Aquò d'Aqui



Pour votre journal c’est l’heure de vérité !

Assurer la succession de notre journaliste, faire plus et mieux pour vous proposer en occitan des contenus d’actualité de qualité, cela ne peut se faire sans votre aide. Et nous nous refusons à l’alternative de sa disparition. Nous pouvons compter sur vous ?

La langue occitane pour dire la société, c’est indispensable et les lecteurs d’Aquò d’Aquí en sont persuadés qui, non seulement s’abonnent à notre revue désormais bimensuelle, mais qui encore lui donnent le coup de pouce financier nécessaire quand nous le leur demandons.

 

Ils savent pourquoi ! Le prix de la revue ainsi reste bas, aussi grâce à eux retraités comme étudiants peuvent avoir accès à nos contenus, s’imprégner des valeurs occitanes, celles du respect réel de la diversité. Avec eux, la langue dira tout cela publiquement à une nouvelle génération.

 

Notre langue supposée morte par les croque morts hexagonaux respire encore grâce à vous.

 















            partager partager

Amé lei volontaris anti-fuec de La Seina : « encuèi Cissié es enebit ! »


LA SEYNE. Après les incendies catastrophiques des environs de Marseille le 10 août, toute la Provence est sur le qui-vive. Dans une relative indifférence du public. Face à la consommation de loisirs en forêt, les volontaires sont à la peine pour expliquer, conscientiser, réguler. Nous avons passé une « journée classée rouge » dans le massif varois du Cissié. Edifiant.



"Et non! aujourd'hui le massif est interdit : fort risque d'incendie, on aurait du mal à aller vous chercher, si jamais..." (photo MN)
"Et non! aujourd'hui le massif est interdit : fort risque d'incendie, on aurait du mal à aller vous chercher, si jamais..." (photo MN)
Un sinhau dei fares basta a Patric Toulon per avisar lei dos ciclistas, sus la rota en viravòuts. « Adessiatz ! Benlèu que va sabètz pas, mai encuèi Cissié es enebit a tota mena de monde » que ditz, lo braç apielat a la finèstra de la camioneta. Sota lo casco e darrier lei besicles-miralh lo desapontament dau ciclista e de son amiga se pòu pas escondre . Vaquí una bèla jornada que d’un còup serà mens bèla.
 
Pasmens, per quitar lei còlas remarcablas dau país tolonenc, lei dos escapats dau Torn de França s’endralhan dins un draiòu sota leis euses. « Aquélei vòlon pas ben entendre qu’es perilhós a l’ora d’ara ! » rena un autre Patric, darrier lo menaire dau veïcule.
 
Defòra lo mistrau bofa mai a l’apròcha dei crestèus . La mar es d’un blau prefond, a tres cent mètres sota, semenada d’escumas blancas, vueja de batèus ; a tèrra lei dos espinchaires de la Resèrva Comunala de Seguretat Civila de La Seina se tènon la casqueta dei mans.
 
« Ieu li siáu despuei un an. Siáu retirat fa gaire, ai vist l’anóncia dins lo jornau, e me vaquí » que ditz Patric Bobbio. Aqueu pielon dau Cèucle Occitan de La Seina a l’enveja de servir. « E siáu Seinenc dau brèç , m’agrada d’aparar mei còlas, que li vau mai que d’un còup, a pè o en bicicleta, fotografiar plantum e bestium. Qué malastre se jamai lei flamas n’en faguèsson un desèrt lunari ! »

Una flamada podriá tot cremar

A partir de la Vigie de Notre-Dame du Mai, vue imprenable sur toute fumée suspecte...et sur les marcheurs imprudents (photo MN)
A partir de la Vigie de Notre-Dame du Mai, vue imprenable sur toute fumée suspecte...et sur les marcheurs imprudents (photo MN)
Com’aqueu, son aperaquí quaranta volontaris, en generau retirats, mai que d’un còup de l’armada, dei pompiers, gendarmas o de la polícia, mais pas que. E quàuquei joines, demieg élei doás fremas solament, ajusta Patric Toulon. Aqueu es baile de la logistica d’aqueu servici comunau qu’es dedicat a la sauvagarda dei bòscs, entre àutrei missiens. Lo vaquí au cimèu dau massís de Cissié, onte la glèisa Nòstra Dòna dau Mai assosta un locau per la còla d’espinchaires. La vigia, mai que d’un còup, a permés d’avisar lei pompiers d’una flamada qu’auriá poscut cremar tota l’encontrada.
 
Am’aqueu mistrau, tótei leis intradas dau Cissié véson una barriera afichar un messatge : «  enebit a la circulacien ». Pasmens, a dètz oras e mièja, cinc randonaires encapelats arríban au cimèu am’un chin. « Aí ! va sabiam pas… Bòn, avèm que de s’entornar », amé la mina desapontada. « Minuta, vos podètz bèn repausar un pauc » tempèra lo capolier de la vigia. Un jorn, maugrat l’enebicien Patric n’en a comptats coma aquò cent quaranta cinc dins la jornada « roja ». Aqueu dimenge, la meteò ditz que lo mistrau serà de cinquanta kmh. Après tres mes de secaressa, lo prefècte a pas vougut riscar lo sòrt.

Mai que d'un còup lo monde romega, reguinha, rena maugrat lo risc

"Prenez le temps de boire et de vous reposer, y a pas le feu...mais bon, ça pourrait venir" (photo MN)
"Prenez le temps de boire et de vous reposer, y a pas le feu...mais bon, ça pourrait venir" (photo MN)
Se debana pas totjorn tant ben amé lei passejaires. Mai que d’un còup, lei volontaris son garrolhats, e li arriban de demandar la polícia municipala. « L’emenda serà de 135€ » ! Mai aquò es tras que rar.
 
« Siam en França, l’aplicacien de la Lèi se discutisse sovent amé lo ciutadan… » romega , fatalista, Daidier Gauthier, lo capolhier dau Servici Comunau de la Seguretat Civila. Am’una mièja dozena de volontaris e d’emplegats comunaus, aqueu dimenge, lo vaquí contrarotlant la susvelhança.
 
An’una autra barriera un motard deu, eu tambèn, renonciar a sa dimenjada de passejadas a Cissié. « Mai lo coneissi, ieu, lo massí ! De qu’avètz a plantar cavilha aquí per un « òc » o per un « non » ? Avètz pas de familhas que vos espèran, lo dimenge ?! » que reguinha. Dins son vestit blau de la Seguretat, Julia Castella auça leis espatlas…Acostumada.

Una barrièra de 2500 vilas a desbrossalhar

Quand lei jornadas son pas « rojas », aquela emplegada dau servici passa de temps d’una vila a l’autra…  « n’en avem ara a La Seina 2500 que sei proprietaris dévon desbrossalhar a cinquanta mètres de l’ostau ». 2500 fogaus de risc. La tièra d’ostaus s’esperlonga de còla en còla, au contacte dei bòscs secòs. Li fau levar l’èrba seca « mai podèm discutir, de ramelets de vegetacien o de matas d’aubres  pòdon restar sus lo terrenc, la tòca es pas de se fabricar un desèrt » sotalinha la jove frema. « Mai de còups que li a, lei cinquanta mètres constrénhan un proprietari a desbrossalhar en cò de son vesin, o dins un bòsc public…E sensa ajuda publica. Son pas tótei consents ».
 
Alòr l’emenda es pas tant aplombada ai laxistas e la Comuna li agrada mai de discutir, charrar e n’en rechaplar…  « L’emenda, es per aquélei que, la segonda annada, t’an totjorn ren fach. » Mai alòr pòu costar jusqu’a 30€ dau mètre carrat non desbrossalhat…Per un qu’a mila ectaras, seriá carivènd. Serà tras que rar. Urosament per lei euses, pins e àutreis aubres qu’arràpan aquela tèrra roja tant particulara, trevada per un  molonàs de passejaires que li agradariá ben de la gardar dau fuec.
2500 villas en bordure des massifs, soumises à l'obligation de débroussailler pour limiter le risque de feu (photo MN)
2500 villas en bordure des massifs, soumises à l'obligation de débroussailler pour limiter le risque de feu (photo MN)

Article écrit en provençal maritime avec les suggestions lexicales de Reinat Toscano.

Mercredi 24 Août 2016
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Notre numéro de février mars

Aquò d'Aquí c'est d'abord un magazine d'actualité sociétale sur 28 pages sans publicités, et s'y abonner c'est disposer d'un média engagé pour la langue occitane dans sa diversité dialectale pour dire la société.

Ce numéro d'hiver vous propose bien entendu une évocation du poète et globe trotter Roland Pécout, de son histoire personnelle et de cette originalité qui a consisté pour l'essentiel à aller à la rencontre de l'autre (Afghanistan, Scandinavie, Amérique latine...) pour comprendre qui l'on était. L'homme et l'intellectuel avait plusieurs dimensions, dont l'analyse historique et littéraire d'oc n'était pas la moindre. Mais nous avons choisi de l'évoquer avec l'écrivaine et chercheuse Danielle Julien.

 

03/02/2024

Dison que...

Robert Lafont cet intellectuel qui occupa le terrain social pour une renaissance occitane

A ne pas manquer !

AIX-EN-PROVENCE. Le colloque du 14 octobre ouvre large l'éventail des domaines d'intervention d'un humaniste dont l'œuvre incontournable a généré et accompagné le second risorgimento de la conscience d'oc.


Robert Lafont fut l'artisan principal du second risorgimento de la langue d'oc. Mistral avait lié le premier à la production d'œuvres littéraires prestigieuses et à l'unité latine, Lafont, avant et après 1968 associa ce second regain à la critique coloniale et à la situation sociale comme à une relecture de l'histoire. Pour autant son œuvre littéraire et théorique, riche et diverse, marque encore tous les domaines de la création d'òc. 

 



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.