Aquò d'Aqui


La Langue d’Oc
dans le parler d’aujourd’hui

Connaissez-vous la signification de cette expression ?


Et patin coufin * :

A - n'oublie pas tes patins ni ton couffin
B - etcetera
C - coucou je suis là (expression enfantine)


Répondre


Qu'es aquò, qu'es aquò ? (13)

Les devinettes d'Andrieu Lagarda, en languedocien, sont un modèle de finesse.Vous essayez de trouver... et vous nous écrivez la réponse.


Vaquí la devinalha dau jorn

Qu'es aquò, qu'es aquò ? (13)
"Una domaisèla dins un covent
que non coneis pluèja ni vent
mas qu'es banhada tot lo temps"


Qu'es aquò ?



 












Le nom de "Provence" en colloque à Aix
Infos pratiques
le Samedi 21 Septembre 2019, 13:00 - 18:00
Amphithéâtre Favoreu – 3 av. R Schumann
13100 Aix-en-Provence
Description
Le 21 septembre à Aix, sous divers angles les promoteurs du nom historique de la région ouvrent le débat. Ils souhaitent un débat public sous forme de consultation des Provençaux.

Avec 34 100 signatures la pétitions en ligne “Ni Sud ni Paca” continue de recevoir l’adhésion d’un public anonyme, “qui devrait pouvoir être consulté sur une question d’identité partagée si fondamentale que le nom de la région où ils vivent” affirme toujours Hervé Guerrera, à l’initiative de cette revendication. “Le nom de Sud a été le fait d’une démarche technocratique dont nous ne voulons pas. Tout autant que le nom de “Provence” que nous voulons voir reconnaitre, c’est le processus démocratique qui nous intéresse”.

Un “nous” collectif où l’occitaniste provençal compte les soutiens souvent anonymes d’un colloque “sur le nom de la région” qu’il organise le 21 septembre à Aix, près des Universités. “J’espère y voir tous ceux qui veulent s’informer et débattre, y compris nos contradicteurs, qui méritent d’être entendus”.

Philippe Langevin, l’économiste qui vient de publier un remarqué rapport sur la pauvreté à Marseille, et la coupure sociologique de la ville-port, traitera du sujet sous l’angle économique ; le socio-linguiste Jean-Claude Bouvier, sous l’angle historique et linguistique...”Nous n’avons pas arrêté encore toutes les contributions, il y en aura d’autres”.

En 2017, la décision du président de Région “Paca”, Renaud Muselier, d’en finir avec cet acronyme insortable, aura finalement généré plus d’opposition que d’approbation, en tout cas exprimées.

M. Muselier avait consulté son cabinet, et le nom de Région Sud était sorti, puis approuvé dans la foulée par le Conseil Régional en Assemblée Plénière.

Si le préfet lui a rappelé que seul le Conseil d’Etat pouvait acter cette modification, le Conseil Régional n’en a pas moins modifié toute sa signalétique de communication. “Cela coute cher, et ne satisfait pas la volonté des Provençaux de décider”, soutient M. Guerrera.

Pour l’opposant, animateur régional de Région Provence, lo nom local du Partit Occitan, deux thèmes sont cruciaux dans cette affaire : récupérer le nom historique de la Provence, et permettre la participation des citoyens. Ceux-ci son sensés donner leur avis sur le signe de leur identité.

“Bien sûr dans les Alpes et à Nice j’entends que tout le monde n’est pas d’accord sur le nom. A l’instar du regretté maire de Signes, qui avait soutenu notre pétition, tout en affirmant son choix pour le nom de Provence Alpes Cote d’Azur. Mais justement, qu’on consulte tous ces gens, partout, et nous verrons ce qu’il en sortira!”

Le prédécesseur de Renaud Muselier, le socialiste Michel Vauzelle, à deux reprises avait tenté de modifier le nom de la Région, sans jamais prendre de décision : en 2008 il avait nommé une commission, qui s’était prononcée pour le nom de “Provence”, et en 2014, il avait lancé une consultation internet, qui avait donné le même résultat.

“Sud, pas plus que Paca, n’a d’impact en termes de marketing territorial. Nous avons la chance d’avoir un nom hyper connu partout, pouquoi faudrait-il déployer tant d’efforts et d’argent pour le cacher sous le tapis ?” questionne fermement M. Guerrera.

Recherche

Votre numéro d'été invite à respirer
Dison que...

L'autre pandémie...à perpétuité ?

L'air pollué tue plus surement et plus massivement que la covid 19. Or, cette dernière, en forçant à la cessation d'activités, a révélé les responsables des pollutions les plus prégnantes sinon les plus connues.

L'autre pandémie...à perpétuité ?

Avec près de trente mille morts, la crise de la covid 19, dont on n’ose encore parler au passé, a marqué le premier trimestre de 2020. Elle nous a paru à juste titre terrible. Ces morts sont dues en fait aux affections respirtatoires qui souvent suivaient l’infection virale. Or, il nous faut remettre, toute traumatisante qu’elle soit, cette maladie planétaire dans un contexte plus large.

 

Entre trois et quatr millions de personnes décèdent chaque année d’affections respiratoires dans le monde. La bronchopneumopathie chronique obstructive, autrement dit la bronchite chronique, est un fléau.

 

Et pour partie ce que nous respirons au quotidien aggrave tous les symptômes. Encore ne sait-on pas tout, loin de là, sur  l'air qui est sensé nous faire vivre.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.