Aquò d'Aqui


            partager partager

Au loup !


C’est le grand retour du sauvage depuis deux décennies. Il ne s’effectue pas sans effets désagréables, sur l’homme et sa vie dans l’espace rural.



Avec l’attaque menée par des loups sur un jeune agriculteur en juin dernier, quelques questions se posent sur la gestion du « retour du sauvage » dans notre civilisation qui laisse la nature à elle-même.

La démographie galopante d'espèces encouragées par l'abandon des terres pose la question de la ruralité que nous voulons

Loup en Tinée (photo MN)
Loup en Tinée (photo MN)
Les faits, tels que rapportés par un jeune homme de Seyne (04) : en pleine nuit, les vaches, laissées dans un pré à quelques centaines de mètres de la ferme, manifestent une nervosité bruyante. Le jeune agriculteur et son frère partent voir ce qu’il en est. Ils prennent la précaution d’emporter un fusil. Pendant que l’un retourne chercher un véhicule, l’autre aperçoit des paires d’yeux à la lueur de sa torche électrique. Devant et derrière lui il pense avoir été encerclé par six loups, qui se rapprochent très vite de lui. Il crie et tire, faisant fuir les bêtes, avant que son frère ne le rejoigne.
 
On sait l’omniprésence du sanglier. Un phénomène assez récent. L’un d’eux, de belle taille, s’étant affolé dans les rues d’Aix il y a quelques années, un lieutenant de louveterie avait dû être appelé, qui l’avait abattu.
 
Nous n’en sommes pas encore aux attaques d’ours, meurtrières à l’occasion, en Roumanie, ni aux tigres mangeurs d’hommes en Inde, un phénomène qui tend à se développer.
 
Tous ces évènements ont un lien entre eux, une logique similaire. Quand l’homme abandonne la nature, celle-ci se développe, certes, mais pas toujours pour son bien-être ni pour la meilleure biodiversité. Puis quand l'homme réoccupe cette nature sans l'exploiter, les problèmes de cohabitation surgissent.
 
En Inde et en Roumanie, c'est la ville qui rejoint la forêt, domaine des prédateurs. Ils s’habituent à cette proximité, et si les poubelles deviennent pour eux des garde-manger, l’homme peut aussi devenir un gibier, ou en tout cas un importun à chasser du territoire de chasse.
 
Avec le loup dans les Alpes occitanes, les Pyrénées et d’autres régions, c’est d’abord le cheptel ovin qui a « dégusté ». On compte près de mille bêtes tuées en 2014, selon le Ministère de l’Ecologie français. Mais on n’entend plus beaucoup non plus les marmottes. L’homme est-il le prochain mammifère sur la carte du menu de loups qui deviennent plus nombreux ?
 
L’animal semble aller au plus facile, surtout quand il s’agit d’individus affaiblis qui ne chassent plus efficacement. C'est peut-être pourquoi la forte démographie de sangliers n'est pas régulée par la présence accrue du loup. Il ne va pas se compliquer la vie s'il y a plus facile.
 
Avec le retour du sauvage, le pastre a d’abord pâti. C’est certain. Maintenant le randonneur ou le campeur devront-ils se méfier au point de déserter cette nature qui, une fois l’agriculture bien dégoûtée, devait au moins être le territoire d’un tourisme à échelle humaine, propre à faire vivre le pays ?

Mercredi 26 Août 2015
Aquò d'Aquí





1.Posté par Tautil Gérard le 27/08/2015 21:04
Podètz anar legir sus lo site dau Cebier l'article de Danis Carel, paisan varès, sus la question dau lop au nòstre.

http://locebier.free.fr

Amistat

G.T

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.
L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.