Aquò d'Aqui


Lo dire d’Elie Lebre (15)

Comment un paysan provençal du XXème siècle disait son temps, les saisons, le bon sens... dans sa langue de tous les jours. Quinzième semaine…

Ouvrage édité par l'Aeloc
L’agriculteur érudit et curieux Elie Lèbre (Cucuron –  Luberon : 1920-91) par bonheur rencontra l’occitaniste Madeleine Jaquier, et le fruit d’années de collectage nous a permis d’en savoir beaucoup sur la manière vivante et quotidienne de parler provençal.
 
Avec l’aimable autorisation d’Alain Barthelémy-Vigouroux qui a organisé la masse de notes et d’enregistrements issus de ce travail, nous vous en offrons un morceau chaque semaine, en vous recommandant d’acquérir le livre édité par l’Association Pour l’Enseignement de la Langue d’Oc .






Siatz cinquanta dos indispensables

52 contributeurs entre janvier et avril ont ajouté un supplément au prix de leur abonnement au mensuel Aquò d'Aquí, et c'est ainsi depuis deux ans. Leurs dons indispensables permettent à l'ultime magazine d'actualité en langue occitane de faire un pied de nez aux cassandres qui prédisent la mort de la diversité linguistique pour dire le monde.

Cinquantados contributors an portat pèira a Aquò d'Aquí dau tèmps dau darrier trimèstre, que li an aduch precisament 753,5 €uròs. Aquò representa a pauc près la meitat dau còst de l'estampaire per un numerò.














            partager partager

Volontariat per l’occitan : un sistèma « interessant mai de milhorar »


Glaudi Holyst a testé le service de l’IEO destiné à progresser en toute convivialité. Il présente un réel intérêt mais est nettement perfectible, selon notre interlocuteur. L’Institut d’Estudis Occitans relance l’initiative de mars à mai 2013.



Au bar, pour qu'on entende parler occitan dans un lieu public (photo MN)
Au bar, pour qu'on entende parler occitan dans un lieu public (photo MN)
« Per ieu siguèt positiu, ai rescontrat quauqu’un d’interessant, e avèm poscut discutar en occitan dins un luec public, çò que fai bèn per l’afichatge de la lenga. Lo monde pòu l’entendre ».
 
Glaudi Holyst èra un dei « volontaris per l’occitan » en 2011. S’agissiá pas d’anar militar au trefons dei campanhas per l’emplec de la lenga d’òc, mai simplament de prendre un pauc de temps per parlar am’un que podiá li aprendre un pauc mai la lenga.
 
Lo « Volontariat per l’occitan » es un programa de l’Institut d’Estudis Occitans, calculat per espandir l’usatge melhor de la lenga nòstra. Lo principi es pas complicat ; fau rensenhar un formulari « un pauc longàs, que faudriá faire mai simple e directament en linha », e dire se siatz puslèu un qu’apren la lenga, o puslèu un que la fa passar.
 
A l’Assemblada Generala dau Centre Regionau d’Estudis Occitans de Provença, disabte 16 de genoier, lei sòcis an decidit de tornar organisar aqueu servici, fach per partejar l’emplec de l’occitan au nòstre. Serà adonc organisat, coma fa dos ans, dau mes de mars au mes de mai 2013.

Parlar la lenga, emai dins un luec public per laissar traças

"L'idée du parrainage est bonne, mais le cercle pourrait être élargi" (photo MN)
"L'idée du parrainage est bonne, mais le cercle pourrait être élargi" (photo MN)
« Per ieu, qu’aviáu d’un costat d’aprendre, e d’un autre de faire conéisser çò que sai dejà, mi siáu fach marcar come l’un e l’autre » ditz encara Glaudi. Lo resultat es una tiera de rescòntres, a la beguda de son vilatge, amé Daidier, que restèt, eu, dins un vilatge pas tròp luenh.
 
Lo grafista e lo quadre de servici environamentau avián plen de causas a eschanjar. Mai l’important èra tanben de parlar la lenga dins un luec public. « Era un mejan de laissar de traças, lei praticas de la beguda onte vau mai que d’un còp an ausit, una ora de temps, un còp per setmana, la lenga dau país. Coma aquò se podiá pas dire qu’es una lenga mòrta, nimai que s’emplega plus ».
 
Pasmens lo servici pòu metre en relacien doas personas que se veiran jamai, que parlaran per telefon o amé de logiciaus de mes en contacte, coma Skype. L’essenciau es lo rendètz vos, una ora de temps, dètz còps a la prima.
 
L’escomessa es de trobar pron de sòcis am’aqueu servici ; pron per aver la possibilitat de chausir. « Es un pauc çò qu’aviáu remarcat » ajusta Glaudi, « pauc de monde s’i èra fach marcar ».
 
Per eu, sariá benlèu mai interessant de « favorisar lo rescòntre de mai que doas personas, per animar de conversacien onte s’aprendriá la lenga. Subretot amé de gents que pòdon mai faire passar una varietat dialectala ».

Mardi 19 Février 2013
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Dans l'Aquò d'Aquí de l'été...

Dison que...

Uno marcho di fierta countrariado

AVIGNON. Les Gay Pride sont faites pour que la diversité s’affiche, s’affirme, gaiement et en couleurs. Quittant le chantier de l’Oustau Prouvençau e Occitan de Sault, bientôt inauguré, Raphaël a participé à celle d’Avignon. Hélas ! Tout y a été contraint par des autorités locales qui semblaient vouloir, sans vouloir.

Rafaèl Cuny
Lou darrié dissate, tres de setèmbre, m'anère espaceja dóu coustat de la ciéuta papalo, qu'aviéu ausi que se ié debanavo la proumiero Gay Pride avignounenco, caminado di fierta.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.