Aquò d'Aqui


            partager partager

Chanson d’oc et Italie un rapport mis en lumière


AIX-EN-PROVENCE. La relation entre chanson occitane et cultures italiennes avait besoin d'être révélée, et l'université l'a mise en évidence avec la complicité d'excellents artistes.



Aronne dell’Oro, un groupe qui s’est spécialisé en Italie dans l’adaptation musicale à partir de collectages entame doucement le chant d’un paysan du Mezzogiorno dont les paroles évoquent directement la poésie de Bernat de Ventadorn. Puis vient un morceau chanté dans ce si particulier occitan charrié par les Vaudois en fuite, jusqu’à Guardia Piemontese, en Calabre…
 
Des particularités qui semblent naturelles à Manu Theron, qui cotoie cette société et ses artistes depuis longtemps. “Pas d’Etat pour dire ce qui doit etre chanté ou pas là-bas”. Et lui en duo avec l’expressive Enza Pagliara, chantera en occitan comme en italien dialectal.

 

Le programme très riche de la journée du CAER
Le programme très riche de la journée du CAER
Nous ne sommes pas en salle de concert, mais à l’Université d’Aix-Marseille. Pour les journées du Centre Aixois d’Etudes Romanes, avec le Cirdoc de Béziers, Estello Ceccarini a choisi d’évoquer sérieusement ce rapport méconnu entre la chanson de langue d’oc contemporaine et l’Italie.
 
Et pour cela le CAER convoque Médéric Gasquet-Cyrus, Joan-Ives Casanova, Silvia Giordano et tout un pan de la jeune recherche en musicologie comme en socio linguistique des deux côtés des Alpes.
 
Nous essaierons d’en parler mieux dans notre mensuel du mois de novembre, mais déjà voyez et écoutez comment illustrent le thème le groupe Aronne dell’Oro...

Mardi 8 Octobre 2019
Michel Neumuller





1.Posté par Lou Petìt Ausèth le 10/10/2019 16:29

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

On vous parle des poétesses d'oc ?
Dison que...

L'autre pandémie...à perpétuité ?

L'air pollué tue plus surement et plus massivement que la covid 19. Or, cette dernière, en forçant à la cessation d'activités, a révélé les responsables des pollutions les plus prégnantes sinon les plus connues.

L'autre pandémie...à perpétuité ?

Avec près de trente mille morts, la crise de la covid 19, dont on n’ose encore parler au passé, a marqué le premier trimestre de 2020. Elle nous a paru à juste titre terrible. Ces morts sont dues en fait aux affections respirtatoires qui souvent suivaient l’infection virale. Or, il nous faut remettre, toute traumatisante qu’elle soit, cette maladie planétaire dans un contexte plus large.

 

Entre trois et quatr millions de personnes décèdent chaque année d’affections respiratoires dans le monde. La bronchopneumopathie chronique obstructive, autrement dit la bronchite chronique, est un fléau.

 

Et pour partie ce que nous respirons au quotidien aggrave tous les symptômes. Encore ne sait-on pas tout, loin de là, sur  l'air qui est sensé nous faire vivre.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.