Occitans de Provença, nasquèt Lorenc dins una familha de caminòts, entre Blainville e Damelevières.

Podètz imaginar la Meurthe e sei viravòuts onte d’aubres graciós trempan sei brancas sota un cèu totjorn ennivolat.
 
« Subretot lo païsatge, tant sociau coma geografic, èra marcat per la SNCF » que nos ditz. « Mei grands, mei gents, foguèron caminòts. Un mitan modèst mai segur de son gaubi, que vivián totei dins una ciutat caminòta, e pantaiavan de venir proprietaris »

Lo segond obratge de memòrias de Joan Saubrement

Une enfance bercée par les chuintements des locomotives et encadrée par l'esprit cheminot (gare de Blainville XDR)
Une enfance bercée par les chuintements des locomotives et encadrée par l'esprit cheminot (gare de Blainville XDR)
Vaquí una enfança normala deis annadas mila nòu cent trenta, que nos cònta Joan Saubrement. Mai la tòca es ben de dire un temps que se podiá esperar dins l’avenir, maugrat leis auvaris.
 
E aquelei foguèron pas tot pichons, que l'autor nos ditz dins una entrevista : « ma maire crebèt l’uòu lo jorn de l’assassinat de Jaurès, e son paire la posquèt veire ren que quauquei jorns avans que de se vestir de blu e de s’enanar a la guèrra. E ieu, quand aguèri mei sièis ans, veguèri arribar d’autreis unifòrmes, verds-gris, aquelei. Mon país foguèt ocupat tre l’envasiment de la França, e liberat entre lei bèus darriers. »
 
Es la rason dau títol dau librilhon que publican leis edicions de l’IEO, « D’una guèrra l’autra ». L’autra rason es que lo premier obratge de memòrias de Joan Saubrement foguèt sonat « D’una mar l’autra », e consacrat a sei remembres de marin.

S'ajudar leis uns amb leis autres

Parlarem pas d’aquelei remembres, que vau mai vos laissar lei descubrir. Mai l’important, dins aquela relacion d’a passat temps, es pas tant leis eveniments que l’i son contats que lo biais de pensar.
 
« Lei gents se coneissián totei e de s’ajudar leis uns amb leis autres èra la règla premiera. Per finalament crompar un ostau modèst a mei gents, tota la familha faguèt çò que posquèt, e mai lo païsan que vendèt sei dètz aras nos ajudèt a far Sant Miquèu amb sa carreta. »

Un sistèma solidari, onte la SNCF èra pertot. « Lo prest per crompar l’ostau, e fins qu’a ma borsa de collegian venián dau Camin de Fèrre ».

A l’ora de l’entrepresa qu’esconde sei resultats dins de paradís fiscaus, e dau caumatge generalizat per lei joines, aquela enfança pasmens modèsta mai sens solesa, semblarà a mai que d’un una mena d’Andalosia de l’Ubac.
"Pour améliorer l'ordinaire, il y avait la pêche, le dimanche " (photo XDR)
"Pour améliorer l'ordinaire, il y avait la pêche, le dimanche " (photo XDR)

D’una guèrra l’autra – IEO Edicions – 16 €
Article écrit avec les suggestions lexicales de Bernard Moulin, Service de la Langue Occitane (IEO)

Mardi 30 Décembre 2014
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Dison que...

Nos villes avec leur nom historique et sans enquiquineur procédurier

Un aspect de la loi Molac, votée le 8 avril, est resté à tort dans l'ombre : le droit de nommer ses rues et ses entrées de ville sans être harcelé par un obsédé de la langue unique.

De la loi loi nº 2548 relative à la protection patrimoniale des langues régionales et à leur promotion, désormais connue sous le nom de son promoteur, Paul Molac, nous avons surtout retenu les articles permettant de renforcer l’enseignement bilingue dans les établissements publics.

 

Cependant s'il est un aspect de la promotion des langues minoritaires qui a été négligé par les commentateurs, c’est celui de la signalétique bilingue. C’est un tort car cette possibilité, enfin débarrassée des attaques imbéciles de soi-disant libres penseurs, fera évoluer les mentalités de nos concitoyens, à qui sera rappelée aisément la fierté de leur terroir.




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.