Aquò d'Aqui

Quelques proverbes de Novembre

Relatifs au mois de novembre, ils nous parlent d'un temps d'avant le réchauffement climatique, d'évidence...

Òme de novembre es de bòna fusta
femna de novembre laissa que tabusta


(homme né en novembre sera de bon bois
femme née en novembre sera suractive)

in De qué farà aquel temps ?
(Petit précis de météorologie populaire occitane)
Pierre Mazodier - Marpoc

Per San Martin,
Boucho toun vin
Mette toun chàu dedin.


(Pour Saint Martin
bouche ton vin
et enferme ton chou)

in  Proverbes et dictons des Hautes-Alpes et de l'Ubaye 
éditions du Roc












            partager partager

A Orgon, lo Zinzan festivau fai participar totei a tota la cultura d’òc


ORGON. L’ultime festival de l’été en Provence est assuré par des bénévoles, choisit un milieu rural pour créer sur de la musique traditionnelle, et fait largement appel à la bonne humeur…et à la bonne chère. La sixième édition s’est terminée le 25 août.



Les Alpilles, un écrin pour la création et une volonté d'aller là où le public vient moins facilement. Bref un défi pour les bénévoles du Zinzan (photo XDR)
Les Alpilles, un écrin pour la création et une volonté d'aller là où le public vient moins facilement. Bref un défi pour les bénévoles du Zinzan (photo XDR)
Ais arenas d’Orgon, l’engenhaire dau sòn sauta de son pontin per rejónher lei cantaires dau Bal à la Voix, qu’alestisson lo balèti dau sera. Entre lei dos li a ges de fius, cables e autreis elements qu’encombran en generau lei luecs d’espectacles.
 
E a costat, una benevòla s’occupa d’organisar la tria dau vèire, dau papier et dau plastique.
 
« Per nosautres, lo luec dau festivau Zinzan es l’escrenh dei culturas populàrias qu’afavorisam, e volèm pas de tot’aquelei causas que podrián rompre lo liame. » Jeròni fai la relacien publica per aqueu festivau particulier : es l’ultime de l’estiu, e rèsta fòra dei centres urbans onte lo public es mai atrivat.
 
La velha au sera, au mitan deis arenas, mai de dos cents personas li an manjat un alhòli. Era pas una taulejada, mai un moment de creacion. « Chascun a trissat son alhet, puei a compausat son alhòli pròpri dau temps que jogavan lei percussions » ditz Yann, que baileja la cosina dau temps dau festivau. 

Fête, curiosité et expérimentation

Surprise, Titouan Billon a laissé ses percus à Du Bartàs, le temps du festival le voici aux cuisines. " La fèsta passa tanben per lo cèu de boca!" (photo MN)
Surprise, Titouan Billon a laissé ses percus à Du Bartàs, le temps du festival le voici aux cuisines. " La fèsta passa tanben per lo cèu de boca!" (photo MN)
« Era tribau ! » ajusta Gaelle, qu’assegura, ela, la comunicacion. « An fa intrar lo monde dins lo laboratòri de la creacion dei musicas populàrias » aponde Jeròni.  Sus lei taulas s’auçava una mena de diable cantant, dau temps que lei trombònes resclantián au bèu mitan deis entaulats.
 
Lo Zinzan Festivau, creat per l'associacion Tapenade, es una còla de benevòles qu’atriva l’idèa de « festejar, èstre curiós e experimentar », ditz Gaelle. Ansin deis atalhiers, onte chascun participa per, de cotria amé leis autreis estagiaris, crear un morsèu de musica amé seis arranjaments. Es de musica participativa, qué !
 
E lo public, aqueu que s’entòrna de vacanças mai que lei vòu pas encara acabar, vèn pas tant nombrós. Un milier quand meme, per tres vespradas de bèla convivéncia.
 
A la sala baissa, pròcha de la casèrna dei pompiers, fau vèire un autre aspèct dau Zinzan ; ritme de tamborins e languitòris dei vielas emplissan l’espaci ; mai que d’un laütier li a plantat cavilha per tres jorns. 

Une volonté de s'ancrer dans les Alpilles

Aquí tanben, es premier un escambi. Quau vòu s’entraucar dins l’univèrs dau sòn occitan pòu aquí dreiçar l’aurelha, mai tanben jogar emé lei mans, e perque non fabricar dins une estagi un instrument novèu.
 
Lo Zinzan festivau a crebat l’iòu fa sièis ans ai Bauç, creat per Henri Maquet et David Fauci, un etnomusicològue musician  e un creator de television que rèstan pròche d’Arle. Era a la Vau d’Infèrn, pròche de la Catedrala d’imatges, tant coneissuda dins lo monde entier. Ideau per lei concèrts. Mai la tresena annada foguèt plus possible.
 
« De que faire ? voliam pas per facilitat s’entòrnar ai vilas onte lo public sariá vengut nombrós ; voliam demorar ais Aupilhas » sotalinha Jeròni. « E voliam tanben trobar un luec que siegue bèu. La Comuna d’Orgon nos a dubèrt lei braç, e i aviá aquí leis endrechs que fan pantaiar, e leis associacions que volián trabalhar ‘mé nosautres, coma lo club taurin que nos prèsta leis arenas ».

L'occitan, un leit-motiv mais pas une pratique

A Orgon, lo Zinzan festivau fai participar totei a tota la cultura d’òc
Era pas la solucion la mai aisada, segur, d’autant mai quand l’incèndi s’es convidat a la fèsta. L’an passat lo festivau foguèt enviròutat per lo fuec. « S’es aprochat tot a costat, finalament avèm aculhit lo monde dau camping dins lei salas tant amenaçava » que precisa Titouan, dau grope Du Bartàs.
 
Vèn pas cantar an Orgon, mai donar la man ai cosinas. A nosat un faudau e acaba una « raita occitana ». Dins un pairòu Yann, eu, remena la sauça am’una culhierassa ; alòr lo fumet dei cebas e dau vin emplisson d’un còp la tenda onte trafegan quatre o cinc personas, totei venguts prepausar de portar pèira.
 
Dins aqueu festivau onte se parla pas pron occitan – « ailàs ! m’an tant dich, totei mei gents, qu’èra de patois… » que ditz Yann – la cultura d’òc se canta dins la lenga nòstra, mai pertòca tanben bocas, e cèus de bocas.
 
Mai, s’en 2013, li a ges de fuec, urosament, leis empachas mancan pas, quand meme. Leis ajudas de la Region e dau Despartament dei Bocas dau Ròse an demenit de 5%, coma per d’autreis iniciativas.

Mardi 27 Août 2013
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
Dans Aquò d'Aquí de novembre
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.