De l’alfa e de l’òmega de la ciutat

Les habitants d'une ville doivent pouvoir officiellement co-construire les projets urbains. Faute de quoi, le jeu est fermé, et dangereux : des spéculateurs favorisent une équipe politique qui servira leurs intérêts. Et les conséquences peuvent être dramatiques.

Aperaquí detz mila personas dimècres de sera manifestavan còntre l’incuria dau municipe marselhès que laissa en risc d’espòutir mai que mai d’imòbles dau centre ancian.
De l’alfa e de l’òmega de la ciutat






            partager partager

Aurélia Lassaque et Joan-Pau Creissac démontent les ressorts de la création en oc


ARLES. La première assure la direction littéraire du nouveau festival arlésien, Parole Indigo, le second édite des poètes de qualité à Jorn, dont lui-même. Tous deux ont abordé dans une table ronde le processus créatif. Un ressort partagé, la liberté qu’autorise l’occitan.



Il existe une jeune poésie d’expression occitane, elle est féminine, a moins de trente ans, et dépend de poétesses qui font le tour du monde. Aurélia Lassaque en est un porte-drapeau souriant. Et si Joan-Pau Creissac, viticulteur languedocien ne correspond pas à ces critères, c’est en tant qu’éditeur, à Jorn, qu’il permet de faire connaitre une comète de 23 ans, Maelle Dupon.
 
Tous deux se sont interrogés, au cours d’une table ronde, sur le processus de création poétique en occitan. Au sympathique festival Parole Indigo, d’Arles, qui organisait sa véritable première édition  du 1er au 3 novembre, on a installé des chaises en rond, pour cette table ronde qui, en fait, s’est tout à fait passée de table…
 
Quoi de commun, hors la poésie, entre ces deux auteurs ? L’esprit de rébellion surement. A une génération de distance, le défi les a porté tous deux.
 
« J’ai été marqué par Mai 68, au point de revenir au village y cultiver la vigne, tout en y développant un travail littéraire » souligne JP Creissac. « En ville je m’affirmais comme Occitan, marqué par le slogan « òme d’òc as drech a la paraula ! » ; et chez moi, je devais affronter le regard goguenard de mes confrères qui estimaient que je perdais mon temps avec la poésie, qui évidemment ne sert à rien…comme le fait de trouver belle la lumière, aimer, emplir ses poumons… » : des banalités qui rendent la vie belle et que le poète a rappelé dans un texte plein d’humour tranquille.
Lecture publique d'Aurélia Lassaque et de Joan-Pau Creissac. La langue d'Oc, une liberté créatrice (photo MN)
Lecture publique d'Aurélia Lassaque et de Joan-Pau Creissac. La langue d'Oc, une liberté créatrice (photo MN)

Au cours de la table ronde (photo MN)
Au cours de la table ronde (photo MN)
Aurélia Lassaque, elle, est entrée en poésie après avoir affirmé son désir d’occitan. Par défi. « Après mon baccalauréat, j’ai été retenue en khâgne à Toulouse. Or, j’avais noté que ma seconde langue était l’occitan. Je m’attendais à voir mon dossier de candidature rejeté. Mais pas du tout ! au contraire, on m’a recherché un professeur particulier. »
 
Le résultat, c’est une thèse fondatrice sur le théâtre baroque occitan du XVIIè siècle, qu’on espère bientôt publiée, et deux recueils de poèmes : Cinquena sason d’abord, puis Pour que chantent les Salamandres, suite de courts textes souvent sensuels, qui, si on peut la trouver tout à fait inutile, n'en est pas moins absolument nécessaire à qui aime emplir ses poumons, trouver belle la lumière, etc.
 
Le processus créatif de l’un et l’autre auteur mérite d’être abordé tel qu’ils en parlent eux-mêmes.
 
« Quand je taille mes vignes je suis loin de penser à la poésie" reconnait JP Creissac. "Mais ce que je peux dire, c’est que devant ma feuille, la liberté est le moteur. Au lycée, la poésie française et ses grands noms, cela m’écrasait. Avec l’oc, c’est la liberté qui prime ; c’est le crochet avec lequel je fais sauter les verrous ».
 
Aurélia Lassaque, elle, s’isole devant deux feuilles : l’une recevra un texte en français, l’autre en occitan ; ce sera le même, et pourtant le ressort de l’un et de l’autre seront différents, dépendant de l’imaginaire particulier que véhiculent l’une et l’autre langue. Voilà la raison de ces traductions par l’auteure, qui nous disent bien qu’il s’agit du même poème, et qui pourtant nous semblent parfois respirer différemment.
 
 
 
aurelia_lassaque___arle_2013_a_l__ora_del_solstici.mp3 Aurélia Lassaque - Arle 2013 A l'ora del solstici.mp3  (1.48 Mo)


A lire...


Mardi 5 Novembre 2013
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
Dison que...

Marseille la tartuferie a assez duré

MARSEILLE. Etudiant en sciences politiques, Julien Bonnefont a consacré un mémoire au rapport entre urbanisme et population à Marseille au mitan des années 2010. Comme d’autres, il pointait à l’époque les risques induits par un laisser-aller des pouvoirs municipaux quant aux populations modestes de la ville-port.

Marseille la tartuferie a assez duré
Cinq morts à Marseille, et peut être davantage dans les heures et les jours à venir… Les secours sont à pied d’œuvre rue d’Aubagne pour sauver ce qui peut encore l’être après l’effondrement de trois immeubles en plein centre-ville en début de semaine.  


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.