Aquò d'Aqui


La Langue d’Oc
dans le parler d’aujourd’hui

Connaissez-vous la signification de cette expression ?


Et patin coufin * :

A - n'oublie pas tes patins ni ton couffin
B - etcetera
C - coucou je suis là (expression enfantine)


Répondre


Qu'es aquò, qu'es aquò ? (6)

Les devinettes d'Andrieu Lagarda, en languedocien, sont un modèle de finesse.Vous essayez de trouver... et vous nous écrivez la réponse.


Vaquí la devinalha dau jorn

Qu'es aquò, qu'es aquò ? (6)

Mai li tiran
sus la garganta
 e mai canta


Qu'es aquò ?



 














            partager partager

Une semaine occitane en milieu scolaire à Nyons


NYONS. La Semaine Occitane ponctue le premier trimestre du cours de langue d'oc dans le collège-lycée drômois. Une occasion de valoriser la créativité des artistes qui pratiquent la langue régionale, et de montrer ce qu'une équipe pédagogique soudée et volontaire peut réussir.



Les élèves de sixième à Nyons  (photo VP DR)
Les élèves de sixième à Nyons (photo VP DR)
Entre univers des légendes, histoire des noms de lieux et réalités géologiques, Vally Laget, jeune retraitée de l’enseignement et enseignante de provençal, a ouvert la « Setmana occitana » à la Cité Scolaire Barjavel-Roumanille de Nyons. Ce pôle d’enseignement en Drôme Provençale rassemble collège et lycée.

« Le principal et la principale adjointe ont été très volontaires, et même moteurs, pour que nous proposions cette série d’évènements durant toute la semaine », comme l’Inspecteur d’Académie référent pour les langues, Christian Champendal, souligne Valérie Pasturel.

La jeune enseignante, titulaire du Capes d’Occitan-Langue d’Oc depuis 2017, a trouvé son premier poste dans cet établissement, où une année sans enseignement de langue régionale avait laissé les effectifs exsangues.

Un renouveau des effectifs d'apprenants

Henri Maquet (Photo XDR)
Henri Maquet (Photo XDR)
Avec treize élèves en sixième cependant tous les espoirs sont permis pour la suite du cursus.

« Expliquer l’avantage de cet enseignement aux élèves c’était important bien sûr, mais le travail préalable d’Anne Giovanelli en amont est primordial. Avec cette professeure des écoles itinérante, de nombreux élèves de l’élémentaire sont sensibilisés. Nous les retrouvons motivés au collège aujourd'hui, demain au lycée ».
 
Un écosystème devenu rare donc, avec administration et pédagogues très concernés et agissant de concert pour le succès de l’enseignement de l’occitan en pays drômois.

Une réussite qui se concrétise aussi dans les projets, dont la Semaine Occitane qui chaque jour, amènera devant les élèves un aspect de la création en lenga nòstra.
 
Ce mardi 27 novembre, René Roux, botaniste a parlé en mi-journée des plantes et des manières de les nommer. Jeudi, place au tonitruant électro musicien Henri Maquet, et la conteuse enthousiaste Malika Verlaguet échangera avec les jeunes vendredi.

Professionnels et bénévoles investis autour du cours de langue d'oc

Malika Verlaguet, contes enthousiasmants vendredi à la Cité Scolaire de Nyons (photoXDR)
Malika Verlaguet, contes enthousiasmants vendredi à la Cité Scolaire de Nyons (photoXDR)
Ce lundi soir, ils auront aussi vu à l'écran le chef d’œuvre de Jean Fléchet, L’Orsalhier ( le montreur d’ours) réalisé en 1984.
 
« Je veux souligner la part des bénévoles, qui donnent efficacement la main, avec eux on peut vraiment parler de « communauté scolaire » reconnaît Valérie Pasturel.

Le territoire drômois regorge aussi de professionnels investis, comme le référent Education du Parc Naturel Régional des Baronnies Mathieu Morard.

Sans oublier le festival Contes & Rencontres qui bat son plein à Nyons, et a toujours fait une place de choix aux propositions artistiques en occitan.

Lundi 26 Novembre 2018
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche



Votre numéro d'été invite à respirer
Dison que...

L'autre pandémie...à perpétuité ?

L'air pollué tue plus surement et plus massivement que la covid 19. Or, cette dernière, en forçant à la cessation d'activités, a révélé les responsables des pollutions les plus prégnantes sinon les plus connues.

L'autre pandémie...à perpétuité ?

Avec près de trente mille morts, la crise de la covid 19, dont on n’ose encore parler au passé, a marqué le premier trimestre de 2020. Elle nous a paru à juste titre terrible. Ces morts sont dues en fait aux affections respirtatoires qui souvent suivaient l’infection virale. Or, il nous faut remettre, toute traumatisante qu’elle soit, cette maladie planétaire dans un contexte plus large.

 

Entre trois et quatr millions de personnes décèdent chaque année d’affections respiratoires dans le monde. La bronchopneumopathie chronique obstructive, autrement dit la bronchite chronique, est un fléau.

 

Et pour partie ce que nous respirons au quotidien aggrave tous les symptômes. Encore ne sait-on pas tout, loin de là, sur  l'air qui est sensé nous faire vivre.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.