Aquò d'Aqui


La Langue d’Oc
dans le parler d’aujourd’hui

Connaissez-vous la signification de cette expression ?


Et patin coufin * :

A - n'oublie pas tes patins ni ton couffin
B - etcetera
C - coucou je suis là (expression enfantine)


Répondre


Qu'es aquò, qu'es aquò ? (6)

Les devinettes d'Andrieu Lagarda, en languedocien, sont un modèle de finesse.Vous essayez de trouver... et vous nous écrivez la réponse.


Vaquí la devinalha dau jorn

Qu'es aquò, qu'es aquò ? (6)

Mai li tiran
sus la garganta
 e mai canta


Qu'es aquò ?



 














            partager partager

Cent chansons de Provence pour tous

téléchargeables gratuitement


Animateur du chant choral entre pays de Grasse et pays Niçois, Patrick Meyer a eu cette initiative voici deux ans : favoriser l’apprentissage du provençal via le chant. « Une porte d’entrée plaisante, souvent utilisée ». Son site internet recèle des trésors.



L’idée était déjà plus que dans l’air, en février 2017, dans la vallée de La Siagne, chez l’animateur de la vie patrimoniale Patrick Meyer. Derrière son ordinateur il vérifiait les textes, agençait les dessins de Michaël Crosa, déjà illustrateur des derniers ouvrages de Jean-Luc Domenge, édité par Cantar loup aïs, l’association que préside Patrick Meyer.
 
Et fin septembre il nous annonçait : « nous allons vers les cent chansons, nous en avions soixante, nous venons d’en mettre à disposition dix-sept nouvelles ». Car le site qu’a ouvert Cantar lou païs voici quelques mois, est d’abord un web de mise à disposition. Les professeurs des écoles, les maîtres de chant des nombreuses chorales du territoire provençal ou une bande d’amis peuvent choisir de piocher sur le site Lou Moussi, La vieio, La roso de mai, Pèr faire l’óumeleto, ou des « standards » plus connus, tel Levo la cambo ou Jan Petit.
 
« Ce sont des chansons traditionnelles, sur lesquelles il n’y a plus de droits d’auteurs depuis longtemps…et pas d’ennuis en perspective avec la Sacem. » En revanche le site propose CD, chansonniers et livres spécialisés ; c’est une forme d’aide aux éditeurs qui, comme Cantar lou païs, font métier d’essayer de développer le chant en lengo nostro.

La meilleure façon d'apprendre

Pour télécharcher gratuitement les partitions, et le fichier sonore qu’aura offert Jan-Nouvè Mabelly et Jean-Louis Todisco, « il y aura d’autres artistes » promet Patrick Meyer, il faut créer un compte, se faire reconnaitre, laisser son email. Après, l’œuvre à travailler est accessible gratuitement, et proposée en graphie classique comme en graphie mistralienne.
 
« Le chant reste la meilleur porte d’entrée pour apprendre le provençal » souligne Patrick Meyer, qui parle d’expérience. Lui-même enseignant, il a développé en parallèle sa maison d’édition associative afin de pouvoir faire connaitre les collectages de Jean-Luc Domenge, et y consacrer plusieurs ouvrages aux chants provençaux populaires, souvent méconnus, qu’ils soient chantés en occitan ou en français.

Jeudi 25 Octobre 2018
Michel Neumuller





1.Posté par NICOLAS Michel le 26/10/2018 05:08
Quau trabalh fenomenau ! Mercès.

2.Posté par Micheal Thompson le 26/10/2018 15:49
Merces

3.Posté par Lions Edmond le 27/10/2018 11:00
Bonjour
Belle initiative.
Voici deux chansons que chantait ma mère et dont je ne connais malheureusement que des bribes :

"Niço la rèigino, l'amouroso dei flour, quello joio divino ounouro lou siéu jour…" …."
"...es à Cimiez per li sentié…" (la festo dei coucourdoun)

Je reconnais que...c'est peu ! Désolé.
Edmond.

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche



Votre numéro d'été invite à respirer
Dison que...

L'autre pandémie...à perpétuité ?

L'air pollué tue plus surement et plus massivement que la covid 19. Or, cette dernière, en forçant à la cessation d'activités, a révélé les responsables des pollutions les plus prégnantes sinon les plus connues.

L'autre pandémie...à perpétuité ?

Avec près de trente mille morts, la crise de la covid 19, dont on n’ose encore parler au passé, a marqué le premier trimestre de 2020. Elle nous a paru à juste titre terrible. Ces morts sont dues en fait aux affections respirtatoires qui souvent suivaient l’infection virale. Or, il nous faut remettre, toute traumatisante qu’elle soit, cette maladie planétaire dans un contexte plus large.

 

Entre trois et quatr millions de personnes décèdent chaque année d’affections respiratoires dans le monde. La bronchopneumopathie chronique obstructive, autrement dit la bronchite chronique, est un fléau.

 

Et pour partie ce que nous respirons au quotidien aggrave tous les symptômes. Encore ne sait-on pas tout, loin de là, sur  l'air qui est sensé nous faire vivre.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.