La mitat presonièra

La statistique nous dit froidement la part émergée d'un quotidien d'entravées. La moitié féminine de la population n'est pas libre de ses mouvements.

Fa tot bèu just una setmana dimècres 17 d’abriu una joineta siguèt violada dins un trin regionau entre Ais e Marselha, dins un vagon onte li aviá d’autrei viatjaires. Sensa ren dire mai avans que l’enquista n’en digue mai, fau quand muma rementar que la tiera comença de pas s’acabar jamai.
 






            partager partager

A Correns le chantier bâtit depuis dix ans la création trad’


Les quinzièmes « Joutes musicales de Correns » seront l’occasion de s’interroger sur la créativité de la musique traditionnelle, mais aussi de découvrir ces créations sur scène. L’édition 2012 aura un certain relief.



Le Chantier avait été créé par le musicien trad Miquèu Montanaro, à l'affiche lors de cette seizième édition (photo XDR)
Le Chantier avait été créé par le musicien trad Miquèu Montanaro, à l'affiche lors de cette seizième édition (photo XDR)
Le village varois n’a beau abriter que 800 âmes, il n’en est pas moins le haut lieu de la musique trad, et surtout de la création. Correns accueillera à nouveau du 25 au 27 mai les « Joutes musicales », qui mettront en présence une trentaine d’artistes d’horizons différents, devant plus de trois mille spectateurs.
 
Cette 15è édition sera un peu particulière, elle coïncidera avec le dixième anniversaire du Chantier. Ce lieu fondé par Miquèu Montanaro abrite lui plusieurs résidences par an, chaque fois occasion de restituer au public ce qui s’est créé durant une semaine dans un arrière-pays devenu capitale de l’avant-goût.
 
Fin mai donc, parmi 20 spectacles, il y aura cinq créations. En particulier Beatiho, de Guylaine Renaud et Benat Achiary qui, avec le Museon Arlaten, ont créé ce spectacle et éditent son support, un livre-disque, inspiré par les boîtes fabriquées par les moniales provençales au XVIIIè siècles. Une curiosité à découvrir le samedi à 15h.
 
On pourra citer aussi, de manière arbitraire Dernier des Mohicans, avant-dernier des Occitans, la création musicale de Daniel Biga et d’Alex Grillo coproduite par le Centre Nationale de Création Musicale de Marseille, le GMEM. Axé sur les textes de Daniel Biga, basé sur des collectes réalisées près des vieux et des écoliers de la proche région de Correns, le projet parle de la mémoire, collective et individuelle. On s’en rappellera le samedi 26 à 14 h et le dimanche 27 à 10h30 puis à 15h30.
 

Spectacles et réflexions

Il faut noter la rencontre sur scène de Montanaro, père et fils, Miquèu et Baltazar, flûte et violon, ici et ailleurs, tout en dialogue, que nous promettent les Joutes pour le samedi 26 à 16 h. On retrouvera encore Baltazar Montanaro, en duo avec Sophie Cavez, violon et accordéon, pour un ultime récital dimanche 27 à partir de 22 h 30.
 
C’est sans doute très injuste mais nous ne vous présenterons pas tous ces artistes : ni la fadista Carla Pirès, ni l’Immobile Voyage auquel vous convient Isabelle Courroy et Shadi Fathi, ni même le travail sur la « Chanson provençale métissée » qu’a concocté Moussu T. e lei Jovents avec cinq classes de la Provence Verte (la communauté de communes locale). Pour cela il y a le site internet des Joutes : www.le-chantier.com
 
C’est qu’il faut encore présenter le moment de réflexion collective auquel invite Le Chantier à l’occasion des Joutes. « 10 ans de création au Chantier », animée par notre confrère de Trad Mag, Philippe Krumm, avec quelques-uns des artistes cités plus haut et un chercheur universitaire, Christine Esclapez, avec la directrice artistique du Chantier, Françoise Dastrevigne.
 
Tous se demanderont en quoi ces fameuses musiques traditionnelles, a priori axées sur la mémoire, sont source et lieu de création. En réalité, le simple fait que des lieux tels que Le Chantier joue leur partition prouve s’il le faut que, oui, création il y a. Mais encore. Comment le fait de démomifier ce qui semblait établi peut-il nous aider à comprendre le temps présent, et nous permettre d’apprécier de la bonne musique ? Tiens, vé ! on a bien envie d’aller chercher les réponses. Ce sera le samedi 26 mai à 17 h.
 

Mardi 8 Mai 2012
Michel Neumuller



Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Voici Aquò d'Aquí de mai
Dison que...

Lei recalius de Notre Dame coma nos questionan

Notre-Dame de Paris fait aussi partie du patrimoine occitan. Notre patrimoine immatériel fait-il partie de celui de la France, M. Macron ? Si oui, que ne décidez-vous de le revitaliser, avec la même autorité ?

L’incèndi qu’a devastat per partida la Catedrala Notre-Dame de Paris diluns 15 d’abriu vèrs lei sèt oras dau vèspre questiona tota la França sus la plaça restanta dau religiós dins la societat dau siècle XXI, sus lo suenh portat per leis autoritats au patrimòni materiau e sei trias de finançament, mai tanben sus lo biais de l’intelligentsia de considerar que tot ce que se debana a Paris merita la prioritat de la Nacien.
Lei recalius de Notre Dame coma nos questionan


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.