Un projet de Loi pour divorcer le provençal de l'occitan!

Le député maire de Chateaurenard s'est laissé berner par un collectif largement financé par le Conseil Régional, dans le but de légiférer que le blanc est noir, et que la lune est l'astre du jour.

Notre provençal coupé de sa famille, la langue d'Oc, telle que l'a définie Frédéric Mistral dans un fameux dictionnaire qui fait toujours référence ? Mais oui ils l'ont fait ! Ils n'y comprennent tien mais ils l'ont fait.






            partager partager

109 premiers cònsols acampats còntra la Metropòli marselhesa


L’Assemblée générale de l’Union des Maires des Bouches-du-Rhône a été l’occasion, le 14 février, de réitérer leur opposition à la Métropole alors que la Loi Territoriale NOTRe leur fera obligation d’intégrer celle-ci. Ce sont les aspects financiers de la métropolisation qui leur sont les plus odieux. Leur credo : « nous ne voulons pas financer la dette de Marseille, à l’Etat de le faire ! » répète le président de l’UM13, Georges Cristiani.



 
« Marselha deu èstre ajudada per l’Estat, es ben normau per la segonda vila de França », que sotalinha Sèrgi Perottino. Eu es cònse de Cadoliva, una pichona comuna a l’adrech de l’Estèla, la còla que separa Marselha de son rèire país.
 
Es justament la proximitat de tota una tiera de ciutats pichonas o mejanas, que fan una cintura a la ciutat foceana que rènde ambigua la revòuta de la quasi totalitat dei premiers cònsols dei Bocas-dau-Ròse.
 
Fòrça gents qu’an quitat Marselha per une vida mai pròcha dei tèrras, dins de ciutats mai pichonas, amé mai de possibilitats de se faire bastir un ostau… contunhan d’anar trabalhar a Marselha. L’i sòrton au cinèma, a l’espectacle, eca. Adonc aprofiechan de servicis que paga la capitala. E provesisson lei rotas de miliers de veituras que ne’n rèndon fòrça polluit l’èr de la regien.
 
Mai Marselha, amé son miliard e mieg de deute public, fa paur. Sei problèmas sociaus semblan sensa solucien vist d’Agulha o de Mimet ; e leis elegits vòlon pas veire aquelei s’espandir au sieu. 

Paure d'èstre minoritàris

La mairie d'Eguilles samedi 14 février 2015 (photo MN)
La mairie d'Eguilles samedi 14 février 2015 (photo MN)
E deman, am’una novèla entitat, la Metropòli d’Ais-Marselha que recampariá la màger part dau territòri dei Bocas-dau-Ròse, li auriá una representacien minoritària deis elegits d’aquela cintura urbana.
 
« Seriam pas mai de cent, puslèu 85, sus 240 conselhiers » confièrma Jòrgi Cristiani.
 
Alòr, mai que d’un, maugrat qu’es sòci d’un partit de gaucha o de drecha, s’acampa uei dins l’efemèra formacien dau president dau Conseu Generau, l'ex socialista Jan-Novè Guérini, « La Fòrça dau 13 ». Ais elecciens dau mes de mars, aquela podriá ben aguer de resultat.
 
E lei cònses de jurar que, un còp la lèi votada, seràn totei coma lei cinq dets de la man, mai que tot quand si tratarà de votar lei finanças de la Metropòli.
 
« Es leis elegits de terren que s’acampan sus sei valors » que ditz lo premier cònsol d’Agulha, lo liberau UMP Robèrt Dagorne. E son vesin, lo comunista Andrieu Molino, d’ajustar que totei demandan a l’Estat de pagar lo desvolopament de Marselha.
 
Un assai de parlar d’una mema vòtz que lèu lo monde sauprà s’es duradís o non. La lèi territoriala deuriá èstre votada avans lo quinge de mars, e leis elecciens cantonalas si faràn entre lei 22 et 29 de mars.

Rédigé en provençal maritime avec les suggestions d'Alain Barthélemy
De legir tanben : 
Ph. Langevin : « Nous ratons l’opportunité de créer une grande Région méditerranéenne »

Lundi 16 Février 2015
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Aquò d'Aquí a besoin de ses lecteurs
Dison que...

Francophonie disqualifiée à tout jamais

Faire du français le phare culturel qu'attendent les défenseurs de la diversité culturelle de par le monde, mais tout en balayant cette diversité dans la société française.

Passons sur les ambitions délirantes du président Macron en ce qui concerne l’avenir de la francophonie. Il envisage de tripler le nombre de locuteurs d’ici 2050 et d’en faire la première langue d’Afrique.
Francophonie disqualifiée à tout jamais


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.