La Setmana naufragée ?

L'unique média papier entièrement en occitan dépose son bilan. Les soutiens publics "naturels" de La Setmana lui ont fait défaut. Le drame interroge tout le régionalisme. Mais trouvera-t-il les réponses ?

Acteur majeur et porte-voix de la préoccupation occitaniste depuis 1994, date de sa création sous forme coopérative, la société Vistedit et sa figure de proue, l’hebdomadaire La Setmana, tirent le rideau.






            partager partager

Cor D Lus, Noëls revus et partagés


Le chœur calendal a terminé sa mini saison à Endoume (Marseille) le 17 janvier. Compositions ou textes contemporains, sont arrangés voire créés par les choristes, qui revisitent aussi les traditionnels.



Cor D Lus : de g à d Philippe Franceschi, Didier Maurell, Vicent Cladère, Jean-Philippe Perdereau et Sébastien Cladère (photo MN)
Cor D Lus : de g à d Philippe Franceschi, Didier Maurell, Vicent Cladère, Jean-Philippe Perdereau et Sébastien Cladère (photo MN)
Des Noëls les plus traditionnels policés par près de quatre siècles après que Nicolas Saboly ait « provençalisés » des chants religieux venus d’ailleurs, aux compositions originales d’un Joan-Ive Royer ou du félibre Camille Reybaud, ce répertoire marqué par l’espoir, et souvent par une vision sociale du monde, est porté avec implication par Cor D Lus.
 
Le groupe formé à Ansouis en 2010, chante Noël a capella et en bonne polyphonie pour la troisième saison. Ils ont terminé leur tournée régionale à l’Eglise d’Endoume le 17 janvier, et se sont produit l’avant-veille dans le petit temple aixois réformé de la rue de la Masse.
 
Celui-ci était plein. De curieux, mélomanes, provençalisants, ou de choristes d’Antequiem venus écouter dans un autre type de répertoire leur chef de chœur, Philippe Franceschi.
 
Ce dernier revisite parfois certains traditionnels, tels cet Alin amount sus la mountagno (Ailamont sus la montanha), pour…lui faire prendre de la hauteur, celle où le chanteur Vincent Cladère, voix puissante et sensible, l’emmène, et le public avec.
 
Le même Vincent Cladère arrange lui aussi, ainsi ce texte du félibre Camille Reybaud, Lei Paure, choisi par Didier Maurell, professeur de langue d’oc de son état, et grand attiseur de projets de qualité chantés par ses élèves.
 
Un autre complice des précédents, Jean-Philippe Perdereau, compose ce Nouvé de blancor, sur un texte de Guy Matieu.
 
Les Festes d’Orphée, qui invitaient Cor D Lus vendredi à Aix, apportent ainsi leur petite pierre à l’édifice créatif du groupe vocal. On interprète, on arrange, on écrit, on compose, dans la tradition …de toutes les musiques dites traditionnelles, celle où le désir d’aller plus loin et mieux prévaut sur le droit d’auteur.

Cor D Lus montre chemin faisant, que ce répertoire nadal est loin d'être confit dans la naphtaline. Pas plus que le message d'espoir lié à Noël, les siècles ne lui font peur.
 
A quand un CD ?

Lundi 18 Janvier 2016
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Le Québec et ses enjeux linguistiques et sociaux
Dison que...

En finala Beart espòutisse Charpin

Andrieu avait invité des gens de culture pour le désastreux match OM-Atretico...

En finala Beart espòutisse Charpin
Avieu convidat de colègas cinefiles e amoros de la cançon francesa pèr assistar a la finala OM-Atletico davant mon escran plat. Es rede 3 a 0, dona pas lo rebat dau debanament dau rescòntre.


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.