Aquò d'Aqui

Journée historique pour les langues régionales

La loi dite Molac donnera des droits à l'enseignement des langues minoritaires en France, enfin ! ça ne s'est pas fait tout seul.

Bien des lecteurs d'Aquò d'Aquí ont été surpris, le 8 avril, du vote écrasant des députés en faveur de la loi de Protection des langues régionales, avancées par le groupe parlementaire Libertés et Territoires. Pourtant une observation un peu fine des évènements qui ont conduits à cette issue aurait rassurée plus d'un.

















            partager partager

Acantonament : sason 2


La liste des commerces et des produits disponibles durant le confinement reste mouvante. Les choix faits en petit comité par le seul gouvernement se modifient en fonction des pressions professionnelles. Etat des lieux.



Salon de coiffure fermé. Dans un premier temps la coiffure à domicile avait été permise (photo MN)
Salon de coiffure fermé. Dans un premier temps la coiffure à domicile avait été permise (photo MN)

Un còp de mai li siam ! Lo monde es pregat per lo govèrn de demorar a l’ostau, mai am’una descreissènça economica amb mai de 10% fa l’ acantonament mai sople.

 

Durbem lo ventau dau dispositiu e de quauqueis uns entre seis efècts pervèrs.

 

Lo monde pòu trabalhar, mai se vei enebir de tot leser. En consequéncia l’ofèrta de bus se redusís la fin de setmana e lo vèspre dins totplen de linhas, coma aquela dau bus-tramvai A a s’Ais. Una vertadiera dissuasien bòrd que lo monde pòu pas caminar a mai d’un quilomètre dau sieu.

 

De tot biais la tiera dei botigas dubèrtas es mai longa qu’en març-abriu, amé per exemple de grandei surfaci, d’informatica … e de cultura. Es ce qu’a encanhat lei librariás independentas… la responsa dau govèrn, sota pretèxte de justícia entre gròs e pichons, siguèt, dins la dimenjada, de constrénher a la barradura lei vendas de libres et discs dins aquelei cadenas coma la Fnac, puslèu que d’autorisar leis independents a restar dubèrts.


Médiathèque publique, l'ultime jour avant le confinement (photo MN)
Médiathèque publique, l'ultime jour avant le confinement (photo MN)

La causa es apreciada d’un biais diferent per leis actors culturaus… lei librariás e fòrça intellectuaus cridavan a la dubertura, mai pas leis emplegats : “vos en faguetz pas que la chifra d’afaire a aumentat en sageta aqueleis ultims mes, e que per nosautres, leis emplegats, èra ren qu’alassaments e pas mai de paga que nòstre Smic !” que legissèm sota la pluma escais-nom de La libraire fâchée, amb paur d’agantar la covid “en espacis estrechs onte la fola nos tòca a tot moment, lèva lo masca per nos parlar ben pròches… Laissatz nos alenar !”

 

La tiera dei comèrcis autorisats ne’n comprend quaranta un, mai pòu evoluir chasque jorn : lo decrèt au Jornau Oficiau de la Republica compta ipermercats, supermercats, superetas, dau moment que chasque practica pòsque dispausar d’una susfaça d’au mens quatre mètres carrats ; tot parier lei botigas de venda de frucha e lieumes, o carn, bricolatge e quincalhariá, informatica e sei reparaciens, de tabacs, de reparators d’automobilas o de materiau agricòl, bugadariás , eca…

 

Segur totplen d’entrepressas seràn victimas d’una barradura administrativa. Per aquelei, d’ajudas son previstas : fin qu’a dètz mila €uròs de compensacien de chifra d’afaire quora emplega mens de cinquanta personas, e de remessa d’impòst per aquelei que baissam la renda deis entrepressas en crisi. Li a de precisiens per aqueu dispositiu : chasque arrendaire que baissarà lo loguier d’una entrepressa aurà un credit d’impòst equivalent a 30% d’aqueu loguier. Amb aquò un arrendaire que renonciariá a un mes de loguier d’un restaurant per 5000€, entre tres mes de loguiers, beneficiariá de 1500 € de credit d’impòst.


La part alimentaire des marchés de plein air reste autorisée, pour le moment (photo MN)
La part alimentaire des marchés de plein air reste autorisée, pour le moment (photo MN)

Segur lo diable sempre s’esconde dins lei detalhs. “Ja l’ai vist a la prima, que la baissa de la chifra d’afaire m’a faugut la provar amé tota ma comptabilitat de l’an passat,” nos vèn Samira, botiguiera biò en Provença maritima, “e quora siás un pichon, te fau remar e remar d’oras amé ta compta per esperar simplament pas te negar !” Tot parier d’associaciens qu’avian demandat de remessas de cargas socialas, e que nos dison ara èstre somessas an un contraròtle : “en trenta ans jamai èra arribat !” nos diguèt encara una clavairitz que demanda l’anonimat per pas èstre dins lo collimator...”Son una briga en ànsia lo monde dau collectatge, bòrd que l’argent deis entrepressas finança coma aquò l’espitau public”.

 

Puei li a lo monde que de tot biais crompa ren, o quasi. A la sortida de l’acantonament 767 000 personas en mai s’eriam dichas “en recèrca d’un trabalh”. Un recòrd despuei de decenias. Mai l’ànsia vèn dei paures, emplegats o non. Ja totei leis associaciens de solidaritat cridan que lo reconfinament farà créisser la pauretat dins lei quartiers Nòrd de Marselha, ja aclapadas d’òbras a la prima, se dison inquietas dau desbordament.

 

La nòva municipalitat marselhesa a fach saupre aqueu dimenge que fariá resquilhar 350 000 € dau budget de comunicacien an aqueu deis òbras socialas… Ja nòva premiera consola, Miquèla Rubirola, aviá cascalhat lo premier ministre en visita au començament d’octòbre, perqué ne’n fasiá pas mai, per pas dire ren, en matièra de lotjament per lo monde desprovesit.


Lundi 2 Novembre 2020
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Dison que...

Nos villes avec leur nom historique et sans enquiquineur procédurier

Un aspect de la loi Molac, votée le 8 avril, est resté à tort dans l'ombre : le droit de nommer ses rues et ses entrées de ville sans être harcelé par un obsédé de la langue unique.

De la loi loi nº 2548 relative à la protection patrimoniale des langues régionales et à leur promotion, désormais connue sous le nom de son promoteur, Paul Molac, nous avons surtout retenu les articles permettant de renforcer l’enseignement bilingue dans les établissements publics.

 

Cependant s'il est un aspect de la promotion des langues minoritaires qui a été négligé par les commentateurs, c’est celui de la signalétique bilingue. C’est un tort car cette possibilité, enfin débarrassée des attaques imbéciles de soi-disant libres penseurs, fera évoluer les mentalités de nos concitoyens, à qui sera rappelée aisément la fierté de leur terroir.




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.