Aquò d'Aqui


            partager partager

CD : Issa Nissa, siám pas de panissa


Ce disque pour enfants devrait aussi séduire les adultes. La « nissattitude » transpire de ce CD qui a eu tout pour plaire à notre critique avisé.



Les disques occitans pour enfant, nissart pour le cas, de qualité, sont rares … plutôt réalisés avec des enfants car, pour Issa Nissa, le public adulte sera conquis aussi.
 
Nous voilà avec Mauris, émouvant, avec des chants traditionnels revisités ou des créations de toute la « clique » niçoise : parmi les meilleurs, qui collaborent soit aux paroles, soit aux chants, aux musiques, ou aux arrangements. Du trad. Jusqu’aux sonorités blues de l’Ontario, avec la fraicheur des cœurs d’enfants.
 
Cet album par sa sonorité musicale, ses reprises, les illustrations dues à Sauvaigo, insufle l’âme du pays niçois, une culture que l’on a encore et toujours envie d’écouter et de partager. C’est une réussite.
 
Voilà un cadeau original  et passionnant à faire à vos enfants, vos petits-enfants et à vous-même.
CD : Issa Nissa, siám pas de panissa

Pour commander:

CD Issa Nissa Siám pas de panissa – Gorgomar & cie, 2012 – Chansons pour enfants jusqu’à 99 ans ! 1 CD vendu 12€, port compris. 


Ecouter ici les extraits
CD : Issa Nissa, siám pas de panissa

Lundi 11 Février 2013
Pèire Combe




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

On vous parle des poétesses d'oc ?
Dison que...

L'autre pandémie...à perpétuité ?

L'air pollué tue plus surement et plus massivement que la covid 19. Or, cette dernière, en forçant à la cessation d'activités, a révélé les responsables des pollutions les plus prégnantes sinon les plus connues.

L'autre pandémie...à perpétuité ?

Avec près de trente mille morts, la crise de la covid 19, dont on n’ose encore parler au passé, a marqué le premier trimestre de 2020. Elle nous a paru à juste titre terrible. Ces morts sont dues en fait aux affections respirtatoires qui souvent suivaient l’infection virale. Or, il nous faut remettre, toute traumatisante qu’elle soit, cette maladie planétaire dans un contexte plus large.

 

Entre trois et quatr millions de personnes décèdent chaque année d’affections respiratoires dans le monde. La bronchopneumopathie chronique obstructive, autrement dit la bronchite chronique, est un fléau.

 

Et pour partie ce que nous respirons au quotidien aggrave tous les symptômes. Encore ne sait-on pas tout, loin de là, sur  l'air qui est sensé nous faire vivre.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.