Aquò d'Aqui

Journée historique pour les langues régionales

La loi dite Molac donnera des droits à l'enseignement des langues minoritaires en France, enfin ! ça ne s'est pas fait tout seul.

Bien des lecteurs d'Aquò d'Aquí ont été surpris, le 8 avril, du vote écrasant des députés en faveur de la loi de Protection des langues régionales, avancées par le groupe parlementaire Libertés et Territoires. Pourtant une observation un peu fine des évènements qui ont conduits à cette issue aurait rassurée plus d'un.

















            partager partager

Ai Marquisas, la lenga serà essenciala per aparar lo mitan marin


UA POU. Aux îles Marquises, un projet d’Aires marines éducatives protégées fait largement appel à la langue polynésienne pour faire partager par l’ensemble des écoliers l’envie de défendre un environnement hier saccagé par les grandes pêcheries industrielles.



Toti Teikiehuupoko mise sur l'éducation, en marquisien notamment, pour faire au mieux partager le désir de biodiversité (photo MN)
Toti Teikiehuupoko mise sur l'éducation, en marquisien notamment, pour faire au mieux partager le désir de biodiversité (photo MN)
Mèstre d’escòla de l’illa Ua Pou, dos mila abitants au bèu mitan dei Marquisas, Toti Teikiehuupoko es tanben un elegit locau que fai avançar un projècte inedich.
 
« Per èstre segur de ben defendre lo mitan naturau marin, siam a mand de crear un Relarg marin pedagogic aparat ».
 
Rescontrat a Marselha a l’ocasion dau recent Rescòntre Internacionau dei Relargs Marins Aparats (24-26 d’octòbre de 2013), am’un dei responsables de la Comunautaut de Comunas dei Marquisas (lei sièis comunas que correspòndon ai sièis illas d’aquela archipèla), Felix Barsinas, Toti Teikiehuupoko li èra vengut presentar aquela escomessa, qu’es de faire portar a totei leis escolans la coneissença de sa mar e de son ecologia.
 
« Avèm demandat de marcar lei Marquisas au Patrimòni Mondiau de l’Umanitat, es dins aquel encastre que serián inscrichs lei Relargs Educatius Marins » nos ditz l’elegit.
 
«  De far conéisser mai son environament ai nistons, es la garantia melhora de lei vèire deman l’aparar dins un univèrs perilhós per la biodiversitat ».

En 1970 on pêchait sur le rivage, en 2013 on va au large

Lei Marquisencs pòdon pas oblidar que, dins leis annadas 1970, d’acòrdis entre lo govèrn e de pescariás industrialas coreanas e japonesas vujèron sa mar de sei pèis dau grand larg.
 
Lei tons n’en foguèron pas lei soletas victimas. « Quand èri niston èra pron d’anar pescar en riba de mar per s’entornar amé tota mena de peis. A l’ora d’ara, fau anar a quàuquei millas marinas per n’en trobar pron au larg de nòstreis illas » ajusta Felix Barsinas.
 
S’agisse ara per aquéleis elegits d’afavorisar la renaissença d’aqueu mitan qu’aviá patit de la subrepesca.
 
Lei Marquisas son francesas despuèi la mitat dau siècle XIX, son sièis illas, a mai de mila cinc cent quilomètres de Tahiti, au nòrd de la Polinesia francesa, li abíton pas mai de uech mila personas, que pàrlon lo marquisenc, una dei lengas de França, aparada per la Lèi en Polinesia, que reconeisse per aquò una Academia marquisenca.

Le marquisien pour garder en mémoire la biodiversité marine

La lenga, polinesiana, fòrça parlada e qu’a de rapòrts am’aquélei de Pasca o d’Hawaï, es màger per la cultura marquisenca. « Es ela que sèrve a dire tótei lei mitans e tótei leis espècias de la mar dins lo projècte de relarg marin educatiu  » aponde Toti Teikiehuupoko.
 
Mai aquela cultura s’exprimisse mai per de tatoatges rituaus. Aquélei, que son d’aparar en meme temps que l’environament marin, son, au regret de Toti Teiki, utilisats per la publicitat de societats que n’en sàbon ren de ren.
Ua Pou comme les cinq autres îles-communes a subi les conséquences de décennies de surpêche (photo XDR)
Ua Pou comme les cinq autres îles-communes a subi les conséquences de décennies de surpêche (photo XDR)

Dimanche 3 Novembre 2013
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Dison que...

Jornalet cerca lo mejan de contuniar

Le journal occitan en ligne vend désormais des livres et reçoit des dons sur son site web

BARCELONA. Dans l’écosystème médiatique occitan, il y a bien peu de journaux d’actualité sociétale. Les maintenir relève du tour de force, et Jornalet, à Barcelona, propose à ses visiteurs d’acheter dans sa boutique en ligne pour tenir le coup. Laissons la parole au créateur et cheville ouvrière du Jornalet, Ferriol Macip Bonet.

Ferriol Macip Bonet, fondateur du Jornalet, qui fait un appel à dons et met en place la vente en ligne de livres en occitan (photo MN)

Jornalet se finança mai que mai amb la collaboracion de sos legeires. Nasquèt en març de 2012 gràcias a la generositat de dos mecènas que cresián al projècte, e tanben gràcias la publicitat institucionala de tres collectivitats importantas. Quant Jornalet nasquèt aviam previst qu’auriam pro de ressorsas publicitàrias, gràcias a la difusion del quotidian numeric. Mas, d’un latz, Google Ads acceptèt pas de publicar d’anóncias car son traductor automatic compren pas l’occitan.

 

 




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.