Aquò d'Aqui

Quelques proverbes de Novembre

Relatifs au mois de novembre, ils nous parlent d'un temps d'avant le réchauffement climatique, d'évidence...

Òme de novembre es de bòna fusta
femna de novembre laissa que tabusta


(homme né en novembre sera de bon bois
femme née en novembre sera suractive)

in De qué farà aquel temps ?
(Petit précis de météorologie populaire occitane)
Pierre Mazodier - Marpoc

Per San Martin,
Boucho toun vin
Mette toun chàu dedin.


(Pour Saint Martin
bouche ton vin
et enferme ton chou)

in  Proverbes et dictons des Hautes-Alpes et de l'Ubaye 
éditions du Roc












            partager partager

Une semaine occitane en milieu scolaire à Nyons


NYONS. La Semaine Occitane ponctue le premier trimestre du cours de langue d'oc dans le collège-lycée drômois. Une occasion de valoriser la créativité des artistes qui pratiquent la langue régionale, et de montrer ce qu'une équipe pédagogique soudée et volontaire peut réussir.



Les élèves de sixième à Nyons  (photo VP DR)
Les élèves de sixième à Nyons (photo VP DR)
Entre univers des légendes, histoire des noms de lieux et réalités géologiques, Vally Laget, jeune retraitée de l’enseignement et enseignante de provençal, a ouvert la « Setmana occitana » à la Cité Scolaire Barjavel-Roumanille de Nyons. Ce pôle d’enseignement en Drôme Provençale rassemble collège et lycée.

« Le principal et la principale adjointe ont été très volontaires, et même moteurs, pour que nous proposions cette série d’évènements durant toute la semaine », comme l’Inspecteur d’Académie référent pour les langues, Christian Champendal, souligne Valérie Pasturel.

La jeune enseignante, titulaire du Capes d’Occitan-Langue d’Oc depuis 2017, a trouvé son premier poste dans cet établissement, où une année sans enseignement de langue régionale avait laissé les effectifs exsangues.

Un renouveau des effectifs d'apprenants

Henri Maquet (Photo XDR)
Henri Maquet (Photo XDR)
Avec treize élèves en sixième cependant tous les espoirs sont permis pour la suite du cursus.

« Expliquer l’avantage de cet enseignement aux élèves c’était important bien sûr, mais le travail préalable d’Anne Giovanelli en amont est primordial. Avec cette professeure des écoles itinérante, de nombreux élèves de l’élémentaire sont sensibilisés. Nous les retrouvons motivés au collège aujourd'hui, demain au lycée ».
 
Un écosystème devenu rare donc, avec administration et pédagogues très concernés et agissant de concert pour le succès de l’enseignement de l’occitan en pays drômois.

Une réussite qui se concrétise aussi dans les projets, dont la Semaine Occitane qui chaque jour, amènera devant les élèves un aspect de la création en lenga nòstra.
 
Ce mardi 27 novembre, René Roux, botaniste a parlé en mi-journée des plantes et des manières de les nommer. Jeudi, place au tonitruant électro musicien Henri Maquet, et la conteuse enthousiaste Malika Verlaguet échangera avec les jeunes vendredi.

Professionnels et bénévoles investis autour du cours de langue d'oc

Malika Verlaguet, contes enthousiasmants vendredi à la Cité Scolaire de Nyons (photoXDR)
Malika Verlaguet, contes enthousiasmants vendredi à la Cité Scolaire de Nyons (photoXDR)
Ce lundi soir, ils auront aussi vu à l'écran le chef d’œuvre de Jean Fléchet, L’Orsalhier ( le montreur d’ours) réalisé en 1984.
 
« Je veux souligner la part des bénévoles, qui donnent efficacement la main, avec eux on peut vraiment parler de « communauté scolaire » reconnaît Valérie Pasturel.

Le territoire drômois regorge aussi de professionnels investis, comme le référent Education du Parc Naturel Régional des Baronnies Mathieu Morard.

Sans oublier le festival Contes & Rencontres qui bat son plein à Nyons, et a toujours fait une place de choix aux propositions artistiques en occitan.

Lundi 26 Novembre 2018
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
Dans Aquò d'Aquí de novembre
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.