Aquò d'Aqui


Lo dire d’Elie Lebre (15)

Comment un paysan provençal du XXème siècle disait son temps, les saisons, le bon sens... dans sa langue de tous les jours. Quinzième semaine…

Ouvrage édité par l'Aeloc
L’agriculteur érudit et curieux Elie Lèbre (Cucuron –  Luberon : 1920-91) par bonheur rencontra l’occitaniste Madeleine Jaquier, et le fruit d’années de collectage nous a permis d’en savoir beaucoup sur la manière vivante et quotidienne de parler provençal.
 
Avec l’aimable autorisation d’Alain Barthelémy-Vigouroux qui a organisé la masse de notes et d’enregistrements issus de ce travail, nous vous en offrons un morceau chaque semaine, en vous recommandant d’acquérir le livre édité par l’Association Pour l’Enseignement de la Langue d’Oc .






Siatz cinquanta dos indispensables

52 contributeurs entre janvier et avril ont ajouté un supplément au prix de leur abonnement au mensuel Aquò d'Aquí, et c'est ainsi depuis deux ans. Leurs dons indispensables permettent à l'ultime magazine d'actualité en langue occitane de faire un pied de nez aux cassandres qui prédisent la mort de la diversité linguistique pour dire le monde.

Cinquantados contributors an portat pèira a Aquò d'Aquí dau tèmps dau darrier trimèstre, que li an aduch precisament 753,5 €uròs. Aquò representa a pauc près la meitat dau còst de l'estampaire per un numerò.














            partager partager

Aquò d'Aquí en décembre... c'est le moment où jamais de le sauver !


Votre journal souffre mais reste debout ! Il est temps pour vous de le soutenir très concrètement, afin de permettre une information de qualité en occitan sur votre société.



N'hésitez pas ! abonnez vous, réabonnez vous, faites un don...
N'hésitez pas ! abonnez vous, réabonnez vous, faites un don...
Ce numéro de fin d'année est au bouclage actuellement ; pour la 351e fois le miracle s'opère. Contre vents et marées, avec l'aide de ses lecteurs, il apporte un regard occitan sur les questions de société. Et il le fait en occitan, dans la grande variété de ses dialectes et dans l'optique de vous aider à récupérer la langue du pays.

Mais quel défi ! relevez-le avec l'équipe éditrice !

Mayotte, tensons, biodiversité, jeune prometteur... et soutiens au journal

Dans ce numéro nous vous invitons, en gascon du Couserans, à faire connaissance avec Mathys, dix-neuf ans,  qui se "fout d'être à la mode" mais trace déjà son chemin dans l'univers de la musique trad, tout en poursuivant ses études de langues à l'université. Nous vous signalons cet article conséquent si, en particulier, vous êtes enseignant. Vos élèves auront peut-être à cœur de s'intéresser à quelqu'un qu'ils sentiront proche par l'âge et l'expérience.

Autre témoin dans ce numéro, Florence Faure-Brac, la botaniste dans le domaine occitan, dont vous avez apprécié les chroniques végétales mois après mois durant trois ans. Elle nous dit le défi de nommer en occitan les plantes utiles, tant le nom peut varier localement, et nous fait entrer dans la problématique de la formation à la biodiversité en France, indispensable, pourtant trop faible.

Pour rester sur le thème de la biodiversité, vous en apprendrez sur la relation complexe et gagnant-gagnant que l'abeille entretient avec l'électricité, mais aussi sur l'intelligence insoupçonnée du corbeau.

Et en matière d'actualité occitanise, savez vous que les Rencontres occitans de Provence pourraient bien survivre à son inspiratrice Anne-Marie Poggio ? Cela dépendra du public. 

Nous vous engageons aussi à suivre Patrice Portier, dit PatriOc, dans les paysages sublimes qu'il visite, de treks en randos, déployant partout le drapeau de son identité revendiquée.

Faites aussi un détour au XIIIe siècle avec Felip Martel, pour apprendre que les ethnotypes, à l'époque déjà ça existait ! 

Et revenez au XXIe siècle avec Joaquim Blasco, car il analyse pour vous les événements tragiques de l'ile de Mayotte, où lui-même a vécu quinze ans. La situation, pour complexe qu'elle est, mérite d'être expliquée mieux que ne le font depuis Paris les médias de grande audience (mais pas toujours de grande intelligence).

Enfin, nous en terminerons par là : vous n'ignorez pas que notre journal vit dans la tourmente depuis deux mois. Il doit faire absolument baisser le niveau de sa dette, tout en assurant aujourd'hui sa survie, demain son développement.

Pour y parvenir l'ultime revue sociétale en occitan vous demande un effort : abonnez vous, réabonnez vous, faites un don, faites connaître ce journal...Là nous avons besoin de vous pour que la flamme continue d'éclairer, en lenga nòstra.

Des artistes et des responsables associatifs s'expriment dans ce numéro, et vous donnent leurs raisons pour soutenir Aquò d'Aquí. Découvrez leurs arguments dans ce numéro de fin d'année.

Choisissez de vous abonnez dès maintenant et sauvez la presse en langue occitane !

Lundi 5 Décembre 2022
Aquò d'Aquí


Tags : Aquo d'Aqui


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Aquò d'Aquí en décembre... c'est le moment où jamais de le sauver !

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.